au bois dormant

Au bois dormant de Christine Féret-Fleury

Editions : Hachette Collection Black Moon

346 pages

Paru le 11 Juin 2014

Aperçu : On l'appelle le Rouet. En référence au « rouet » sur la pointe duquel la Belle au Bois Dormant se pique le doigt dans le conte de Perrault. Car le Rouet est un tueur en série, un criminel qui traque ses victimes dès leur naissance, promettant à leurs parents qu'il leur dérobera la vie le jour de leur seizième anniversaire.

Ariane aura seize ans dans quelques mois. Elle décide de s'enfuir plutôt que d'attendre cette mort annoncée. En chemin, elle rencontre Lara, une jeune fille qui lui ressemble comme une sœur. Mais un terrible accident emporte Lara. Elle aurait eu ses seize ans quelques jours plus tard. Dans la précipitation des événements, on confond Ariane et Lara. Et si changer d'identité était la solution pour échapper au tueur ? Ariane décide de se faire passer pour la défunte et continue sa fuite. Mais le tueur est bien plus proche qu'elle ne le croit...

 

Mon commentaire général : Efficace !

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « On ne fuit pas le Rouet, Ariane. On va à sa rencontre. » (p.78)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Revisiter un conte classique sous forme de thriller, voilà le pari tenu de Christine Féret-Fleury !

Tous les marqueurs de la Belle au Bois Dormant sont là : la piqûre du Rouet, le sommeil longue durée, la date fatidique des 16 ans… Sauf que le Rouet est ici un tueur en série, que le sommeil est définitif, et que les Belles au Bois Dormant sont nombreuses

Ce qui est aussi intéressant, c’est qu’on a à la fois les points de vue des victimes, des policiers et du tueur, ce qui permet de suivre tous les aspects de l’enquête.

J’ai aimé la plume et j’ai trouvé le rythme intéressant passé les premières pages, qui mettent un peu de temps pour nous présenter le contexte, avec cette épée de Damoclès qui pèse sur la tête d’Ariane, une des victimes : le tueur promet de s’attaquer à ses proies le jour de leurs seize ans, ce qui laisse cinq mois à la jeune fille pour essayer de contrecarrer son destin.

C’est donc un thriller efficace, qui aurait quand même pu être davantage poussé d’un point de vue psychologique (surtout côté tueur). Je pense également que les grands lecteurs de thriller devraient en percer les secrets assez rapidement car même si une partie de l’enquête se déroule hors champ, les détails pour permettre d’identifier le tueur sont là et peuvent sauter aux yeux des plus attentifs.

Au bois dormant est donc un bon thriller, à l’idée originale et dont les détails macabres font frissonner, qui devrait parfaitement combler les débutants avec ce genre littéraire.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Comme dans tous les thrillers, trois questions s’imposent : qui est le tueur ? Pourquoi tue-t-il ? Comment choisit-il ses victimes ?

L’idée de relier toutes ces jeunes filles à un même père biologique est intéressante… et facilement devinable, même si on tente de nous orienter à mi-chemin sur une autre piste. En fait, il n’en existe pas d’autres, la maternité étant le seul point commun entre les victimes, et il est donc surprenant que les enquêteurs n’aient pas mis le doigt dessus plus tôt. Même si les parents ont menti, il doit bien en être fait mention quelque part sur un document officiel, comme un acte de naissance par exemple… Ici il faut attendre que la dernière victime trouve par hasard cette information pour que les policiers s’y intéressent… Pas très crédible

D’ailleurs le hasard est pour beaucoup dans la résolution de cette enquête. Montréal est une ville suffisamment grande pour qu’Ariane ne tombe pas à la fois sur Clara et Eglantine, elle-même sœur du policier en charge de l’enquête… De même pour la rencontre plutôt bien tombée avec le Rat qui se trouve être un employé de la fameuse clinique…

Pour ce qui est du pourquoi, là encore tout n’est pas très clair : si l’implication de Marisa est (plus ou moins) compréhensible (tous les jumeaux qui ont perdu leur moitié ne tuent pas pour autant les enfants de celui-ci, il y a donc un autre traumatisme derrière tout cela), celle du médecin n’est pas du tout expliquée. On en déduit simplement que c’est un psychopathe, ce qui fait peu pour un amateur de thriller. Si j’aime lire de temps en temps un bon thriller ou policier, c’est à la fois pour le suspense mais aussi pour tout l’aspect psychologique qui se trame derrière les lignes. Ici, je trouve que c’est un peu maigre.

Malgré tout, pour un thriller estampillé jeunesse, je l’ai trouvé plutôt prenant et efficace, et il peut clairement faire apparaître de nouveaux amateurs pour le genre.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Te piqueras-tu au jeu du Rouet ?

Dis-le moi en commentaire.