Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième tome de la série Dernier meurtre avant la fin du monde. Si tu n’as pas lu les tomes précédents, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur Dernier meurtre avant la fin du monde (tome 1) ou J-77 (tome 2).

 

impact

Dernier meurtre avant la fin du monde, tome 3 : Impact de Ben H. Winters

Editions : 10/18

312 pages

Paru le 2 février 2017

Aperçu : " This is the end. " Tragique, superbe et sans concession, la conclusion magistrale d'une série apocalyptique unique en son genre. Les derniers jours sont arrivés. Ancien agent des forces de police de Concord (New Hampshire), Hank Palace a trouvé refuge dans les bois de Nouvelle-Angleterre, où d'anciens collègues se sont rassemblés pour attendre la fin. Mais son esprit n'est pas encore en paix. Il lui reste une affaire à régler, la plus importante peut-être : celle de la disparition de sa sœur Nico, qui semble liée aux activités d'un énigmatique culte pseudo-survivaliste qui entend encore sauver le monde, envers et contre tout. L'humanité entre maintenant dans ses derniers soubresauts. En route pour l'Ohio, où l'attend manifestement une révélation tragique, l'inoxydable Hank, accompagné du chien Houdini et de son ami Cortez, découvre à bicyclette ce qui reste de l'Amérique : un monde en ruine et déserté par la technologie, un territoire hostile peuplé de gangs fanatiques, d'immigrants illégaux, de groupuscules religieux... et d'une communauté amish qui pourrait bien l'amener à reconsidérer toute sa perception des choses.

Mon commentaire général : C’est la fin…

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Nous vivons désormais dans un monde de loups, de villes bleues, de villes rouges, de gens sillonnant la campagne à la recherche de sécurité, d’amour ou de frissons bon marché. » (p.228 )

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Nous revoilà plongés dans le monde pré-apocalyptique brillamment imaginé par Ben H. Winters. Lorsque ce dernier roman commence, Maïa n’est plus qu’à une semaine de percuter la Terre. Aussi proche de la fin du monde, Henry n’a qu’une obsession : retrouver sa sœur. C’est pourquoi il traverse le pays et se lance à corps perdu dans une nouvelle enquête qui l’emmènera beaucoup plus loin qu’il ne croyait…

Si le récit souffre toujours de nombreuses longueurs, l’enquête, plus personnelle, est plus prenante que celles des précédents tomes. La motivation d’Henry va ici bien au-delà de la compréhension et cela se ressent dans le roman, beaucoup plus porté sur les émotions que les autres. Cela tient aussi du fait que la fin se rapprochant à grand pas, les caractères et les mobiles profonds se révèlent, chacun réagissant différemment à l’apocalypse.

Le côté psychologique des personnages a encore une fois été très bien travaillé, ce qui montre un souci du détail intéressant.

Evidemment, les évènements se précipitent sur la toute fin du récit et il ne m’aura pas fallu plus de deux soirées pour venir à bout de cet hybride, polar sur fond de science-fiction, singulier dans le monde littéraire actuel (comme le reste de la trilogie).

Pour ma part, j’ai bien l’intention d’ajouter Ben H. Winters à la liste des auteurs à suivre.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Même s’il est aisé de deviner ce qu’il est réellement arrivé à Nico (ou de moins de le soupçonner assez vite), malgré les fausses pistes distillées par l’auteur, c’est ici le cheminement de Henry qui est intéressant. Ce solitaire, prêt à tout pour retrouver sa sœur, va rencontrer à travers cette enquête, celle de sa vie, tous les comportements humains face à l’apocalypse imminente : la violence, le retranchement égoïste, le partage, le besoin de retrouver ses proches, la trahison, la réalisation de sentiments profonds, le déni… Encore une fois, j’ai trouvé le côté psychologique bien travaillé même si l’aspect science-fiction est à la fois moins bien et exacerbé par l’horloge qui défile. En effet, j’ai déjà abordé les attitudes humaines qui sont pour moi le gros plus, mais en fait la majorité de l’action se déroule dans un commissariat abandonné, ce qui éloigne le récit du monde extérieur.

Néanmoins, c’est une belle conclusion que nous offre l’auteur. Henry finit sa course au sein d’une famille unie et aimante, lui qui est tout seul au monde et c’est entouré qu’il voit s’approcher les lueurs de l’apocalypse, dans une scène très émouvante.

Je conseillerai sans hésiter cette trilogie à ceux qui recherchent quelque chose de différent, profond et qui fait réfléchir à la nature humaine.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Que ferais-tu à l’approche de la fin du monde ?

Dis-le moi en commentaire.