dans la nuit de new york

Dans la nuit de New York de Anna Woltz

Editions : Bayard

297 pages

Paru le 5 Septembre 2018

Aperçu : Je m'appelle Emilia December De Wit.

J'ai quatorze ans.

Je viens de tout perdre.

Est-ce que l'histoire pourrie qui circule sur Internet parle de la vraie moi ? Mon histoire, ma vraie histoire, où est-elle ?

Je suis la seule au monde à savoir ce que je m'apprête à faire, si j'en ai le cran, ce qui n'est pas gagné.

Six mille kilomètres plus tard. L'air est glacial. New York est en fête. Je marche dans les rues. J'ai repéré le commissariat de police et me suis dirigée dans le sens opposé.

Je suis libre.

 

Mon commentaire général : Comme un ouragan…

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Vous n’imaginez pas comme c’est difficile d’être moi. » (p.7)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Dans la nuit de New York est un roman à part, très différent de ce qu’on peut lire habituellement en littérature jeunesse.

Ce roman met en scène Emilia, 14 ans, qui pour fuir ses problèmes familiaux, quitte tout simplement les Pays Bas pour New York, ville qu’elle idéalise à cause des shows TV. Or rien ne se passera comme prévu : le logement qu’elle avait réservé sur internet n’est pas disponible et l’ouragan Sandy s’apprête à s’abattre sur la ville. Que faire quand on a 14 ans, qu’on est atteint de TOC, qu’on est à 6000 kilomètres de chez soi quand on se retrouve dans une situation exceptionnelle avec des étrangers ?

J’ai lu ce roman dans la journée, tant il est prenant et bien écrit. Il faut dire qu’en plus de l’histoire personnelle d’Emilia et de ses compagnons, tous très attachants, l’autrice a parfaitement bien su retranscrire cette atmosphère hors du temps de New York sous l’ouragan. Je l’ai vraiment vécu comme une expérience de lecture à part entière grâce à cette ambiance un peu particulière et le mystère qui plane autour d’Emilia : quel drame a-t-elle vécu pour prendre la décision de partir aussi loin de chez elle à tout juste 14 ans ?

Mon seul souci avec ce roman, c’est la fin, beaucoup trop ouverte. Tellement que je me suis sérieusement demandé si mon exemplaire n’était pas incomplet. Un épilogue n’aurait clairement pas été de trop, histoire de ne pas laisser autant les lecteurs dans le flou !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Avec le résumé si peu fourni, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en ouvrant ce roman : une jeune fille paumée à New York, avec une lourde histoire personnelle, et c’est à peu près tout.

Comment aurais-je pu un instant imaginer le taciturne Seth, la lumineuse Abby, le beau Jim et Sandy la destructrice ?

Tout cela en fait un roman vraiment spécial, à la limite du huis clos. Ces personnages que tout oppose, qui n’auraient jamais dû se rencontrer, sont forcés par la nécessité de cohabiter pendant une semaine. Et ce qui aurait pu tourner au désastre finit par tous les remettre sur le chemin de la vie : Jim prend la décision de rentrer chez lui, Seth prend conscience qu’il doit sortir de sa « bulle temporelle » et aller de l’avant malgré la mort de son père et Emilia finit par abandonner ses TOC et affronter ses parents ?

D’ailleurs j’ai trouvé assez original le sujet choisi par l’autrice avec cette relation entre le père d’Emilia et une de ses élèves, d’autant qu’il est évoqué via le regard de la fille de l’intéressé, ce qui montre bien les ravages que ce genre de drames provoque.

Mais pourquoi cette fin ? On ne sait pas si Emilia reviendra à New York, ni même si elle reverra Seth et Abby. On dirait qu’il manque des pages à cette histoire et c’est dommage car quand on s’attache à des personnages sur près de 300 pages, on a envie de savoir ce qu’ils deviennent…

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Une visite décalée de New York, ça te dit ?

Dis-le moi en commentaire.