Nos infinies confusionsInfinite love, tome 5 : Nos infinies confusions de Alfreda Enwy

Editions : Milady Collection Emma

epub

Paru le 29 août 2018

Aperçu : Acrobate passionnée et talentueuse, Victoria Krysanova voit son monde voler en éclats du jour au lendemain. Forcée de tout quitter, c’est sous le nom de Murphy Greenwell qu’elle arrive dans la petite ville de Friendship, perdue, bouleversée et en deuil. Un soir, alors qu’elle se laisse aller à danser dans la salle vide d’un vieux cinéma, elle découvre qu’on l’observe. Axel Redfox, joueur vedette de l’équipe de foot de l’université est immédiatement fasciné par la pétillante rousse au regard impénétrable. Lorsqu’il la retrouve sur le campus, il n’a de cesse de vouloir percer ses mystères, mais malgré l’attraction toujours plus forte qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, Murphy se refuse à laisser qui que ce soit l’approcher. Elle sait que la menace qui plane sur elle pourrait mettre la vie d’Axel en danger.

Mon commentaire général : Quand la Petite Sirène rencontre Superman…

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « Axel avait le pouvoir des attrapes-rêves, il gardait les mauvaises ondes dans sa toile. » (Chap. 12)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Nos infinies confusions est le cinquième tome d’une série qui devrait à terme comporter six tomes. Chaque roman s’attache à un couple différent, avec des personnages que l’on rencontre dans les autres volets.

C’est là que je dois avouer que j’ai lu Nos infinies confusions sans avoir lu aucun des autres et cela ne m’a pas dérangée dans ma lecture. Même s’il vaut mieux les lire dans l’ordre, pour le suspense et parce que certains éléments sont parfois révélés sur les autres personnages, tu peux donc les lire comme tu le souhaites si tu n’as pas peur des spoilers. En tout cas, cela ne nuit en rien à la compréhension.

Dans Nos infinies confusions, nous faisons la connaissance de Victoria, fildefériste, qui est obligée de se cacher dans une petite ville sous une fausse identité pour échapper à l’homme qui a détruit sa vie. Vivant dans la peur, son garde du corps toujours près d’elle, elle s’est jurée de ne nouer aucune relation dans cet endroit qu’elle quittera dès que son agresseur aura été arrêté. C’était sans compter sur l’obstination d’Axel, qui est irrésistiblement attiré par celle qu’il a surpris en train de danser dans une salle de cinéma vide…

Ce que j’ai apprécié dans ce roman, c’est la maturité des personnages. Ils sont peut-être jeunes mais pas naïfs. Ce n’est pas non plus l’amour au premier regard : les protagonistes apprennent à se connaître, il y a des échecs et des succès. Même si l’attirance est très forte, les sentiments se construisent sur du long terme.

J’ai aussi beaucoup apprécié la chronologie du récit. Il y a un rebondissement qu’on attend forcément (et dont je ne peux pas parler ici sans spoiler…) et qui n’arrive pas du tout au moment où on imagine, ce qui surprend et donne beaucoup de rythme au roman. J’ai aimé aussi qu’on parle de reconstruction après un traumatisme, des conséquences psychologiques sur les victimes et leur entourage…

Si la plume est parfois très jolie, mon expérience de lecture a été gâchée par les trop nombreuses fautes qui restent encore dans le texte. Ça manque surtout de conjugaison (ah l’accord des participes passés !) et sans être une obsédée de l’orthographe, je n’ai pu m’empêcher de les remarquer et de grincer des dents à chacune d’entre elles. Une, ça va, mais quand ça devient récurrent, on ne voit plus que cela…

C’est vraiment dommage car c’est une jolie histoire, avec quelques défauts, certes, mais l’abondance de fautes ne laisse pas un sentiment très « professionnel » de ce roman.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Maintenant que je peux parler sans peur du spoiler, je peux revenir sur l’évènement qu’on attend dès les premières pages : le retour du harceleur de Victoria.

Pour avoir lu de nombreux New Adult basés sur un principe similaire (une héroïne qui fuit un agresseur de son passé), je me doutais bien qu’il allait finir par la retrouver, surtout avec cette histoire de photo sur Facebook. Par contre, je m’attendais à un schéma dans ce genre-là, comme dans mes autres lectures : Victoria/Murphy rencontre Axel, ils sont très attirés l’un par l’autre, résistent un peu puis finissent par succomber. Leur relation, basée sur des mensonges, est fragile et Axel ne tarde pas à découvrir que Victoria/Murphy lui ment sur son passé. Ils s’embrouillent, et à un moment où ils sont fâchés, le harceleur retrouve Victoria, l’enlève ou tente de le faire, obligeant Axel à jouer les héros et à sauver sa belle. Puis ils vivent heureux pour toujours, débarrassés des secrets.

Force est de constater que l’autrice m’a bien eue !

Le retour de l’agresseur (dont on ne connait jamais le nom d’ailleurs…) arrive bien plus tôt que je ne l’attendais, ce qui oriente le reste du récit (presque la moitié) sur la reconstruction de Victoria et sa libération. Elle qui ne voulait pas créer de relation en tant que Murphy peut alors vivre la vie qu’elle souhaite en étant à nouveau Victoria. Par contre, j’ai trouvé cette seconde moitié un peu longue par moment. Certaines scènes auraient pu être retirées sans que cela ne nuise vraiment au récit. Typiquement, je n’ai pas compris l’utilité de l’agression finale, si ce n’est faire jouer le héros à Axel (comme ce que j’avais supposé au départ). Or, pour moi, ce n’est pas le rôle du jeune homme, en tout cas pas dans ce sens-là. Il n’est pas là pour sauver physiquement Victoria, mais pour lui faire reprendre goût à la vie, chasser ce sentiment de culpabilité qui l’étouffe, lui réapprendre à vivre sa passion.

Pas besoin de jouer de ses poings pour être Superman. Les héros du quotidien ne sont pas ceux qui frappent le plus fort. D’ailleurs c’est avec son amour que le Prince Eric a sauvé la Petite Sirène… Tout comme Axel le fait pour Victoria.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Prêt à marcher sur le fil?

Dis-le moi en commentaire.