je te hais passionnémentJe te hais… passionnément de Sara Wolf

Editions : Pocket Jeunesse

346 pages

Paru le 18 Mai 2017

Aperçu : Isis Blake, 17 ans, a un objectif : ne JAMAIS retomber amoureuse. Alors qu’elle tente de s’intégrer dans son nouveau lycée, elle tient à ce que personne n’apprenne qu’avant elle était obèse… et qu’elle avait un cœur. Mais, au lieu de se faire discrète, Isis colle son poing dans la figure de Jack Hunter, celui qu’on surnomme » le Prince de Glace ». Dès lors les couloirs du lycée deviennent un champ de bataille. Leur guerre sera sans merci…

 

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : Je l’adore passionnément !

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : « Parce que je suis solide. Parce que je suis Isis Blake et qu’Isis Blake n’est peut-être pas jolie, douce ou bien élevée, mais elle est tenace. Genre carrément forte. » (p. 232 )

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Dès les toutes premières lignes, j’ai eu le pressentiment que j’allais adorer ce livre. Il faut dire que le personnage principal, Isis, est très cynique et comme la majorité du livre est écrite de son point de vue, le roman déborde de son caractère fort et de ses réparties mémorables !

A dire vrai, j’ai lu ce livre dans la soirée, tellement j’ai été prise dans cette histoire qui est une romance sans en être une.

Le livre n’est pourtant pas exempt des clichés typiques du young adult (le beau gosse arrogant et mystérieux, la fille jolie qui se croit moche, la meilleure amie populaire…) mais je ne les pas ressentis comme dans d’autres romans. Je pense que mon attention était tellement focalisée sur les vacheries que se font à tour de rôle Isis et Jack que je n’ai pas vraiment fait attention au reste ! Cette originalité éclipse tout ce qui aurait pu être des défauts dans d’autres romans plus conventionnels. Les personnages, Isis en tête, valent aussi vraiment le détour. J’ai rarement rencontré dans mes lectures des personnages féminins aussi forts et déterminés et ça fait plaisir à voir.

J’ai aussi beaucoup aimé la plume de Sara Wolf mais il y a quand même un détail qui m’a perturbé. Il y a des changements de points de vue dans la narration, ce qui est parfait pour comprendre les motivations de chaque personnage, mais ils se font sans être annoncés et sans indiquer qui « parle ». J’ai fini par m’y faire mais ça aurait pu être mieux amené à mon sens.

En tout cas, la fin promet avec un ultime rebondissement que je n’avais pas vu venir, une suite aussi haute en tension que le reste du roman, et je compte bien l’ajouter à ma PAL rapidement !

 

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Il est rapidement évident que le but du roman est de faire tomber amoureux Isis et Jack. C’est la façon d’y parvenir qui est ici hyper originale. Quand on dit que la haine est une forme d’amour, Je te hais… passionnément en est une illustration magistrale !

Isis déteste Jack dès le premier coup d’œil, mais comme il le dit si bien lui-même, ce n’est que parce qu’elle le compare à son ancien bourreau. Elle le juge sans le connaître, ce qu’elle reproche justement à ceux qui la jugeaient à cause de son poids, se fiant à cette façade glaciale qui lui vaut son surnom de « Prince des Glaces ».

De son côté, Jack ne laisse personne l’approcher, se reprochant encore l’accès de violence auquel l’a forcé l’agression de Sophia. Ce n’est pourtant qu’une carapace, et ne suffit pas de creuser beaucoup pour se rendre compte de sa générosité et de la dévotion dont il fait preuve pour se racheter. Après tout, il va jusqu’à vendre son corps pour payer les soins de Sophia et entretenir la famille d’un de ses agresseurs, persuadé qu’il est que leur sort à tous est uniquement de sa faute.

Ces deux personnages vivent ainsi avec des blessures très profondes, qu’ils tentent de masquer par une attitude soit méprisante (Jack) soit agressive (Isis). Si le comportement de Jack n’est pas nouveau dans la littérature YA, celui d’Isis est du jamais vu pour moi !

J’aimerais aussi revenir sur un des reproches que j’ai lu à propos de ce roman, selon lequel ce livre ferait l’apologie de la grossophobie. Isis, ancienne obèse, se trouve toujours moche malgré sa perte de poids et pense que personne ne peut s’intéresser à elle. A mon avis, cette attitude est parfaitement réaliste et ne reflète aucun jugement de valeur de la part de l’autrice. Il suffit de lire des témoignages de personnes ayant perdu beaucoup de poids, qui s’habillent toujours dans des tenues larges parce qu’elles n’acceptent pas leur nouveau corps. Et que dire des brimades et insultes qu’Isis a entendues pendant des années de la part de ses anciens camarades ? Cela ne s’efface pas par miracle, et je ne suis pas surprise qu’elle n’arrive pas à se défaire de ces jugements. C’est le contraire que j’aurais justement trouvé peu réaliste.

En tout cas, la perte de mémoire d’Isis permet de relancer la machine : où vont reprendre Isis et Jack ? La jeune fille se souviendra-t-elle de sa « vengeance » ? La hache de guerre est-elle à nouveau déterrée ? La réponse se trouve dans la suite et je compte bien aller la chercher !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Pour quel camp te battras-tu ?

Dis-le moi en commentaire.