dernier été à tokyoDernier été à Tokyo de Cecilia Vinesse

Editions : Pocket Jeunesse

348 pages

Paru le 1er Juin 2017

Aperçu : Sept jours pour s'aimer

6 jours,

19 heures,

24 minutes...

Pour Sophia, le compte à rebours a commencé !

Sophia, 17 ans, a une semaine pour dire au revoir à Tokyo et à son groupe d'amis expatriés. Mais ses adieux sont gâchés par le retour surprise de Jamie, avec qui elle a toujours eu une relation compliquée. Alors que tout s'écroule autour d'elle, Jamie se révèle pourtant le seul sur qui elle peut compter. Peut-être n'est-ce pas trop tard pour leur histoire ? Mais que peut-on construire, lorsqu'on n'a que sept petits jours ?

 

Mon commentaire général : Bye bye Sophia !

Ma note : 4/10

La citation qui résume tout : « J’avais l’impression d’être prisonnière de cet instant, juste avant la fin d’un rêve, avant que le monde ne se désintègre. Avant que tout ce qui constituait ma vie ne disparaisse. » (p.17)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Pour moi qui ai toujours rêver de visiter le Japon et qui aime en général les romances rythmées par un compte à rebours, le résumé avait tout pour me plaire.

Côté immersion, j’approuve, par contre je suis clairement restée sur ma faim concernant la romance.

Dernier été à Tokyo est l’histoire de Sophia, 17 ans, qui vit avec sa grande sœur et sa mère. Ses parents sont divorcés depuis quelques années et son père vit à Paris où il a refait sa vie. Au moment où le roman commence, il ne reste plus qu’une semaine à Sophia au Japon : le contrat de travail de sa mère est terminé, et elles doivent toutes rentrer aux Etats-Unis. Sophia doit donc quitter ses amis, mais aussi la ville de Tokyo où elle a passé une grande partie de sa vie. Tout cela serait assez compliqué comme ça sans le retour de Jamie, parti il y a 3 ans pour rejoindre un pensionnat aux Etats-Unis. Sophia et Jamie s’étaient quittés sur une dispute et ne se sont plus parlé depuis. Pourtant ils sont bien loin de se détester et la réapparition de Jamie pourrait bien rendre le départ de Sophia beaucoup plus douloureux…

Etant donné que l’autrice a vécu au Japon, j’ai trouvé l’immersion dans ce pays à la culture si différente de la nôtre assez réaliste, sachant que je n’y suis moi-même jamais allée. Cependant, les détails concernant la vie courante semblent authentiques, même si on peut regretter que nombre des personnages ne parlent pas japonais alors qu’ils y vivent depuis plusieurs années…

J’ai également aimé la plume de Cecilia Vinesse, que j’ai trouvée fluide et entraînante.

J’aurais donc pu apprécier davantage ce roman sans l’héroïne, Sophia, qui m’a parue profondément antipathique. Il faut savoir qu’au tout début du roman, Sophia est amoureuse de David, un de ses proches amis, mais qu’à la suite du retour de Jamie et suite à une révélation, celle-ci oublie complètement son précédent crush… Mauvais départ pour la romance principale, que j’ai de plus trouvée un peu forcée. Je veux bien croire que lorsqu’on va déménager à l’autre bout de la Terre on vit les choses plus intensément mais j’ai quand même du mal à croire qu’on puisse tomber follement amoureux en trois jours…

Le compte à rebours, qui est bien présent en début de chaque chapitre, n’apporte pas toute la tension dramatique qu’il pourrait. Ou alors c’est juste que ça n’a pas marché avec moi car je suis généralement plutôt fan de ce genre de présentation qui est censée marquer l’épée de Damoclès qui pèse sur la destinée des protagonistes…

En résumé, si j’ai aimé la plume et le contexte, je n’ai pas du tout accroché avec Sophia et Jamie et donc leur histoire m’est un peu passée par-dessus la tête. Peut-être que d’autres lecteurs sauront davantage apprécier cette lecture qui n’était clairement pas faite pour moi.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

J’avoue que j’ai dû me forcer à terminer ce roman, la faute à Sophia que je n’ai pas du tout appréciée.

Elle m’est apparue comme immature et un peu girouette.

Au départ, elle est désespérément amoureuse de David et elle voit d’un très mauvais œil le retour de Jamie qu’elle dit ne pas apprécier. Pourtant il suffit que la relation entre Mika et David soit éventée puis que Jamie soit le seul là pour elle afin que Sophia ne jure plus que par Jamie, ce qui ne pas paru vraiment crédible. Surtout qu’on va même jusqu’à nous dire qu’en fait Sophia et Jamie s’aimaient depuis toujours (avant que Jamie ne parte donc) … Qu’en est-il de l’amour de Sophia pour David alors ? Je ne comprends pas…

Le seul aspect de l’histoire que j’ai trouvé convaincant, c’est l’intrigue secondaire avec le père de Sophia et Alison. Le fait que Sophia se cache la vérité concernant son père, que sa sœur ait voulu la protéger depuis toujours est touchant, quoi qu’assez symptomatique de la capacité à Sophia à ne voir que ce qui l’arrange.

En fait, plus j’y réfléchis en écrivant cette chronique et plus je me rends compte que mon désamour pour Sophia me force à ne pas voir les choses sous un œil favorable et donc qu’il est assez compliqué pour moi de garder un point de vue objectif sur ce roman.

Le mieux à faire, s’il t’intéresse, c’est donc que tu lises ce livre pour t’en faire ta propre opinion !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Connais-tu Tokyo ?

Dis-le moi en commentaire.