Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du troisième et dernier tome de la série Forget tomorrow. Si tu n’as pas lu les tomes précédents, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur Forget tomorrow (tome 1) ou Remember Yesterday (tome 2).

 

live todayForget tomorrow, tome 3 : Live today de Pintip Dunn

Editions : Lumen

468 pages

Paru le 18 Janvier 2018

Aperçu : Imaginez un monde où votre avenir a déjà été fixé… par votre futur moi !

Sur le papier, Olivia a tout pour être heureuse… Non seulement c’est la fille de la présidente Dresden, la femme toute-puissante qui dirige d’une main de fer la ville d’Eden City, mais c’est aussi la seule prophétesse du monde : elle est capable de voir les différents avenirs possibles de tous ceux qu’elle approche. Malgré tout, à seize ans, c’est surtout une adolescente mal dans sa peau. Loin de lui faciliter la vie, son pouvoir de précognition la terrorise, surtout depuis le jour où, à peine âgée de six ans, elle a vu sa mère perpétrer un génocide dans un lointain futur. Depuis, elle n’a de cesse d’éviter que son cauchemar ne se réalise. Mais quelle prise pourrait-elle bien avoir sur le Destin, elle qui s’est isolée pendant dix ans loin des autres pour échapper aux images et aux voix qui l’assaillaient sans cesse ?

Tout bascule le jour où Ryder Russel, l’un des membres les plus éminents du Réseau, une organisation dissidente redoutée du pouvoir, est capturé. Effarée, Olivia découvre le futur du jeune homme et assiste alors en direct à sa propre mise à mort : le garçon est destiné à devenir son bourreau ! C’est pour elle un terrible cas de conscience : mérite-t-il pour autant d’être torturé, lui qui se bat pour un avenir meilleur ? Se sachant condamnée – toutes ses visions ne le lui avaient-elles pas prédit ce tragique destin ? –, la jeune Précognitive ose pour la première fois défier sa mère et aide Ryder à s’échapper… avant de le suivre dans la clandestinité.

Commence alors pour les deux jeunes gens une course-poursuite contre le cours même du Temps. Avec une interrogation : et si la solution à tous leurs problèmes se trouvait contre toute attente, là, à portée de main, dans le présent ? Avec ce dernier volet, Pintip Dunn clôt en beauté cette trilogie dystopique haletante où ses héros, comme le Destin, ne cessent de jouer avec nos nerfs.

Mon commentaire général : c’est la fin des Temps…

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : «Peu importe que notre espérance de vie soit de deux semaines ou de deux siècles : nous allons vivre l’instant présent, et continuer à nous entraider. » (p. 166 )

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Comme les deux autres tomes qui l’ont précédé dans cette série, Live Today n’aura pas fait long feu entre mes mains : je l’ai ouvert et l’ai terminé dans la journée. Ça se lit donc toujours très bien grâce à la plume très fluide de Pintip Dunn.

Par contre, ma lecture de Remember Yesterday remontant à plus d’un an, et vu la complexité des sujets abordés ici avec les voyages temporels, j’ai pataugé un moment avant de raccrocher les wagons (et je ne suis même pas sûre d’avoir tout reconstitué). Si tu as la possibilité de relire les tomes précédents avant de t’attaquer à celui-ci, c’est mieux.

Comme ses grands-frères, Live today met en avant une autre des jeunes filles d’intérêt de la série. Après Callie et Jessa, c’est donc au tour d’Olivia, la fille de la présidente Dresden, d’entrer en scène. Elle a un rôle primordial à jouer dans cette histoire : en tant que Précognitive très puissante, elle connaît par avance le sort de chacun, les multiples chemins que réserve l’avenir en fonction des choix de chaque individu. Or elle a toujours été incapable de voir l’avenir au-delà d’une certaine date, et c’est en visionnant le Souvenir Futur d’un résistant, Ryder, qu’elle finit par comprendre pourquoi : elle y voit le jeune homme l’exécuter en public. Pourtant, elle va l’aider à s’enfuir et ainsi mettre en route les évènements qui devraient conduire à sa mort, vingt jours plus tard…

Si le voyage temporel était déjà exploité dans les volets précédents, il prend ici toute son importance, et tous les évènements depuis le début prennent un jour nouveau grâce aux explications qui sont fournies. On en sait plus sur tous les personnages et les actions des uns et des autres trouvent toutes un éclaircissement. Pour une conclusion de série, c’est parfait !

Par contre, je n’ai pas vraiment adhéré aux personnages, Olivia en tête. Son attirance très marquée pour Ryder est vraiment pénible. Quand on est en train de fuir, pense-t-on réellement que les lèvres de son compagnon de route sont magnifiques ? (et je n’invente rien…) Du coup, il y a des passages que j’ai lu en diagonale parce que j’avais du mal à être « dans la tête » de la jeune fille. C’est dommage, mais c’est un reproche que j’avais déjà fait pour les tomes précédents et c’est encore accentué dans ce volet. Je pense qu’on peut écrire des romans Young Adult bien pensés sans pour autant verser dans la romance à tout va. Surtout quand on part sur une idée aussi originale que cette série, les voyages temporels n’étant pas les plus évoqués en littérature jeunesse.

C’est donc une lecture mitigée : bon sujet, plume fluide, mais trop de romance tue la romance.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Pour une conclusion de série, Pintip Dunn a rempli son contrat : la fin est une vraie fin, on comprend tous les désagréments causés par les voyages temporels, et les visions d’Olivia dont on parle depuis Forget Tomorrow se réalisent enfin. Je n’ai tout de même toujours pas compris d’où venait ce fameux Souvenir Futur. On sait que Tanner doit l’inventer mais on ne sait pas pourquoi ni comment, surtout que leur dangerosité ayant été prouvée par la disparition des gens, il est improbable qu’il continue dans cette voie… Bref, il faudrait revenir sur le grand débat du voyage temporel : est-ce qu’il intervient dans la même temporalité ou est-ce que le fait même d’y avoir recours fait basculer sur une temporalité parallèle ? Ce n’est pas le sujet.

J’ai été contente de revoir les anciens personnages et de savoir ce qu’ils étaient devenus (voire même que leur Souvenir Futur finisse par se réaliser, comme Angela, même si là encore je me pose des questions sur la possibilité qu’elle puisse s’envoyer un Souvenir étant donné qu’elle a quitté cette temporalité. Toujours le même débat…).

Par contre, je suis stupéfaite que l’action du livre se déroule intégralement en une vingtaine de jours, sachant que dans ce laps de temps, le monde frôle la destruction, on arrive à construire une machine impressionnante et que Olivia et Ryder tombent amoureux (non en fait, ça, ça arrive en trois jours maximum). Je trouve que ça remet en perspective toute la plausibilité du récit, même si ça se passe dans le futur avec des moyens qui n’ont rien à voir avec les nôtres. Evidemment, le compte-à-rebours qui pèse sur Olivia est partie prenante du récit, mais je trouve que l’allonger un peu n’aurait pu apporter que de la crédibilité à l’histoire.

Ce que je ressens, c’est une sorte de simplification dans l’histoire, alors même qu’on veut employer des concepts difficiles comme le voyage dans le temps. On passe proportionnellement trop de temps à s’extasier de la beauté de Ryder par rapport à la complexité des aspects scientifiques. C’est dommage parce que l’idée de départ était bonne.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Veux-tu entrer dans l’esprit d’une Précognitive ?

Dis-le moi en commentaire.