Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième et dernier tome de la série Passenger. Si tu n’as pas lu le tome précédent, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur Passenger (tome 1).

 

passenger T2Passenger, tome 2 : Les voyageurs du temps de Alexandra Bracken

Editions : Milan

608 pages

Paru le 7 février 2018

Aperçu : Après avoir été exilés dans deux époques différentes, Etta et Nicholas forment chacun de leur côté des alliances inattendues pour reprendre leur quête de l’astrolabe. L’objet magique, doté de grands pouvoirs, attise toutes les convoitises : celle du cruel Cyrus Boisdefer, mais aussi d’un nouveau personnage mystérieux.

En parallèle, Etta et Nicholas mettent tout en œuvre pour se retrouver et, enfin, se donner les moyens de vivre pleinement leur amour.

Un nouveau voyage à travers les siècles et les continents les attend, semé d’embûches, d’intrigues et de cas de conscience.

 

 

Mon commentaire général : un voyage à travers les Histoires…

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « Nos vies sont devenues un écheveau de revanches familiales et de tragédies, dans lequel nous sommes tous pris. » (p. 119 )

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Avec la fin stupéfiante du premier tome, je me demandais ce qu’il allait arriver à nos voyageurs temporels. Où Etta allait-elle être exilée ? Que deviendrait l’astrolabe ? Etta et Nicholas seraient-ils à nouveau réunis ? La bonne nouvelle c’est que la suite et fin de cette série (c’est un dyptique) répond à toutes ces interrogations et bien plus encore !

Attention, il est nécessaire d’avoir le récit du premier volet bien en tête car les rappels aux notions importantes sont très rares et il est possible d’être rapidement perdu si tout n’est pas clair pour toi. Pour moi, étant donné que ma lecture date de l’année dernière, à la sortie du premier tome et que j’ai lu pas mal de choses depuis, j’ai un peu pédalé pour raccrocher les wagons.

Ceci dit, j’ai eu largement le temps de le faire car le début m’a paru extrêmement long. Jusqu’à environ la moitié du récit, il y a beaucoup de longueurs, de descriptions et de digressions qui cassent le rythme et entrecoupent les scènes d’actions qui ne sont déjà pas très nombreuses. Et puis d’un coup, tout s’accélère et j’ai fini la seconde moitié en à peine une journée…

Pourtant la plume est toujours agréable, les personnages restent fidèles à eux-mêmes, et sans la romance omniprésente du fait qu’Etta et Nicholas sont séparés, l’intrigue reprend ses droits, même si une intrigue secondaire et pourtant d’importance est ajoutée et complique un peu les choses qui ne sont déjà pas simples à comprendre.

J’ai quand même apprécié les allers-retours dans le passé, l’espace, les chronologies, mais il faut bien rester concentré !

Après un rythme en dents de scie, la fin m’a parue assez brutale et j’aurais bien aimé en savoir plus sur les tout derniers évènements.

En tout cas, j’ai apprécié le style et l’imagination de l’autrice et je me dis qu’il serait vraiment temps de sortir son autre série, Les Insoumis, de ma PAL où le premier tome végète depuis des mois…

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

C’est vraiment dommage que le rythme soit aussi hachuré dans ce second tome car l’idée de base est vraiment bonne et on voit qu’Alexandra Bracken a bien travaillé son univers. C’est plutôt difficile d’innover dans le thème déjà largement utilisé des voyages dans le temps et pourtant, l’autrice a réussi à créer sa propre mythologie.

Ici, elle explique même l’origine des passages avec l’existence de l’alchimiste, créateur de l’astrolabe et de ses copies. Personnellement, si j’ai apprécié cette information, la présence de l’Ancien et de ses ombres rend le récit encore plus complexe qu’il ne l’est déjà avec ses chronologies alternatives et je n’ai pas trouvé que l’Ancien apportait grand-chose au final. Il est un peu comme le croquemitaine : on en parle beaucoup, tout le monde en a peur mais il suffit de lui lancer une torche dans le dos pour le faire disparaitre…

J’aurais nettement préféré que l’autrice se concentre sur ces chronologies parallèles qui sont terriblement intéressantes. Ainsi, l’arrivée dans le New York complètement détruit est un choc à la fois pour Etta et Julian et le lecteur mais on en sait peu sur les évènements qui ont provoqué cette tragédie et c’est vraiment dommage. On ne sait pas non plus ce qui s’est passé dans la chronologie originelle : nous n’en avons que quelques bribes visuelles dans le New York actuel sans savoir de quoi le passé était fait.

L’univers et les idées sont là mais le tout m’a semblé mal mis en œuvre. Cela donne l’impression que l’autrice a développé des évènements peu intéressants (le début où il ne se passe pas grand-chose mais qui tient sur plus de 200 pages) alors que le reste fourmille de détails qui auraient mérité d’être mieux exploités.

C’est donc une lecture en demi-teinte pour moi, et je me souviendrai nettement plus de ces magnifiques couvertures que du contenu des romans, trop obscurs pour que je m’en rappelle les moindres détails.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Voyageras-tu dans le temps à la poursuite de l’astrolabe ?

Dis-le moi en commentaire.