archer's voiceArcher’s voice de Mia Sheridan

Editions : Hugo Roman

394 pages

Paru le 4 Février 2016

Aperçu : Quand Bree Prescott arrive dans la petite ville du Maine, elle espère y trouver la paix qu'elle recherche désespérément. Elle est là pour oublier le traumatisme qu'elle a subi dans sa ville natale et recommencer une nouvelle vie. Mais à peine installée dans sa nouvelle maison près du lac, elle va croiser Archer Hale, un homme solitaire et mystérieux, qui cache au fond de lui une profonde souffrance. Un homme que personne ne voit, un homme sans voix. Archer's voice parle de la rencontre d'une femme dont la mémoire reste bloquée sur une nuit d'horreur et d'un homme pour qui l'amour est la clé de sa liberté. C'est l'histoire d'un homme silencieux qui vit avec une blessure terrible et de la femme qui va l'aider à retrouver sa voix. C'est une histoire de souffrance, de destin, et du pouvoir de l'amour. Un roman poignant et captivant. Un héros sensuel et émouvant. Une héroïne blessée.

 

Mon commentaire général : J’en perds ma voix…

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « Les mots les plus forts sont les mots que nous vivons. » (p. 394)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Je découvre avec Archer’s voice la plume de Mia Sheridan dont j’ai entendu beaucoup de bien. Effectivement, l’autrice écrit bien, de façon fluide et agréable, mais j’aurais certainement davantage apprécié ma lecture sans les nombreuses coquilles qui émaillent le récit (fautes d’orthographe, italiques manquantes ou en trop – et crois moi, elles ont leur importance les italiques ici…).

Ceci dit, l’histoire est en soi plutôt agréable. Nous faisons la connaissance de Bree, qui fuit son Ohio natal suite à un traumatisme, et atterrit à Pelion, petite ville du Maine, où elle commence à travailler comme serveuse dans un diner et espère oublier son passé. Elle s’y fait rapidement de nouveaux amis et rencontre le mystérieux Archer, silencieux et complètement coupé du monde. Bree se donne pour objectif de faire revenir Archer dans le monde, sans savoir que cela signera aussi sa propre rédemption…

C’est une histoire de pardon, d’acceptation de soi, de nouveaux départs, d’handicap, de tolérance et d’un amour aussi pur que de l’eau de source.

Sur le papier, ce roman avait donc tout pour me plaire. Sauf que, je ne sais pas pourquoi, je ne ressors pas de cette lecture aussi enthousiaste que je le pensais. C’est peut-être à cause des longueurs qui entachent la deuxième partie après un début hyper prometteur ou du manque de confiance d’Archer qui devient un peu répétitif à la longue ou des rebondissements qui se voient venir à des kilomètres à l’avance… En tout cas, il y a clairement quelque chose qui m’a freiné.

Pourtant cette jolie new romance, avec ses beaux moments d’émotions et la communication originale des protagonistes, devrait plaire aux amateurs du genre et certain.e.s devraient même facilement y trouver un nouveau book boyfriend.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

A la lecture des premières pages, j’ai cru qu’Archer’s Voice allait se placer en bonne place sur ma liste des meilleures new romance.

Il faut dire que l’entrée en matière est excellente et les premiers échanges de Bree et Archer tout simplement prenants. Qui est ce mystérieux jeune homme silencieux ? Pourquoi est-il coupé du monde ? La façon dont Bree arrive à l’approcher puis à l’amadouer, à force de douceur et d’insistance est fascinante. C’est dommage qu’Archer se livre aussi vite… mais cela tient sûrement au fait qu’il avait besoin de communiquer avec quelqu’un qui parle sa langue.

Ainsi j’ai beaucoup aimé ces presque deux cent premières pages mais moins les suivantes : on tombe dans une romance « standard » faite d’une alternance de scènes de sexe et de disputes/malentendus/incompréhension, sauf qu’ici ce n’est pas la jeune fille qui est inexpérimentée mais le jeune homme. Si l’excuse qu’Archer a vécu isolé pendant 10 ans passe bien au début, il devient assez répétitif de tout justifier comme ça. Son manque de confiance en lui, alors qu’il est autodidacte et sait tout faire par ailleurs, en devient même lassant. Je ne dis pas que l’homme devrait toujours être sûr de lui, j’ai justement apprécié sa part de sensibilité, mais quand cela revient à chaque page, je me lasse (et ça serait pareil s’il s’était s’agit de la fille).

Par conséquent, j’ai trouvé que la fin allait un peu vite. On a finalement que très peu de scènes avec un Archer conquérant, assumant un rôle de leader dont il ne voulait pas au début du roman. L’éviction de Victoria n’est que racontée, la méfiance des habitants de Pelion à l’égard d’Archer a fondu comme neige au soleil. J’aurais aimé qu’on me détaille tout cela, qu’on me montre comment ça s’est passé.

Archer’s Voice ne m’a pas entièrement convaincue mais je suis consciente d’être une lectrice assidue de new romance, ce qui fait certainement de moi une lectrice plus exigeante. J’ai malgré tout aimé la plume de Mia Sheridan et je n’hésiterai pas à l’avenir à me plonger dans un de ses romans.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? T’aventureras-tu dans la propriété d’Archer ?

Dis-le moi en commentaire.