cruellesCruelles de Cat Clarke

Editions : Robert Laffont Collection R

417 pages

Paru en 2013

Aperçu : Lors d'un séjour avec sa classe en Ecosse, Alice et sa meilleure amie Cass sont coincées dans une cabane avec Polly, l'asociale de service, Rae, la gothique aux terribles sautes d'humeur et Tara, la reine des pestes. Populaire, belle et cruelle, cette dernière prend un malin plaisir à humilier les autres. Cass décide qu'il est grand temps de donner à Tara une leçon qu'elle n'est pas prête d'oublier. Va alors se mettre en marche une succession d'événements qui vont changer la vie de ces filles à jamais.

 

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : L’âge cruel…

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « A nous demander comment une chose aussi terrible a pu arriver à quelqu’un d’aussi jeune. Sauf que nous connaissons la réponse, elle et moi. Nous savons.» (p. 20)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

La réputation de Cat Clarke n’est plus à faire. J’avais beaucoup apprécié A kiss in the dark et j’avais vraiment envie de lire un autre roman de cette autrice jeunesse dont le talent pour mettre des mots sur les maux adolescents est prouvé.

Avec Cruelles, c’est une autre problématique qui est abordée, quoi qu’on reste dans le sujet des mensonges et leurs conséquences.

C’est ici l’histoire d’Alice (et de ses camarades), 16 ans. Pendant un séjour scolaire, un drame est survenu, à l’origine duquel Alice et ses camarades de chambrée ne sont pas complètement innocentes. Si la gravité de l’incident est révélée dans les toutes premières pages, je préfère tout de même l’évoquer ici. Sache quand même que le roman s’attache non seulement à raconter ce qui s’est réellement passé mais surtout à montrer les conséquences de l’attitude des jeunes filles sur leurs vies d’une part mais aussi sur les vies de leurs familles.

Pourtant, si j’ai aimé la plume, j’ai eu un peu de mal à entrer dans le roman et je n’ai malheureusement pas aimé le personnage d’Alice que j’ai trouvée non seulement superficielle mais aussi trop suiveuse.

De plus, la fin beaucoup trop ouverte a douché tout mon enthousiasme. Au vu de la gravité de ce qui a été fait, il aurait été très intéressant d’aller jusqu’au bout dans le traitement des conséquences, surtout quand on s’adresse à un public adolescent. Quand on voit certaines réactions sur les réseaux sociaux, d’une violence extrême, il est bon de rappeler les véritables effets de ses actes.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Au-delà du drame que constitue la mort d’une adolescente de 16 ans, j’ai aimé le fait que Cat Clarke nous explique non seulement ce qui s’est passé (c’était un accident, du moins pour trois des agresseuses sur quatre) mais aussi comment chacune d’entre elles ressent les conséquences de ce qu’elles ont fait. Rae n’a pas supporté la culpabilité et a préféré se suicider (et je trouve quand même dommage que ce soit justement la jeune gothique, ce qui fait un peu trop cliché pour moi). Cass essaie de sauver les apparences. Polly en profite pour monter sur l’échelle sociale (mais ça doit être chez elle que la culpabilité est la moins grande étant donné que c’est elle seule qui a décidé de la mort de Tara en la privant d’inhalateur). Et Alice se rapproche du frère de la victime, touchant dans son chagrin, dans une tentative désespérée de le consoler de la mort de sa sœur et pour elle, de reprendre une vie normale malgré ses hallucinations.

En ce sens, je l’ai trouvée très maladroite. Peut-être est-ce une façon de se faire pardonner ou de renouer avec l’univers de celle qui était auparavant son amie et qu’elle a laissé tomber pour augmenter sa popularité. En tout cas, je n’ai pas trouvé Alice très attachante, malgré la mort de sa mère ou le besoin de son père de refaire sa vie. Je suis restée très extérieure parce qu’Alice n’a pas éveillé beaucoup d’émotions en moi, à l’inverse de Jack dont la douleur était poignante.

A la limite, j’ai mieux compris les réactions de Rae ou de Polly, l’une ayant renoncé, l’autre ayant profité de l’opportunité pour prendre la place de l’absente.

Je voudrais aussi revenir sur l’absence d’épilogue, qui aurait pourtant été vraiment nécessaire. Qu’est-il arrivé aux filles après l’appel téléphonique d’Alice à la police ? Ont-elles été inculpées ? Ont-elles fini en prison ? Quelle part de responsabilité a été attribuée à l’une ou à l’autre ? On ne le saura jamais et c’est bien dommage. Il me semble nécessaire de rappeler que tout acte a une conséquence. Qu’on ne peut pas jouer impunément avec la vie d’une personne. Que même s’il agit d’un accident, la société demande un paiement en échange de la vie qui a été prise. Dans la société actuelle, où la violence et le rejet de responsabilité sont devenues monnaie courante, il me semblait important de l’exposer clairement.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Qu’est-il vraiment arrivé à Tara?

Dis-le moi en commentaire.