l'honneur de prestonL’honneur de Preston de Mia Sheridan

Editions : Hugo et Cie Collection Poche

486 pages

Paru le 11 Octobre 2018

Aperçu : Ils étaient deux frères –des jumeaux– je les aimais tous les deux, mais mon âme n'appartenait qu'à l'un d'entre eux.

Toute sa vie durant, Annalia Del Valle a aimé Preston Sawyer. Elle a grandi dans une cabane dans Central Valley en Californie, mais a découvert la liberté, dans la ferme Sawyer voisine et auprès des garçons qui étaient ses seuls amis. Preston est amoureux de Annalia depuis son enfance. Il a réussi à le lui cacher jusqu' à ce que leurs mondes – comme leurs corps– sont entrés en collision par une chaude nuit d'été. Une nuit qui va bouleverser leur vie pour toujours. Après avoir disparu corps et âme pendant six mois Annalia est de retour en ville. Si Preston a échappé à son désespoir amoureux, son sens de l'honneur et sa fierté parviendront-t-ils à le retenir à nouveau, lorsque, l'objet de son désir de toujours, est de retour.

Comment fait-on pour dépasser les blessures du passé ? Réparer L'irréparable ?

Mon commentaire général : L'honneur, c'est bien, l'amour, c'est mieux...

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Je me rends compte que, parfois, les barrières les plus destructrices sont à l’intérieur de nous-mêmes. » (p.439)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Après ma lecture pas complètement satisfaisante de Archer’s Voice, j’ai décidé de donner une nouvelle chance à Mia Sheridan avec la sortie en format poche de L’honneur de Preston.

Je lui reconnais toujours une plume très agréable, très poétique, qui fait que les pages se tournent très facilement. J’ai également été très touchée par les personnages, personnes ordinaires qui vivent des évènements ordinaires, ce qui rend l’identification plutôt facile.

Le début, voire la première moitié, est pour moi le meilleur du roman. Après un prologue qui dévoile déjà des éléments déterminants sur les personnages, Mia Sheridan nous entraîne dans le passé de Annalia et des jumeaux Preston et Cole.

Ces trois-là se connaissent depuis toujours car la mère d’Annalia travaillait à la ferme du père des jumeaux et les enfants ont fait connaissance, même si la mère des garçons voyait d’un mauvais œil que ses fils trainent avec une mexicaine. Or on ne peut pas empêcher les sentiments, et si Annalia aime Preston depuis l’enfance, celui-ci a laissé l’avantage à son frère, à cause d’une stupide course… L’amour parviendra-t-il à faire tomber les préjugés et vaincre les promesses caduques ?

Le retour dans le « présent » m’a paru moins intéressant, peut-être parce que l’autrice y applique le même schéma que dans la première moitié. On fait ainsi des sauts dans le temps, les personnages se remémorant sous forme de flash-backs les évènements importants qui les ont conduit là, sauf que ça marche moins bien, le processus étant déjà éventé.

Malgré tout, j’ai aimé la façon qu’a Mia Sheridan de faire naître les sentiments, mais aussi de nous raconter des cultures différentes. Il y a bien évidemment la culture mexicaine et les préjugés/le racisme que subissent les Mexicains dans une petite ville américaine. Mais on y parle aussi de la vie à la ferme et de la dure réalité des propriétaires terriens qui doivent souvent faire de lourds sacrifices pour maintenir à flots leurs exploitations.

Pour moi, L’honneur de Preston est donc meilleur que Archer’s Voice, peut-être parce que l’autrice favorise les sentiments aux scènes de sexe et que cette New Romance s’écarte beaucoup des sentiers battus.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Quelle bonne idée que ce prologue qui nous en dit déjà tellement !

A la lecture de ces premières lignes, on sait déjà que Annalia et Preston ont eu une aventure, qu’ils ont un fils, que la jeune femme a disparu pendant six mois en abandonnant son enfant, voire même que l’autre jumeau est décédé si on est bien attentif. On pourrait penser que c’est stupide de nous en dévoiler autant en quelques pages : quel est l’intérêt de lire le reste ?

Tout simplement de comprendre comment Lia et Preston en sont arrivés là, à s’aimer en dépit de leurs récriminations, et c’est ce suspense qui m’a conduite à lire presque d’affilée les deux cent premières pages.

J’ai aimé voir les sentiments de Lia et Preston grandir de jour en jour, même si elle ne se trouvait assez bien pour personne et qu’il ne pouvait s’empêcher de se cacher derrière son frère. J’ai eu peur du triangle amoureux mais il n’existe pas vraiment : Lia n’a d’yeux que pour Preston et Cole n’est qu’un substitut parce qu’il a le même visage.

Pourtant, j’ai moins aimé le retour au « présent » alors que le récit se concentre sur le couple et leur combat contre leurs difficultés. Tout n’est qu’incompréhension, ce qui est rageant vu de l’extérieur, et surtout j’aurais préféré un récit chronologique à ce stade. En effet, on sait déjà que Lia est partie et revenue ou qu’ils ont recouché ensemble la nuit où la pluie est revenue, ce qui coupe l’effet dramatique de cette période noire. J’aurais préféré vivre la dépression de Lia et la sécheresse en ne sachant pas comment tout s’était résolu.

Le départ de Lia sur un coup de tête apparait ici comme une bonne chose : elle revient en pleine forme, Preston s’est bien occupé de son bébé (même s’il en veut à Annalia), alors que la fuite est plutôt un élément dramatique du récit…

Clairement la chronologie a été davantage pour moi un obstacle à la montée des émotions qu’un catalyseur, et j’ai plus lu poussée par la curiosité que par mes sentiments.

C’est tout de même un très bon roman, différent du fait des cultures qu’il met en jeu et du fait que les personnages ont un bébé à gérer, mais au vu du début, je m’attendais à plus d’émotions.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  L’honneur est-il plus important que l’amour ?

Dis-le moi en commentaire.