l'empire de sableL’empire de sable de Kayla Olson

Editions : Robert Laffont Collection R

478 pages

Paru le 21 Septembre 2017

Aperçu : Il suffit d'un grain de sable pour faire s'écrouler un empire. Une page s'est tournée dans l'histoire de l'humanité depuis que les dérèglements climatiques ont rendu la plus grande partie du globe inhabitable. Puis a eu lieu la révolution orchestrée par les Loups, un puissant groupe armé. Ce jour-là, ils ont pris le pouvoir. Ce jour-là, ils ont tout pris à Eden, qui n'a rien vu venir. La voilà désormais détenue dans un camp de travail sous haute sécurité. Son seul espoir ? Gagner l'île de Sanctuary dont lui a parlé son père, le dernier territoire encore neutre. Mais quand Eden parvient finalement à y accoster avec d'autres évadés, l'île se révèle encore plus dangereuse que leur précédente prison...

 

 

 

 

Mon commentaire général : Si Leo aime…

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « Loin d’être la promesse d’une vie meilleure, Sanctuary pourrait bien signer notre arrêt de mort. » (p. 23)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Ayant bénéficié de critiques très enthousiastes et avec un résumé aussi fascinant, L’empire de sable a vite rejoint ma PAL après sa sortie. J’étais d’autant plus intriguée par la mention de la couverture : « la dystopie écologique qui a conquis Leonardo Di Caprio ». Il faut savoir que j’adore les dystopies et que l’écologie est un sujet qui me tient vraiment à cœur, donc ça ne pouvait pas mieux tomber.

Pourtant ce roman ne m’a pas entièrement conquise alors que ça commençait très bien.

Dès les premières pages, j’ai été plongée dans un univers dur et violent, racontée par Eden, une jeune fille qui a subi de plein fouet le coup d’état des Loups et s’est retrouvée dans un camp de travail aux conditions de vie complètement inhumaines. Lorsqu’elle parvient à s’en échapper (pas de panique, je ne te spoile rien, c’est écrit dans le résumé et ça arrive dans les 20 premières pages) avec d’autres détenues, elles mettent le cap sur l’île de Sanctuary dont le père d’Eden lui a chanté les louanges, sans savoir si l’île sera vraiment le sanctuaire qu’elle promet…

La plume est agréable avec de jolies formules pleines de poésie, notamment quand Eden évoque le passé, et le rythme est trépidant.

Jusque-là donc, beaucoup de qualités.

Mon gros problème avec ce livre, c’est qu’une fois sur l’île, le roman se transforme : exit la dystopie, retour dans de la science-fiction YA tout à fait usuelle. On dit que c’est un mélange entre Le Labyrinthe et Lost ? C’est vrai. J’y ajouterai même une once de Hunger Games ou de Nil. Et je ne m’attendais pas à ça, pas plus qu’à l’intrigue assez brouillonne qui fait que moi aussi je me suis un peu perdue dans la jungle de Sanctuary. Mais si tu aimes les secrets et les pièges sadiques, tu devrais en avoir pour ton argent.

Pour ma part, je suis un peu déçue. Au final, il m’a semblé que le côté dystopique n’était pas très développé et l’écologie encore moins, ce qui fait que je n’ai pas retrouvé les deux éléments qui m’ont attirée vers ce roman à la base. De plus, sans ligne directrice claire ni explication détaillée du contexte géopolitique, j’ai surnagé dans l’univers qui aurait pu être prometteur.

La fin est assez ouverte donc une suite parait possible mais pour ceux qui préfèrent les tomes uniques, il est tout à fait possible de s’arrêter là.

Si j’en crois la majorité des retours sur ce livre, je suis une des rares mitigées donc je t’invite à lire d’autres critiques pour te faire te propre avis.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Clairement, je ne m’attendais pas à débarquer au beau milieu d’une arène à la Hunger Games, d’autant que je n’ai pas vraiment compris l’utilité de ces pièges mortels. Repousser les éventuels naufragés pour les empêcher de découvrir le laboratoire secret des Loups ? Une bande de PhosphoLoups armés de mitraillettes sur la plage aurait largement suffi. Tout cela ne semble qu’un prétexte pour entraîner les personnages dans des séquences sadiques qui n’ont aucun intérêt pour l’intrigue.

J’aurais préféré qu’on me raconte davantage la prise de pouvoir des Loups, l’étendue de leur influence dans le monde, qu’on me fasse sortir du camp de travail et de Sanctuary pour obtenir une vision plus large de cet univers dont on ne sait au final pas grand-chose.

Car ce qui reste de l’intrigue est bien mince, si on enlève les aventures dans la jungle. Le passage intéressant, c’est-à-dire la chute des Loups grâce aux plans transmis dans le sang du père d’Eden (je n’ai d’ailleurs pas compris cette technologie), n’est pas raconté.

Je ne me suis pas ennuyée, mais je n’ai pas compris où l’autrice voulait m’emmener. Je ne me suis pas spécialement attachée aux personnages qui à part Lonan sont un peu lisses (ou alors s’ils agissent mal, c’est parce qu’on a pris le contrôle de leur esprit) et certains sont réellement secondaires.

Du coup, je suis restée en retrait de ce roman, sans vraiment m’impliquer dans l’histoire auprès des personnages.

Je comprends qu’il puisse intéresser des producteurs de cinéma car visuellement, il y a des choses à faire, mais le contexte politique trop peu développé est, à mon sens, un gros frein pour les amateurs de dystopie pure et dure.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Trouveras-tu Sanctuary?

Dis-le moi en commentaire.