Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième tome de la série Inaccessibles. Si tu n’as pas lu le tome précédent, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur La Tour aux mille étages (tome 1).

 

vertigesInaccessibles, tome 2 : Vertiges de Katharine McGee

Editions : Michel Lafon

396 pages

Paru le 8 février 2018

Aperçu : Depuis la mort d’Eris, Leda est hantée par cette nuit tragique au millième étage de la Tour. Effrayée à l’idée que la vérité puisse faire surface, elle demande à Watt d’en surveiller les témoins. Mais ce dernier a d’autres projets en tête...

Rylin est admise dans une école des étages supérieurs. Là-bas, elle sera forcée de retrouver celui à qui elle a brisé le cœur malgré elle.

Pendant ce temps, Avery fait tout pour être avec celui qu’elle aime. Mais existe-t-il un seul endroit au monde où ils pourront être ensemble en toute liberté ?

Tout juste arrivée à New York, la belle et mystérieuse Calliope gagne trop facilement la confiance de ses nouveaux amis…

 

Mon commentaire général : Vertigineux !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Le jour et la nuit. Le bien et le mal. La vérité et le mensonge. » (p. 112)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Sachant que j’avais été éblouie par le premier tome, j’avais à la fois hâte et peur de m’attaquer au deuxième volet de la trilogie de Katharine McGee.

Pas d’inquiétude, même si c’est un peu en-dessous de La Tour aux mille étages, Vertiges est un très bon roman, qui se lit en un clin d’œil.

Tout d’abord, j’aimerais mettre en valeur la couverture magnifique, qui illustre bien un des sujets du roman mais aussi la dualité de chacun des personnages de cette trilogie. Faits d’ombres et de lumière, chacun des protagonistes est criant de vérité et d’humanité dans le sens global du mot : ils sont terriblement humains, dans leurs faiblesses et leurs qualités. C’est à mon sens le point fort de la série et avec autant de personnages, ce n’était pas gagné d’avance.

Je dois bien aussi avouer que je suis complètement fan des machinations, manipulations, tromperies et cachoteries qui pimentent la vie dans la Tour. Ce sont toujours des problèmes de riches pour la plupart mais parfois ça fait du bien de rester superficiel.

Si je n’ai pas retrouvé toutes les caractéristiques qui m’avaient plu ou déplu dans le premier tome chez les personnages et que j’ai dû faire du tri dans mes chouchous, j’apprécie que l’autrice me « force » à réagir aux actions de ses personnages. Qu’ils nous plaisent ou nous déplaisent, au moins, ils suscitent une émotion, et c’est ce que je recherche dans mes lectures.

En tout cas, si tu croyais que les choses s’apaiseraient dans ce deuxième opus, tu as tout faux. Même si l’action met du temps à s’enclencher, les rebondissements sont nombreux et la fin m’a réellement surprise. Maintenant, c’est malin, je veux désespérément la suite alors qu’elle n’est même pas encore sortie en VO ! L’attente sera longue…

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

A la fin du premier tome, je m’attendais à ce que le deuxième tome soit tourné vers les conséquences de la mort d’Eris : vengeance et chantage semblaient au menu de Vertiges.

En refermant ce livre, je dois bien avouer que mes attentes ne sont pas exactement comblées.

Côté chantage, j’ai trouvé Leda pas aussi vindicative qu’attendu. Au final, tout ce qu’elle veut c’est retrouver sa position dans la hiérarchie de la Tour et ce n’est pas par la menace qu’elle peut y parvenir. Ainsi elle s’adoucit petit à petit et redevient une jeune fille bien sous tout rapport avant la fin du roman. La pression qu’elle exerçait sur les uns et les autres ne m’a pas parue très forte et j’ai eu l’impression que les autres (Rylin, Avery et Watt) se montaient la tête tous seuls.

Niveau vengeance, c’est aussi un peu léger. Mariel n’est qu’une présence fantomatique durant tout le roman, n’apparaissant entre les lignes qu’à de rares reprises et exerçant une vengeance davantage permise par le hasard que par une véritable réflexion. C’est dommage, je m’attendais à plus de fougue de sa part.

La grosse nouveauté de Vertiges, celle qu’on ne pouvait pas prévoir à la fin du premier tome, c’est Calliope. Sortie de nulle part, elle permet de relancer la machine à intrigues dans une nouvelle direction. D’habitude j’aime plutôt bien les « méchants » mais là, je n’ai pas vraiment apprécié Calliope. Elle se repaît de ses arnaques jusqu’à être subitement rattrapée par sa conscience, lorsqu’elle réalise que son repas va être retenu sur la paie d’une serveuse qui ressemble à son amie d’enfance. Elle n’y avait jamais pensé plus tôt ? Cette naïveté, loin d’être touchante à mes yeux, en fait plutôt une personne antipathique. J’étais contente qu’elle soit démasquée mais malheureusement, j’ai l’impression que je vais devoir la supporter un peu plus…

Dans la catégorie des insupportables, Avery se taille aussi une belle place. Egocentrique et énervante, je n’ai pas retrouvé la jeune fille touchante du premier tome.

Au final, seuls Cord, Watt et Rylin (ma chouchoute) restent égaux à eux-mêmes et je les aime pour ça.

Malgré tout ce que je peux dire, même s’ils m’insupportent parfois, je lirai avec un immense plaisir la suite et fin des aventures de tout ce beau monde, parce que je veux définitivement savoir comment tout cela va se finir et qui finira par chuter encore plus bas.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Prêt pour un deuxième round ?

Dis-le moi en commentaire.