Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du troisième tome de la série Une braise sous la cendre. Si tu n’as pas lu les tomes précédents, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur Une braise sous la cendre (tome 1) ou Une flamme dans la nuit (tome 2).

 

une braise sous la cendre T3Une braise sous la cendre, tome 3 : Le prix du sang de Sabaa Tahir

Editions : Pocket Jeunesse

570 pages

Paru le 22 Novembre 2018

Aperçu : " LA DOULEUR EST UN CHOIX. SUCCOMBES-Y ET TU ÉCHOUERAS. DÉFIE-LA ET TU TRIOMPHERAS. "

Helene Aquilla, la Pie de sang, est assaillie de toute part, elle doit protéger les habitants de l'Empire contre les forces du mal et déjouer les plans de la Commandante. Au même moment, à l'est, Laia cherche à éliminer le terrible Semeur de Nuit et reçoit des menaces inattendues de la part de ses alliés. Quant à Elias Veturius, quelque part entre le monde des morts et celui des vivants, il rejoint les Attrapeurs d'Âmes, sacrifiant sa liberté et son humanité.

Au sein de l'Empire et au-delà, la guerre est imminente...

 

 

 

 

Mon commentaire général : Une saga comme aucune autre !

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : « L’espoir est plus fort que la peur. Plus fort que la haine. » (p.153)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Cela faisait bien longtemps que j’attendais la suite des aventures de Laia, Helene et Elias, et j’aurais dû mettre à profit cette longue trêve pour relire les tomes précédents car Le prix du sang, même s’il commence quelques mois après les évènements d’Une flamme dans la nuit, ne perd pas son temps en ré-explications : le lecteur est directement plongé dans cet univers et j’avoue qu’il m’a parfois manqué quelques détails dont je ne me souvenais plus.

Ceci dit, cela ne m’a absolument pas empêchée d’apprécier ma lecture, et je crois même que j’ai préféré ce troisième tome au deuxième dont la violence était un peu trop pour moi. Sans pencher dans la violence gratuite, Le prix du sang est tout de même sombre et cruel, ce qui respecte les codes de cette saga qui n’a pas grand-chose d’une série jeunesse à mes yeux, mais la violence y est moins prépondérante. Ici, il s’agit surtout pour Laia, Elias et Helene de s’engager sur le chemin de leurs destins respectifs et de prendre conscience du rôle qu’ils ont à jouer.

Pour Laia, il s’agira de marcher à nouveau dans l’ombre de La Lionne, sa mère, tout en s’engageant sur la piste du Semeur de Nuit et tenter de contrecarrer ses projets de libérer les Djinns.

Pour Elias, devenu Attrapeur d’Ames, il faudra enfin réaliser à quoi il s’est engagé en acceptant ce rôle, même si pour cela il doit laisser le monde des vivants derrière lui.

Pour Helene, la Pie de Sang, ça sera mettre à jour les complots qui menacent l’Empire, jouer contre la Commandante et protéger sa sœur de Marcus.

Grâce à la plume toujours aussi magnifique de Sabaa Tahir, je me suis complètement immergée dans cet univers, si bien que j’ai terminé ce roman, pourtant bien épais, en trois petites séances de lecture. L’autrice maîtrise parfaitement son histoire : tout est millimétré pour nous entraîner exactement où elle l’avait prévu, avec plusieurs rebondissements de premier plan, et on en redemande !

Le gros problème, c’est que maintenant, j’attends la suite (et fin !) avec encore beaucoup d’impatience, pressée de savoir comment tout cela va se conclure, même si je n’ai pas vraiment envie de quitter cet univers et ses personnages si bien pensés.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Je pense que si tu as aimé les deux premiers tomes, je ne devrais pas avoir grand-chose à ajouter pour te convaincre de lire ce roman.

Pour moi, concernant les personnages, il est celui qui leur offre la plus grande évolution.

Laia est à un carrefour de sa vie : elle doit accepter de marcher dans les traces de son illustre mère, dont on apprend le véritable sort, ce à quoi je ne m’attendais pas du tout, en menant les Erudits vers leur libération avec l’aide de Musa. Mais pour cela, Laia doit d’abord comprendre qui elle est et pour cela elle doit en apprendre plus sur cette mère absente

Pour Elias, l’enjeu est différent mais tout aussi important. Avec la mort de Shaeva, il devient l’Attrapeur d’Ames et se doit de remplir son rôle, pour empêcher la destruction du monde, même s’il doit pour cela renoncer à son humanité qui le retient dans le monde des vivants. Son sort est celui qui me touche le plus car il n’a jamais vraiment eu le choix, entre Blackcliff, Kauf et la Forêt du Crépuscule, alors qu’il n’a toujours rêvé que de liberté. C’est un jeune homme sensible, qui sait aussi mettre ses sentiments de côté pour agir quand il le faut. Je regrette tout de même que l’importance de son rôle ne se révèle qu’à la toute fin du roman, ce qui le fait passer pour un geignard tout le reste du livre.

Et - enfin ! - leur romance, même si elle n’est clairement pas au centre du récit, avance elle-aussi ! Laia ose s’avouer qu’elle aime Elias, tandis que le jeune homme rêve de la vie qu’il aurait pu avoir avec elle dans d’autres circonstances. C’est plein d’émotions très puissantes, et mon petit cœur s’est souvent serré de peine pour ces personnages qui méritent pourtant le bonheur.

Helene prend aussi de l’importance. Elle qui n’était qu’un personnage secondaire dans le tome 1 montre ici que son rôle est majeur : c’est sur ses épaules que la survie de l’Empire repose. C’est l’adversaire à la mesure de la Commandante, même si la Pie de Sang n’a pas encore osé prendre la mesure de ce que cet affrontement implique. Il va falloir la jouer retors si elle veut vaincre Keris…

Réponse à tout cela dans l’ultime tome, pas avant 2020…

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Prêt à reprendre la lutte ?

Dis-le moi en commentaire.