les ombres de julia T1Les ombres de Julia, tome 1 : La fille de la noyée de Catherine Egan

Editions : Milan

416 pages

Paru le 7 Mars 2018

Aperçu : Julia a la capacité inhabituelle de se rendre invisible. Elle ne disparaît pas exactement. Elle recule simplement en un point de l’espace où la plupart des gens ne peuvent plus la percevoir. C’est une capacité dangereuse dans une société qui a interdit toutes les formes de magie et noie les sorcières dans des cérémonies publiques. Mais c’est utile pour un voleur et un espion. Et Julia l’a compris : le crime paye.

Elle est d’ailleurs très bien payée pour infiltrer la grande maison de Mme Och, espionner ses locataires étranges et s’informer sur les transactions suspectes qui s’y déroulent. Julia découvre qu’une sourde menace plane sur toute la maisonnée.

Mais cette découverte va aussi faire basculer son existence. Car elle n’avait pas imaginé que le traître dans la maison puisse être… elle-même.

Mon commentaire général : Un roman qui mérite largement de sortir de l’ombre !

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : « Mais il y a un espace où je peux pénétrer, un espace entre être moi-même dans le monde et j’ignore quoi, où les regards des gens me glissent dessus comme si j’étais un meuble ordinaire au point qu’ils me remarquent à peine. » (p. 15)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

La première chose qui frappe quand on a Les ombres de Julia entre les mains, c’est cette couverture sublime, dont les dorures attirent l’œil aussi sûrement que le résumé de la quatrième de couverture est intrigant. Et attention révélation : le contenu est aussi génial que la couverture !

L’univers imaginé par Catherine Egan est tellement riche qu’on en effleure à peine toutes les composantes dans ce premier tome, et c’est le seul petit bémol que j’ai trouvé à cette lecture. La plume est belle et les personnages, Julia en tête, sont très attachants et bien travaillés, sans méchants ni gentils, juste des gens qui font ce qu’ils peuvent pour survivre dans ce monde cruel.

Le roman nous invite à suivre une bande de truands, et particulièrement Julia, payée pour espionner une riche maison en se faisant passer pour une servante. Au départ, elle ne sait pas ce qu’elle cherche mais doit rapporter le moindre faits et gestes qui se déroule dans la maison de Mme Och.

La mission de la jeune fille au don si spécial – elle est capable de passer inaperçue – est aussi obscure pour le lecteur qu’elle l’est pour la principale intéressée et on avance pas à pas avec Julia, sans savoir vraiment où on met les pieds mais il faut savoir se laisser porter et lever petit à petit le mystère qui plane sur toute cette affaire.

J’ai adoré l’ambiance de ce roman, assez sombre, où les fins heureuses ne sont pas monnaie courante. Il faut accepter de voir les personnages se faire malmener, souffrir avec eux, tout en absorbant le plus de détails de ce monde particulier où la magie est utilisée de façon originale.

La fin nous promet des rebondissements encore plus importants pour la suite et je serai sans aucun doute au rendez-vous. Pour moi, c’est une très belle découverte !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Ce que j’ai aimé dans ce roman, c’est qu’il est tout en contrastes : de la mission aux personnages, rien n’est jamais totalement bien ou mal. En fait, tout dépend de quel point de vue on se place.

Ainsi, j’ai aimé que Julia aille au bout de sa mission en enlevant Théo puis qu’elle en éprouve des remords en réalisant que tout son argent n’effacerait jamais cette tâche sur sa conscience. C’est un comportement tout à fait humain : elle agit sur le coup de la peur puis le regrette et cherche à se racheter.

Cela explique aussi la réaction de Mme Och et Bianka, obligées de collaborer avec celle qui les a trahis car c’est le seul espoir de récupérer l’enfant. Parfois, il en va de son intérêt de mettre sa rancœur de côté, même si c’est l’acte le plus difficile qu’on ait à accomplir.

Il en est de même pour la relation entre Julia et Wyn, en dents de scie, porteuse d’une montagne d’émotions brutes, ce qui la rend touchante, mais aussi terriblement énervante à cause de la trahison du jeune homme qui ne voit pas vraiment où est le mal dans tout cela. Et pourtant leur amour déborde des pages…

J’ai aimé que Catherine Egan prenne des partis pris assez tranchés, loin des happy ever after et de la facilité de certains romans Young Adult. Ce n’est pas parce que Julia est jeune que la vie ne peut pas être cruelle. Au contraire, ce dur passé l’a fait mûrir beaucoup plus vite que d’autres (le contraste est ainsi flagrant avec Chloë et Flavie), même si elle reste parfois très naïve.

De façon générale, j’ai trouvé ce roman d’une maturité rare, et ce n’est pas parce que l’héroïne a 16 ans qu’il ne s’adresse qu’aux adolescents. D’ailleurs je vais m’empresser de le conseiller à tous les amateurs de fantasy, de magie et d’univers assez sombres !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Disparaitras-tu aux côtés de Julia ?

Dis-le moi en commentaire.