Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième tome de la série La couleur du mensonge. Si tu n’as pas lu le tome précédent, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur La couleur du mensonge (tome 1).

 

le parfum de la trahisonLa couleur du mensonge, tome 2 : Le parfum de la trahison de Erin Beaty

Editions : Lumen

538 pages

Paru le 11 Octobre 2018

Aperçu : Ayant prouvé sa valeur en tant qu'espionne et entremetteuse prodige, Sage Fowler est désormais bien introduite dans la haute société grâce à son titre de préceptrice des filles du roi. Quand elle apprend qu'une expédition secrète se prépare, elle saisit cette chance de servir une fois de plus son royaume - et de retrouver par la même occasion l'homme qui est désormais son fiancé, le capitaine Alexander Quinn. Chargée de l'éducation du prince Nicholas, elle observe avec beaucoup d'intérêt la toute nouvelle unité d’élite. Mais l'audace de la jeune fille n'est pas du goût d'Alexander, et leurs relations s'enveniment...

Quand le capitaine poussé par des raisons connues de lui seul, franchit la frontière voisine au risque de créer un grave incident diplomatique, tout bascule. Sage n'a plus le choix : avec pour seule ressources son don pour les langues et une connaissance approfondie de l'adversaire acquise à la capitale en qualité d'espionne personnelle de la reine, elle doit trouver le moyen d'éviter une nouvelle guerre...

Identités secrètes, machinations politiques et jeu de dupes passionné, Le Parfum de la trahison nous entraîne cette fois ci en territoire hostile dans une sarabande infernale. Le talent de conteuse d'Erin Beaty vous tiendra en haleine jusqu'à la dernière page !

Mon commentaire général : Le parfum de la déception…

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « Ce secret doit être bien dangereux pour être gardé avec tant de soin. » (p.53)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

J’avais attendu avec beaucoup d’impatience la suite de La Couleur du Mensonge dont j’avais particulièrement apprécié le jeu de dupes et les machinations politiques. Après avoir tourné la dernière page du Parfum de la trahison, mes sentiments sont clairement mitigés et tendent même plutôt vers la déception.

Pourtant, le style d’Erin Beaty est toujours très fluide et il ne m’a pas fallu longtemps pour venir à bout de ces presque six cents pages. J’ai également apprécié de retrouver l’univers de Demora et ses faux-semblants, d’autant plus que l’intrigue s’éloigne du cœur du pays pour aller explorer les anciennes rivalités, les coutumes lointaines et l’autre côté de la frontière. Evidemment, je n’en dirais pas plus car les cachoteries sont le pilier du récit.

Et d’ailleurs, c’est un peu ce qui a plombé ma lecture. Les machinations secrètes et les complots géopolitiques, je veux bien, mais le récit est émaillé de malentendus qui ne servent à rien qu’entretenir un « suspense » qui n’en est même pas un pour le lecteur car comme on suit tous les points de vue, on est au courant de tous les éléments… Du coup, je n’ai pas été surprise et j’ai trouvé le temps assez long entre, par exemple, le moment où un personnage apprenait une information capitale et celui où il décidait finalement de la révéler, et il y a plusieurs situations de ce type avec des personnages qui savent ou ont fait quelque chose d’important mais ne veulent pas le dire à ceux qui pourraient bénéficier de ce savoir pour des raisons qui ne paraissent pas des plus crédibles. Quand on est proche de la guerre (car c’est de ça qu’il est question), on utilise tous les moyens à sa disposition. Pour le coup, Sage et Alex m’ont souvent paru agir comme des enfants butés et capricieux, alors qu’on les avait rencontrés bien plus matures que ça dans le premier tome.

Globalement, je suis donc déçue, à la fois par le comportement des personnages et par l’intrigue qui semble partir dans tous les sens.

Sinon, j’étais persuadée en ouvrant Le parfum de la trahison, que cette série était une duologie, ce qui n’est pas du tout le cas. Le troisième tome devrait sortir en VO en juillet 2019 et je lirai tout de même la suite lorsqu’elle paraîtra en VF car j’ai tellement été estomaquée par La couleur du mensonge que j’ose espérer que Le parfum de la trahison ne souffre que du syndrome du deuxième tome, celui qui fait figure de transition avant le final en feu d’artifice.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Mais où sont donc passés Sage et Alex ? Je veux dire ceux que j’avais tant apprécié dans le premier tome…

Sage m’a particulièrement irritée, se comportant comme une petite fille capricieuse. Je l’ai trouvée pleurnicharde et agaçante avec un sommet atteint lorsqu’elle complote avec la reine pour se faire envoyer avec les Norsaris à la frontière. N’a-t-elle donc pas compris que son fiancé n’avait peut-être pas envie de l’avoir dans les pattes alors qu’il avait une mission d’une importance capitale à accomplir avec toute la pression que cela représente ? Et dire qu’elle est censée être intelligente… (mais pas assez pour dévoiler à son fiancé et chef les informations qu’elle a glanées sur les Kimisars et Casmunis). En tout cas, heureusement que Sage était là partout pour résoudre tous les conflits et mettre à jour tous les complots, ce qui fait un peu trop providentiel à mon goût.

Quant à Alex, oublié son génie militaire. Alors qu’il a déjà mené des troupes au combat et n’a pas démérité son grade de capitaine, il suffit qu’il soit nommé à la tête des Norsaris pour perdre tous ses moyens. Il part dans tous les sens, ne fait plus confiance à personne et ne réfléchit plus… Il n’est plus qu’un jeune homme consumé d’amour pour sa bien-aimée, qui ne pense même pas à décliner son identité lorsqu’il est capturé par les Casmunis, alors que ça aurait évité bien des malentendus inutiles…

Bref, je n’ai pas reconnu le duo qui avait permis de déjouer un complot d’envergure dans La couleur du mensonge.

Espérons qu’ils reprendront du poil de la bête dans le troisième tome… Surtout que la menace Kimisare est bien loin d’être éteinte

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Veux-tu retourner à Demora?

Dis-le moi en commentaire.