Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième tome de la série Testament. Si tu n’as pas lu le tome précédent, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur L’Héritière (tome 1).

 

alouettesTestament, tome 2 : Alouettes de Jeanne-A Debats

Editions : ActuSF

440 pages

Paru le 31 Mars 2016

Aperçu : Je m’appelle Agnès, et je suis orpheline. Ah ! Et sorcière, aussi. Mon oncle m’a engagée dans son étude notariale. Ne croyez pas que le job soit ennuyeux, en fait, ce serait plutôt le contraire. En ce moment, tout l’AlterMonde est en émoi à cause d’une épidémie de Roméo et Juliette. Imaginez : des zombies tombant amoureux de licornes, des vampires roucoulant avec des kitsune, des sirènes jurant un amour éternel à des garous. Et tout ce beau monde défile dans notre étude pour se passer la bague au doigt. Mais la situation commence à sérieusement agacer les hautes autorités. Et comme l’AlterMonde n’est pas Vérone, à nous de faire en sorte que cette fois l’histoire ne se termine pas dans un bain de sang...

 

 

Mon commentaire général : L’AlterMonde n’a pas fini de nous surprendre…

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « Nous avions une pandémie de Roméo et Juliette sur les bras. » (p. 85)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Le premier tome avait pour moi été une très bonne surprise et j’étais donc impatiente de retrouver tout cet AlterMonde dans de nouvelles aventures fantastiques.

Trois ans ont passé depuis les évènements de L’Héritière et pour moi presque six mois depuis ma lecture. Si j’étais un peu déboussolée au début, de nombreux rappels sont faits pour immerger rapidement le lecteur, ce qui fait que j’ai très vite retrouvé mes repères. De plus Agnès n’étant pas complètement au fait de toutes les créatures de l’AlterMonde, on profite aussi des explications qui lui sont apportées par les autres. La richesse de cet univers est donc parfaitement accessible à tout le monde.

D’autre part, la plume de Jeanne-A Debats fait toujours son petit effet (j’étais morte de rire dès les premières lignes de l’Avertissement…) et les personnages sont toujours aussi bien travaillés et leur côté « humain » toujours présent. Les nombreuses références à la culture populaire et les mentions au vitriol de la religion, de l’amour, de l’image de la femme, de la grossophobie ou encore des artistes font mouche et apportent à ce roman un vrai mordant qui le distingue clairement des autres romans du même genre.

Pourtant, j’ai moins aimé ce tome que le précédent. Je suis moins rentrée dans l’histoire et j’ai eu plus de mal à tourner les pages, jusqu’environ la moitié du roman. Puis les évènements s’enchainent jusqu’à la fin, complètement barrée, qui apporte une nouvelle vision du mythe de Roméo et Juliette.

C’est tout de même de la très bonne urban fantasy et si je chipote, c’est certainement parce que L’Héritière avait placé la barre très très haut.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Le gros plus de ce roman, ce sont ses personnages, si bien pensés. Alouette permet ainsi de découvrir une nouvelle facette d’Agnès. Les évènements vécus trois ans plus tôt l’ont laissée dans une profonde dépression, alcoolique et boulimique. Pourtant, Agnès ne m’a pas paru extrêmement sympathique, bien au contraire. Je l’ai trouvée assez froide et j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à elle, peut-être parce qu’elle ne cherche pas d’attache. Ses conquêtes d’un soir, son amourette avec Sylvain (que je n’ai pas vraiment considéré comme un petit ami mais plutôt un flirt) et son attirance pour l’inaccessible Navarre la présentent comme une jeune femme très éloignée des considérations amoureuses. Elle ne veut pas plaire (d’ailleurs elle ne se plait pas).

J’ai aussi trouvé que l’absence de Zalia se faisait sentir très nettement. La sirène apporte du piquant au récit avec ses tenues improbables et ses réactions tout aussi imprévisibles. Du coup, quand elle n’est pas là, l’ambiance est bien morose…

Même si je dois bien avouer que mon cœur de midinette a battu plus fort lors du rapprochement entre Agnès et Navarre, cette histoire assez alambiquée de Roméo et Juliette m’a paru moins intéressante que la recherche d’héritiers vampiriques du premier tome. Peut-être parce que l’effet de la nouveauté s’est estompé et que j’en attends maintenant beaucoup de cette série dont le premier volet sort clairement du lot des séries d’urban fantasy.

Je lirai évidemment le troisième tome avec plaisir car je me demande où tout cela va m’emmener et je ne doute pas une seconde que l’autrice, que je suspecte d’en avoir beaucoup sous la pédale, saura me surprendre…

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Affronteras-tu une épidémie de Roméo et Juliette surnaturels ?

Dis-le moi en commentaire.