Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième tome de la série Le Puits des mémoires. Si tu n’as pas lu le tome précédent, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur La traque (tome 1).

 

le puits des mémoires T2Le Puits des mémoires, tome 2 : Le fils de la lune de Gabriel Katz

Editions : Scrinéo

407 pages

Paru en 2012

Aperçu : Fuyant le royaume d’Helion où leur tête est mise à prix, Nils, Karib et Olen s’embarquent pour Woltan, sur les traces de leur identité. Pourquoi ont-ils assassiné le plus puissant roi du monde ? Dans leur quête de la vérité, ils vont découvrir un royaume fascinant, colossal, aux frontières des terres barbares. Mais leurs poursuivants n’ont pas abandonné la traque…

Pour les fugitifs sans mémoire, c’est l’heure des révélations, et de la plongée dans le grand nord, où leur vie ne tient qu’à un fil.

 

 

 

Mon commentaire général : J’en reste sans voix…

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : « Trop de bruit pouvait lever le voile sur des choses que personne, jamais, ne devait savoir.» (p. 290)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Souvent dans une trilogie, le tome 1 est accrocheur, le tome 2 fait figure de transition avant que le tome 3 n’apporte toutes les réponses.

Si j’en parle ici, c’est parce que Le Puits des mémoires ne suit pas du tout ce schéma complètement frustrant pour le lecteur, bien au contraire, puisque j’ai trouvé Le fils de la lune encore meilleur que La traque !

Il n’y a ici aucun temps mort durant ce voyage sur les terres de Woltan, avec un nombre de péripéties incroyables et toujours plus de rebondissements. On en apprend davantage sur les trois compères, ce qui m’a permis de plus m’attacher à eux que durant le premier tome et surtout on en prend plein la face !

Gabriel Katz est typiquement l’auteur qui sait réveiller son lectorat avec quelques révélations bien placées qui font bondir de son siège. Le fils de la lune se termine notamment sur des rebondissements inimaginables qui donnent immédiatement envie de se précipiter sur le tome 3, et heureusement pour moi, je l’ai déjà en ma possession. Sinon, je crois bien que j’aurais piqué une crise de nerfs. Avertissement donc : il est obligatoire d’avoir déjà tous les tomes avec soi avant de commencer cette lecture (ou de savoir précisément comment les obtenir en un temps record).

Outre les inévitables combats qui jalonnent depuis le début l’aventure des trois fugitifs, la politique fait ici son apparition, ce qui met en œuvre des complots et machinations très enrichissants pour le récit. Comme si la situation des trois amnésiques n’était pas assez compliquée comme ça, Gabriel Katz les jette dans un panier de crabe dans lequel il ne suffira plus de jouer des poings pour s’en sortir…

Et d’ailleurs s’en sortiront-ils ?

Les terres de cristal, ultime tome de cette trilogie, promet un final en apothéose et je m’en vais de ce pas le découvrir !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Les identités des fugitifs telles qu’on nous les avait présentées dans le premier tome me laissaient perplexe et je comprends mieux pourquoi : ce n’était qu’une façon de brouiller les pistes et de renforcer la machination dans laquelle les trois compères sont tombés.

Je dois bien avouer que leur véritable identité leur va comme un gant, du moins pour Karib et Olen, et ce qu’on découvre sur eux n’est pas flatteur. Tellement qu’on pourrait presque penser qu’on leur a fait une faveur en effaçant leur mémoire.

Avant son amnésie, Karib alias le Doyen des mages n’était qu’un planqué ne maîtrisant pas grand-chose, si ce n’est la distribution des écus. Il est bon de voir que n’ayant plus aucun souvenir de cette existence oisive, il la trouve condamnable et tente de remettre les choses à leur place. Le Monsieur morale du premier tome a ici bien du travail et je me suis demandé si ce goût pour la droiture faisait partie de sa nature profonde (mais contrariée par les évènements, ce qui l’a transformé en un gros parvenu) ou si c’est le sort qui avait éveillé cette nouvelle caractéristique en lui

Pour Olen, prince Nowik, son charme et sa capabilité à manier l’épée s’expliquent par son éducation noble. Je le voyais très mal champion d’arène, trop raffiné, et là aussi, je trouve que sa véritable identité lui va bien, même si en redécouvrant les choses d’un œil neuf (et à cause de l’ultimatum du roi), il est bien obligé de reprendre les choses en main et de s’intéresser à son peuple. Evidemment, mon petit cœur s’est serré en apprenant son empoisonnement et je n’ai pas beaucoup d’espoir pour lui, ce qui me fait vraiment de la peine car si je n’avais pas été très touchée par le joli cœur du premier tome, je me suis beaucoup plus attachée à lui ici.

Enfin, tout cela n’est rien comparé à la surprise que m’a fait ressentir la toute dernière ligne. Nils, le fils de la lune ? Mais alors qui parade dans son armure à ailes de cygne ?

Si c’est bien la vérité, c’est un complot de grande envergure qui se dessine : une machination visant à faire disparaitre deux membres du conseil et le grand maitre des cavaliers de cristal, peu de temps après l’assassinat du roi… Qui était le quatrième homme trouvé sur la montagne ? Son identité me parait maintenant de la plus haute importance pour mieux comprendre ce qui se trame ici mais une chose est sûre : l’ingéniosité de Gabriel Katz a encore frappé et je me retrouve encore une fois bouche bée en terminant un de ses romans.

Les réponses se trouvent sûrement dans le tome 3 : c’est donc parti pour un voyage sur les Terres de Cristal !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Suivras-tu les fugitifs dans le royaume de Woltan ?

Dis-le moi en commentaire.