Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième tome de la série Starcrossed. Si tu n’as pas lu le tome précédent, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur Amours contrariées (tome 1).

 

starcrossed t2Starcrossed, tome 2 : Dreamless de Josephine Angelini

Editions : Harper Teen (pas de VF)

496 pages

Paru en 2012

Aperçu : L’amour véritable peut-il être oublié ?

Etant la seule Scion capable de descendre aux Enfers, Hélène Hamilton est chargée d’une tâche presque impossible. La nuit, elle déambule dans le royaume d’Hadès et essaie de mettre un terme au cycle infini de vengeance que sa famille porte comme une malédiction. Le jour, elle se bat contre la fatigue qui grignote peu à peu sa santé mentale. Sans Lucas à ses côtés, Hélène n’est pas sûre d’avoir la force de continuer.

Alors qu’Hélène se rapproche de son point de rupture, un mystérieux nouveau Scion vient à sa rescousse. Drôle et courageux, Orion la protège des dangers des Enfers. Mais le temps vient à manquer – un ennemi sans pitié complote contre eux, et la soif de sang des Furies devient de plus en plus pressante.

Alors que le monde grec antique entre en collision avec le monde mortel, la vie jusque-là protégée d’Hélène sur Nantucket tombe dans le chaos. Mais la tâche la plus dure de toutes sera d’oublier Lucas Delos. [traduction personnelle]

Mon commentaire général : La mythologie, ça fait rêver

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « On dirait que tu as fait l’aller-retour jusqu’en enfer. » (Chap.9 ) [traduction personnelle]

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Il y a bien longtemps que j’avais lu le premier volet des aventures d’Hélène, et comme le récit reprend là où le premier tome s’était arrêté, j’ai eu un peu de mal à suivre au départ. Mais comme Josephine Angeline est gentille et qu’elle pense aux poissons rouges dans mon genre, une bonne partie de l’histoire est rappelée dans les premiers chapitres, ce qui m’a permis assez facilement de raccrocher les wagons et de me laisser porter dans les turpitudes de la vie des Scions.

Ce n’est en effet pas une partie de plaisir que vivent les personnages de Dreamless. Entre leurs envies toujours plus fortes de s’étriper les uns les autres à cause des Furies et l’interdiction qui pèse sur la relation Hélène/Lucas, l’ambiance n’est pas festive. D’autant que la jeune fille descend sans succès aux Enfers chaque nuit pour essayer de mettre un terme à ce cycle de vengeance. Cela fait des millénaires que des Descendeurs essaient et jusqu’à présent, personne n’a trouvé le moyen de contrer les Furies. Alors chaque nuit qu’Hélène passe aux Enfers, à chercher en vain et souffrir le martyre, sans dormir, sans rêver, l’épuise de plus en plus. Et si cela n’était pas suffisant, quelqu’un cherche visiblement à lui nuire dans le monde réel…

Si le roman ne manque pas de longueurs, dû aux nombreux passages redondants aux Enfers, je ne me suis pas vraiment ennuyée. En fait, tout cela participe à l’ambiance assez pesante de ce tome. La romance passe au second plan, les succès sont peu nombreux, les fausses pistes abondent, ce qui crée une atmosphère lourde, comme le moral des personnages. Privée d’amour et de sommeil, Hélène se vide peu à peu de sa substance sous nos yeux, et on y croit.

La mythologie est toujours très bien exploitée, mêlant anciens mythes et leur réinterprétation. On voit se rejouer des schémas qui durent depuis des millénaires et dont on a entendu parler en cours de grec ou de latin.

Au final, Dreamless est pour moi à la fois un tome de transition pour certains aspects (la romance notamment) et un passage à la vitesse supérieure avec un retournement de situation final qui promet lourd dans le troisième et dernier tome, Goddess.

Vu la date de parution ancienne de cette série, et l’absence de traduction française, je pense qu’il ne faut pas compter sur la VF, donc si tu veux toi-aussi revivre la bataille de Troie des temps modernes, il va falloir passer à l’anglais !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Ce qui m’a vraiment frappée dans ce roman YA, c’est son atmosphère très lourde. Il n’est pas question de bonheur ici, d’ailleurs les moments de joie sont très brefs, éphémères, et se dissipent aussi vite qu’une gorgée de la rivière du même nom.

On remarquera d’ailleurs que le seul remède, c’est l’oubli.

C’est exactement ce que ressent Hélène, qui n’arrive pas à se passer de Lucas. Leur amour est bien trop fort pour que la distance l’amenuise et j’ai chéri de tout mon cœur les brefs moments où ils se retrouvaient ensemble. Si j’ai aimé Orion, très touchant par son passé et son courage, il n’est pas Lucas. Et moi j’aime bien le couple Hélène/Lucas, que je trouve adorable.

Par contre, je sens se dessiner le triangle amoureux et on sait que je déteste ça. Surtout quand on sait à demi-mot que Daphne a menti (encore…) et que Hélène et Lucas ne sont probablement pas cousins… Et donc que tout cela, c’est de la torture inutile ! Ah, ça m’agace

En tout cas, j’ai vraiment apprécié le complot mené par Ares pour délivrer les Dieux de l’Olympe. Dans la mythologie, les Dieux sont toujours en train de comploter, trahir, mentir, attirer les humains vers de mauvaises voies, et l’autrice a su incorporer cela à son récit. Cela rend les choses encore plus plausibles d’un point de vue cohérence avec la mythologie. Encore une fois, les Dieux ont manipulé leurs pions pour parvenir à leurs fins et tout le monde n’y a vu que du feu (voire a sauté à pieds joints dans le piège).

Cela montre une réflexion très intéressante de la part de Josephine Angelini et je me demande vraiment ce qu’elle a gardé pour la conclusion de sa trilogie. La guerre de Troie aura-t-elle à nouveau lieu ? Avec autant d’électricité dans l’air, on dirait bien qu’on s’en rapproche !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Descendras-tu aux Enfers en compagnie d’Hélène ?

Dis-le moi en commentaire.