Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du troisième et dernier tome de la série Promise. Si tu n’as pas lu les tomes précédents, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur Promise (tome 1) ou Insoumise (tome 2).

 

conquisePromise, tome 3 : Conquise de Ally Condie

Editions : Gallimard

515 pages

Paru le 5 avril 2013

Aperçu : Dans la Société, les Officiels décident de tout. Qui aimer, où travailler, quand mourir.

Dans ce dernier volet, dense et palpitant, une épidémie ravage la population... Le Soulèvement tente de sauver une liberté à laquelle plus personne ne croyait.

Pour Cassia, Xander et Ky, c'est enfin le moment de choisir.

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : Conquise ? Non, pas vraiment…

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « Nos destins sont liés les uns aux autres, indissociables, tenus par nos promesses, encore et toujours… Jour après jour. » (p. 412)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

J’avais beaucoup aimé Promise, bien moins Insoumise. J’en attendais donc énormément de Conquise, comme de tout dernier tome de trilogie et même encore un peu plus puisque j’y recherchais aussi les raisons de mon amour pour le tome 1.

Je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps : je suis mitigée.

La plume est toujours aussi agréable et les questions qu’on se pose depuis le premier tome trouvent des réponses concrètes (les pilules ou le cafouillage du Couplage de Cassia par exemple). Les personnages restent égaux à eux-mêmes. Ils n’évoluent pas vraiment, ni en bien, ni en mal, ce qui n’est pas trop mal j’imagine.

Par contre, je m’attendais à carrément plus de rythme dans ce dernier tome. En général, dans l’ultime volet d’une trilogie dystopique, c’est le feu d’artifice. L’ordre établi vole en éclat, souvent avec violence, l’action s’enchaîne tambour battant, tout comme le lecteur avale les pages. Ici, ce n’est pas vraiment cela, même si on nous promet un Soulèvement dans le résumé. En fait, l’autrice a fait le pari de partir sur tout autre chose, ce qui est assez déstabilisant. Au lieu de l’affrontement tant attendu, c’est une bataille bactériologique qui se joue ici… et si j’aime rencontrer des développements auxquels je ne m’attendais pas, j’apprécie aussi de trouver ce qu’on me promettait depuis des centaines de pages : en l’occurrence un Soulèvement dont je n’ai pas vraiment vu la couleur et qui manque cruellement pour achever cette série.

C’est donc une trilogie que je conseillerais aux adolescents qui débutent avec le genre dystopique et qui n’ont donc pas encore trop d’attentes par rapport à cette littérature. Personnellement, je pense en avoir trop lu et ainsi être passée à côté de cette série dont j’ai pourtant apprécié l’aspect poétique.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

En ouvrant ce roman, je ne m’attendais pas du tout à voir le trio d’héros se débattre avec une nouvelle version de la Peste. Il faut dire que je suis plutôt aguerrie au genre dystopie YA et que je prévoyais des affrontements musclés entre le Soulèvement et la Société, un peu à la Hunger Games ou Delirium.

Je me suis trompée, clairement, puisque la bataille se joue ici dans des éprouvettes. Je pense que l’autrice voulait montrer qu’on peut renverser un gouvernement en douceur, en réparant les erreurs que celle-ci a commises, par exemple en lâchant dans la nature un virus mortel dont on n’a pas d’antidote, mais ça ne marche pas ici. Au final, le Soulèvement parait aussi désorganisé que la Société, le Pilote un peu dépassé par les évènements (et d’ailleurs je trouvais qu’il manquait de charisme pour un leader), et le salut vient d’une bande d’ados, dont un est médecin depuis 6 mois, l’autre trie des données (quoi que ça puisse vouloir dire) et le dernier joue les cobayes (Ky est le personnage qui a la guigne).

Par conséquent, je n’y ai pas vraiment cru et je n’ai pas été transportée par la vision d’Ally Condie. Promise m’avait vendu du rêve, j’avais aimé l’idée que des personnes choisissent petit à petit la voie de la rébellion, par de petits actes qui ne veulent rien dire individuellement mais qui mis bout à bout peuvent faire tomber un système. Je n’ai pas retrouvé ces aspects dans les tomes suivants et c’est pourquoi je finis cette série sur un avis mitigé.

Conquise est à mon sens meilleur qu’Insoumise, dans lequel les choses trainaient vraiment en longueur, mais à trop vouloir en faire, l’autrice m’a perdue en cours de route.

Comme j’ai aimé sa plume, je pense néanmoins tenter un de ses autres romans, Atlantia ou L’été de Summerlost, dont les avis ont l’air prometteurs.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Es-tu prêt à affronter la Peste?

Dis-le moi en commentaire.