heartlessHeartless de Marissa Meyer

Editions : Pocket Jeunesse

599 pages

Paru le 5 Octobre 2017

Aperçu : Vous êtes-vous déjà demandé qui était la Reine de Cœur avant Alice aux pays des merveilles ?

La Reine de Cœur n’a pas toujours été la terrible souveraine d’Alice au pays des merveilles. Avant d’être couronnée, elle s’appelait Catherine et rêvait de devenir la plus grande pâtissière du royaume. Mais le sort a décidé de lui jouer un vilain tour : le Roi de Cœur veut absolument l’épouser et les parents de Catherine, très ambitieux, placent de gros espoirs en cette union.

Catherine, elle, veut vivre librement et aimer celui qui fait battre son cœur : Badin, le bouffon du Roi.

Malheureusement au pays des merveilles, où s’entrechoquent magie, folie et monstres, les contes n’ont pas tous une fin heureuse…

 

 

Mon commentaire général : Où est passé le cœur de la Reine de Cœur ?

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : « C’est une rose, Badin. Adorable à regarder, certes, mais avec des épines qu’on ne peut pas ignorer. Sa place est dans le jardin du Roi, pas dans le tien. » (p. 482)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

De façon générale, j’ai tendance à préférer les méchants dans les romans. Ils sont souvent mieux pensés, plus complexes que les « gentils » un peu trop lisses à mon goût.  Alors quand on me promet de comprendre comment une personne a basculé, quelles sont les raisons qui l’ont entraînée du mauvais côté de la barrière, je ne peux que me jeter sur le roman en question.

C’est ici le sujet de Heartless, histoire de Catherine, jeune et jolie jeune fille du Royaume de Cœur, dont on sait par avance qu’elle deviendra la méchante Reine de Cœur, croisée dans Alice aux Pays des Merveilles.

Contrairement à d’autres avis, j’ai tout simplement adoré ce roman ! Il est vrai que l’histoire souffre de longueurs et qu’il faut dépasser les ¾ du livre pour atteindre le moment tant attendu mais l’ambiance parfois malsaine et l’univers tellement loufoque et en même temps presque cauchemardesque font que je me suis laissée porter par ces 600 pages d’aventures hors du commun.

Le récit a des airs de conte d’antan, comme les vrais contes de Grimm ou de Perrault, à la fois merveilleux et cruel. C’est à la fois très poétique et très visuel. La plume de Marissa Meyer est tout simplement incroyable. Plus je lis de livres de cette autrice, plus je reste ébahie par son talent et son imagination.

On oscille fréquemment entre le rêve et le cauchemar, la romance si douce et si pure confrontée au cruel destin qui – on le sait – attend cette jeune fille moderne avant l’heure et on ne peut s’empêcher d’espérer alors qu’on sait déjà comment tout va finir. Il ne manquait que le chemin pour parvenir d’un point à l’autre, chemin rempli d’émotions brutes et de personnages aussi incroyables que percutants.

Je ne pense pas que je regarderai à nouveau la Reine de Cœur avec mépris, mais plutôt avec une peine infinie pour la jeune pâtissière aux rêves et au cœur brisés, même si elle risquerait bien de me faire trancher la tête pour un tel affront.

 

C’est un peu un comble pour un roman nommé Heartless (« Sans cœur »), mais pour moi, c’est un beau coup de cœur.

coeur scintillant

 

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Evidemment, on connaît déjà la fin. On sait que Catherine deviendra la méchante Reine de Cœur, personnage cruel et antipathique, ce qui est complètement contradictoire par rapport à la personnalité vive et solaire de la jeune fille qui rêve juste d’être pâtissière.

Du coup, c’est comme voir au ralenti une collision entre deux trains : on sait que ça va arriver, que les dégâts vont être terribles, mais on espère quand même que quelque chose empêchera ce destin funeste. Et pour espérer, j’ai vraiment espéré. J’ai placé toutes mes prières dans la douce romance de Catherine et Badin, coup de foudre au premier regard entre la future fiancée du Roi et le bouffon si insaisissable. Pourtant, là encore, on se doute que cette histoire est vouée à l’échec, ce qui provoquera la bascule de Catherine.

Toute la magie du roman tient là : croire, malgré tout ce que l’on sait, que le cours du destin peut s’inverser, que l’histoire va changer, que ces deux personnages auxquelles je me suis tellement attachée parviendront à vivre leur amour.

Du coup, j’ai tourné les pages presque fébrilement, guettant le moment fatidique, qui arrive en effet bien tard dans le récit. Pourtant, je ne me suis pas ennuyée pour autant. Il y a déjà la romance qui a fait battre mon cœur plus fort. Puis l’univers, incroyable. Et l’enchainement des évènements qui n’est pas aussi ralenti qu’on pourrait le croire. Je pense que cela est voulu justement pour nous faire espérer davantage, comme Catherine qui y croit jusqu’au bout, jusqu’à ces pages terribles où tout se joue sous l’effet d’une sombre prophétie.

Beaucoup ont comparé ce roman aux Chroniques Lunaires. A l’heure actuelle, je n’ai lu que deux tomes de cette série et pour moi, il ne s’agit pas du tout de la même chose. Le propos, le but, ne sont pas les mêmes. Ici l’espoir n’est qu’une illusion, comme un tour de Badin, et on le sait dès la première page, ce qui donne au récit une certaine mélancolie que ne possèdent ni Cinder ni Scarlet.

Pour moi, cela prouve juste que Marissa Meyer est une grande autrice, une grande amatrice de contes aussi !, qui sait nous faire découvrir sous un nouvel œil des histoires que l’on croyait connaître.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Goûteras-tu aux pâtisseries de Catherine ?

Dis-le moi en commentaire.