Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du troisième tome de la série Chroniques Lunaires. Si tu n’as pas lu les tomes précédents, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur Cinder (tome 1) ou Scarlet (tome 2).

 

cressLes Chroniques Lunaires, tome 3 : Cress de Marissa Meyer

Editions : Pocket Jeunesse

658 pages

Paru le 16 Octobre 2014

Aperçu : Cinder et le capitaine Thorne se sont enfuis aux côtés de Scarlet et de Loup. Le groupe rebelle projette de renverser la reine Levana et son armée. Mais, le seul espoir de la résistance réside dans Cress, qui, emprisonnée dans un satellite depuis l'enfance avec ses écrans pour seule compagnie, est devenue un hacker imbattable. Malheureusement, la reine Levana a d'autres projets pour elle, et libérer la jeune fille pourrait bien leur coûter cher...

 

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : Par les étoiles !

Ma note : 8.5/10

La citation qui résume tout : « Si on réussit notre coup, ce sera la guerre. » (p.465)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Après Cendrillon et Le petit chaperon rouge, c’est au tour de Raiponce de subir son dépoussiérage façon Marissa Meyer. Si la jeune fille est bien isolée du monde au début du roman (et est terriblement naïve comme peut l’être toute personne coupée de la civilisation et des relations humaines), la nouveauté apportée par l’autrice est d’en faire une hackeuse de génie. Aucun ordinateur, aucun réseau ne peut résister aux doigts de fée de Cress dès lors qu’elle a accès à un clavier…

Et ses compétences vont s’avérer précieuses dans l’énorme tâche qui attend Cinder, Thorne, Scarlet et Loup. En vue : empêcher le mariage de l’horrible Levana avec Kai. Mais évidemment, ce n’est pas une promenade de santé…

Pour un roman de presque 700 pages, il n’aura pas fait long feu dans mes mains. J’en suis venue à bout en deux jours à peine, sachant que j’ai trouvé la première partie un peu plus longue. Mais quand le plan se met en route, rien n’a pu détacher mes yeux de mon livre !

Se basant sur le conte des frères Grimm (et non sur l’interprétation Disney), Marissa Meyer réussit brillamment à introduire les éléments de l’histoire originelle pour en faire une histoire originale. Je me suis vraiment prise au jeu, découvrant la mignonne Cress et redécouvrant le capitaine Thorne, qui prend de l’importance dans ce tome.

De plus, les révélations sur le fond de l’intrigue sont nombreuses et on comprend que l’autrice a réfléchi en profondeur sa saga, nous distillant les informations au fur et à mesure alors que tout était prévu depuis le début.

En tout cas, Winter, le quatrième tome m’attend et c’est avec grand plaisir que je m’en vais redécouvrir Blanche-Neige !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Le point fort de ce roman, c’est comme dans Scarlet de diviser les forces.

Séparés suite au sauvetage raté de Cress, les personnages sont forcés de vivre des aventures séparées pour mieux se retrouver par la suite (sauf la pauvre Scarlet, évidemment, dont le sort n’a rien d’enviable) et d’unir à nouveau leurs capacités pour kidnapper Kai, dans l’optique de ralentir la prise de pouvoir de Levana sur la Terre. J’aime cette bande aux multiples talents, complémentaires, rassemblés autour d’un même objectif. En combinant leurs capacités, ils sont plus forts et à même de défier la terrifiante reine Lunaire : en voilà un beau message !

Si j’ai trouvé qu’il ne se passait pas grand-chose du côté de Cinder, Loup, Iko et Jacin, les péripéties de Cress et Thorne m’ont captivées. Tout d’abord parce que cela nous permet de connaître davantage le capitaine arrogant qu’on effleurait à peine dans le tome précédent. Or, il y a plus à voir chez Thorne que sa carapace suffisante. En cela, Cress a bien raison, même si elle le voit avec les yeux de l’amour : Thorne est sensible et courageux, et nous avions tout à y gagner à le connaître !

Et même si ce n’est pas le gros de l’action, j’ai beaucoup apprécié leur petit intermède dans le désert. Confrontés à la difficulté, la douleur, les éléments extérieurs, c’est souvent là qu’on voit se révéler les caractères et c’est là que j’ai commencé à aimer Cress et Thorne, duo détonnant et pourtant pas si dénué de sens.

Il faut bien aussi que je te confie un petit secret : Raiponce est mon conte préféré (à égalité avec La Belle et la Bête), donc j’étais très impatiente d’en découvrir la version futuriste. Au final, j’en ressors enchantée, vraiment séduite par cette réinterprétation SF. Faut dire qu’elle déchire la Raiponce hackeuse !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Prêt à rencontrer Cress ?

Dis-le moi en commentaire.