gun cakeGun cake de Maloria Cassis

Editions : La Condamine

epub

Paru le 30 Mars 2018

Aperçu : Lequel des deux rendra les armes en premier ?

Angela Alessi réalise enfin son rêve de petite fille en ouvrant sa pâtisserie à Centori. Elle souhaite oublier son passé et ne plus jamais se laisser dicter son comportement.

Adriano Alario, chef de la mafia locale, ne voit pas les choses sous cet angle, et compte bien la faire s'acquitter, comme tous les commerçants, de la taxe due à sa famille pour s'être installée sur son territoire.

Il éprouve cependant des difficultés à rester insensible à l'aplomb et à la force de caractère de sa nouvelle adversaire, laquelle a bien du mal à résister à son charme.

Entre les secrets d'Angela, les règles du milieu, les trahisons et les préjugés, comment trouver une place pour les sentiments ?

 

Mon commentaire général : Flingues, macarons et sentiments !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « L’agneau contre le loup. » (Chap. 7)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Mélanger mafia et romance, voici le pari fou de ce roman… et ça marche !

Bienvenue à Centori, ville du nord de l’Italie, aux mains de la famille Alario. Ici, la protection se monnaie, et rien n’échappe à l’œil intransigeant d’Adriano, le fils de l’ancien Chef de la ville. Ainsi, quand Angela s’y installe pour ouvrir une pâtisserie et fuir son passé douloureux, elle est sommée elle-aussi de se prêter aux règles. Mais si la jeune femme est arrivée à Centori, c’est justement pour se libérer des contraintes auxquelles elle a été soumise toute sa vie et elle n’a pas l’intention de céder aux menaces des Alario, même si elle est bien trop attirée par Adriano. Et si ce bras de fer était le début d’une autre bataille ?

J’ai ouvert ma liseuse dans l’idée de passer un bon moment dépaysant sous le soleil de l’Italie et je n’ai pas pu la refermer avant d’avoir atteint la dernière ligne. C’est complètement addictif, très bien écrit, et les personnages sont attachants. Et quel bonheur de rencontrer enfin un vrai bad boy, prêt à se salir les mains quand il le faut !

Outre les personnages qui sont vraiment bien travaillés dans leurs nuances, j’ai beaucoup aimé plonger dans l’univers de la mafia, avec sa violence, ses lois immuables mais aussi l’importance de la Famille, ce sentiment d’appartenance forgé dans la loyauté extrême. Je ne parle même pas de la pâtisserie, « Gourmande » pourrait être mon deuxième prénom, dont j’ai adoré l’ambiance et cette petite boutique toute girly qui reflète exactement mes goûts. Fais quand même attention, lire ce livre donne faim

En plus, ce n’est pas l’amour au premier regard (c’est même plutôt le contraire !), et les sentiments naissent petit à petit, en même temps que le lecteur se laisse conquérir par la romance.

Bref, voilà un roman qui a tout pour me plaire, et d’ailleurs le tome 2 m’attend déjà et j’ai vraiment hâte de prolonger mon séjour à Centori !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

J’ai déjà été agréablement surprise avec les publications issues de Fyctia mais je pense que Gun Cake se hisse directement dans mon Top 3. Tout est réuni pour que j’aime ce roman : une belle plume, des personnages aboutis, un nouvel univers et des petits gâteaux !

J’ai vraiment été conquise par les protagonistes. Angela est une jeune femme forte, qui a résisté à des années de violence, et n’est pas prête à sombrer à nouveau sous la coupe d’un autre homme, même s’il a un regard de braise et un gros pistolet. J’ai aimé sa détermination, sa façon de tenir tête, de montrer qu’on peut être une femme seule mais ne pas se laisser marcher sur les pieds. Adriano n’aura finalement pas gain de cause : Angela ne paiera jamais le pizzo dans son intégralité. J’ai aussi apprécié qu’elle ne cède pas non plus aux avances d’Adriano à la première occasion. Ces deux-là sont attirés l’un par l’autre mais ils savent faire avec les circonstances sans se sauter dessus.

Concernant Adriano, c’est un personnage masculin comme je les aime. Il sait se montrer tendre ou brutal selon le contexte, avec toujours une raison valable. Il n’est pas mauvais par principe, ni bisounours, toute réaction de sa part est pesée avec attention. Pourtant, il sait se montrer sentimental, il est très attaché à la notion de famille, sans jamais perdre sa virilité.

Le fait qu’Angela soit la fille du Chef de la brigade anti-mafia donne à l’histoire un petit côté Roméo et Juliette qui ne dure toutefois pas longtemps. Bien au contraire, Angela n’étant pas particulièrement attachée à sa propre famille et à ce père qui l’a tant fait souffrir, qu’on pourrait se demander si elle n’est pas un atout dans la manche des Alario.

D’ailleurs, en nous faisant entrer au sein d’une Famille, on en viendrait presque à remettre en question notre appréciation du bien et du mal. Qui sont ici les méchants ? En tout cas les Alario ne semblent pas le pire qu’on puisse subir…

La suite verra-t-elle les « méchants » mafieux vaincre les « gentils » policiers ? Moi, je compte bien le découvrir !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Es-tu prêt à te soumettre aux Alario?

Dis-le moi en commentaire.