Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième tome de la série The rain. Si tu n’as pas lu le tome précédent, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur The Rain (tome 1).

 

the rain T2The rain, tome 2 : Après l’apocalypse de Virginia Bergin

Editions : Bayard

411 pages

Paru le 14 Mars 2018

Aperçu : Je m'appelle Ruby Morris. Je déteste la pluie.

Je vais vous dire un truc étrange au sujet des apocalypses, un truc que je ne savais pas avant d'en vivre une.

Ça a l'air assez horrible, hein ?

Faites-moi confiance...

Ça peut toujours être pire.

C'est ce qui arrive quand vous êtes seul, qu'il y a eu une apocalypse mondiale et que vous espérez l'arrivée de votre père comme il l'avait promis, mais qu'il ne se pointe pas. Alors qu'est-ce que vous allez devenir ? Et chaque jour, vous essayez de ne pas vous poser la question...

Tout va bien se passer. Ou pas...

Mon commentaire général : La pluie n’est plus le seul danger…

Ma note : 5/10

La citation qui résume tout : « Voilà ce que l’apocalypse déclenche : elle vous envoie dans des endroits où vous n’auriez jamais mis les pieds en temps normal, et vous fait faire des trucs que vous n’auriez jamais fait. » (p. 27 )

Mon avis (garanti sans spoiler) :

J’avais adoré le tome 1 de ce dyptique, bonne surprise dans le paysage YA avec cette histoire d’une adolescente quelconque confrontée à une pluie mortelle ayant décimé la presque totalité de la population mondiale. C’est pourquoi je n’ai pas attendu très longtemps après la sortie du tome 2 avant de reprendre les aventures de Ruby.

Pourtant, j’ai été un peu déçue par ce second volet, peut-être parce que le premier tome m’avait vraiment déboussolée et que je n’ai pas retrouvé ce sentiment. Après l’apocalypse m’a paru plus long à lire : l’effet de surprise et de nouveauté ayant passé, j’en attendais certainement un peu plus que ce roman un poil brouillon à mon goût. Il est vrai que dans ce genre de situation on n’attend pas forcément des personnages qu’ils agissent de façon logique mais on peut au moins espérer une trame construite et réfléchie.

Ce qu’il m’a manqué, c’est surtout cette dose de réalisme glaçant qui m’avait fait froncer les sourcils à la moindre vue d’un nuage gris quand je lisais le tome 1. Ruby n’était qu’une adolescente lambda, confrontée seule à une catastrophe planétaire. Sans vouloir en dévoiler trop pour ne pas te gâcher le suspense, ce n’est plus le cas ici et ça m’a paru un peu tiré par les cheveux, ce qui m’a empêché de vraiment rentrer dans l’histoire.

Cela se lit très bien malgré quelques longueurs et si tu as apprécié le tome 1, tu seras certainement heureux d’y trouver les réponses aux nombreuses questions qu’on pouvait se poser à la fin du premier opus. Dans le genre des romans post-apocalyptique, The rain se place dans le haut du panier. En plus, Ruby pourrait t’apprendre deux ou trois conseils de survie hyper utiles en cas d’invasion de vilaines petites bactéries !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Pour développer ce que je disais dans la partie sans spoiler, ce que j’avais apprécié dans le premier tome, c’est que Ruby n’était qu’une personne parmi tant d’autres et qu’il lui fallait survivre avec les moyens du bord, comme tout un chacun, ce qui rendait l’identification (l’âge excepté bien sûr) très facile.

Ici, avec l’apparition de la particularité de la jeune fille, on perd ce côté réaliste qui était pour moi la grande force de la série. On en vient à ne plus redouter la pluie, du moins pas autant que les méchants militaires qui poursuivent Ruby et c’est vraiment dommage. Même si les situations qui en découlent sont tour à tour drôles ou porteuses de tension, ce n’est plus tout à fait la même chose. Evidemment, je n’attends pas d’un second tome qu’il soit une copie conforme du début de la série, sinon ça n’a aucun intérêt de faire une suite, mais j’aime quand une histoire respecte une certaine conformité de part en part.

La conséquence de cela, c’est que je me suis sentie moins concernée par l’histoire et que du coup, j’ai mis plus de temps à la terminer. Le début était un peu déstabilisant, Ruby perdant carrément la tête à force de vivre seule (ce qui est parfaitement compréhensible et reste dans le registre du réalisme), mais j’ai vite trouvé mes marques avant de les perdre à nouveau avec l’enchainement des aventures délirantes chez Xar, les expériences médicales dans la base, les étranges retrouvailles avec le père de Ruby, la pseudo-amourette avec Darius qui n’apporte pas grand-chose et enfin cette conclusion trop rapide qui résout tous les problèmes en un tour de main. Au final, il se passait moins de choses déterminantes dans le tome 1 et pourtant je l’ai trouvé plus passionnant

Il faut dire que la barre avait été placée très haut et qu’il est toujours difficile pour un auteur de proposer une suite qui convient à tout le monde quand un premier tome a été une aussi bonne surprise. J’ai néanmoins globalement apprécié ce dyptique (et c’est toujours agréable de ne pas avoir à lire de multiples tomes pour arriver à la fin d’une histoire) et l’autrice nous propose une vraie fin, ce qui permet de conclure dignement cette série.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Accompagneras-tu Ruby dans la suite de sa quête ?

Dis-le moi en commentaire.