november 9November 9 de Colleen Hoover

Editions : Hugo & Cie Collection New Romance

353 pages

Paru le 26 octobre 2017

Aperçu : Fallon et Ben se rencontrent par hasard alors que leur vie est en train de changer.

La jeune femme est sur le point d’aller s’installer à New York où elle espère poursuivre une carrière d’actrice au théâtre. Ben veut devenir écrivain.

Ils se croisent comme des étoiles filantes mais l’intensité de ce qu’ils partagent les pousse à se fixer un rendez-vous annuel, le neuf novembre.

Fallon devient alors la source d’inspiration du roman de Ben. Chaque rendez-vous est une mine d’informations pour lui et, pour tous les deux, c’est le moyen de faire le point sur leur vie.

Jusqu’au jour, un neuf novembre évidemment, où Fallon se met à douter de ce que Ben lui raconte sur lui-même. Peut-il avoir inventé sa vie comme un roman ? Et pourquoi ferait-il une chose pareille ?

La relation de Fallon et Ben – et par conséquent son roman – peut-elle être considérée comme une histoire d’amour si elle se finit par des cœurs brisés ?

Mon commentaire général : Je porterai un amour éternel à ce roman

Ma note : 10/10

La citation qui résume tout : « Je me croyais plus fort qu’une locution, mais j’ai découvert qu’il n’y avait rien de plus dur que de te dire au revoir. » (p.150)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

C’est toujours avec beaucoup d’émotions que j’ouvre un roman de Colleen Hoover – mon autrice préférée. Je sais que pendant quelques heures (un roman de Colleen ne fait jamais long feu dans mes mains) je vais vivre une aventure touchante, pleine de rebondissements et de sentiments, avec des personnages auxquels je vais profondément m’attacher et que je finirai le cœur en miettes de devoir les quitter déjà.

C’est exactement ce qu’il s’est passé à la lecture de November 9.

Comme d’habitude, la plume est juste et simple, sans fioriture ni tournures compliquées, et pourtant porteuse de tellement d’émotions que c’en est désarmant. Comme d’habitude aussi, il s’agit d’une belle histoire d’amour, très intense, mettant en scène des personnages à fleur de peau, d’une rare sensibilité.

La différence vient ici du fait que Fallon et Ben ne se retrouvent qu’une fois par an, le 9 novembre – date anniversaire de leur rencontre. Le concept pourrait paraître réchauffé (évidemment, on pense à Un jour de David Nicholls) et pourtant il est novateur dans le sens où les personnages n’ont aucun contact pendant l’année écoulée. Le récit est donc également saupoudré d’une dose de suspens : que leur est-il arrivé durant les douze derniers mois ? Et il s’en passe des choses en un an…

C’est assez difficile d’écrire cette chronique sans trop en dévoiler. On pourrait croire qu’une telle histoire serait redondante : elle ne l’est pas. Colleen Hoover arrive à rendre chaque 9 novembre unique et intense, jusqu’au dernier qui réserve une sacrée surprise, à laquelle je ne m’attendais pas du tout. Ce revirement de situation est dur à accepter pour des petits cœurs fragiles comme le mien et j’ai d’ailleurs accusé le coup, mais pourtant, j’ai apprécié ce roman au-delà des mots.

Je ne sais pas si November 9 est le meilleur roman de Colleen Hoover. Avec cette autrice, chaque nouvelle parution semble être son meilleur livre ! En tout cas, c’est encore une réussite, je n’ai pas pleuré mais j’ai vécu un concentré d’émotions en 353 pages, un shoot de ma substance préférée pour tenir jusqu’au prochain…

C'est un coup de coeur, évidemment!

coeur scintillant

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

L’histoire n’a ici rien d’exceptionnel : deux personnes qui ne devraient pas se côtoyer finissent par se rencontrer et tomber amoureux malgré tout ce qui les sépare (la distance géographique, leur passé, les circonstances…). Pourtant, cette même histoire devient magique dès lors que les personnages sont profondément attachants comme Fallon et Ben. Tous les deux brisés par un passé trop douloureux, remplis de haine pour eux-mêmes, c’est ensemble qu’ils vont grandir et réparer les blessures du passé. Ce que j’aime aussi dans les romans de Colleen Hoover, c’est que les personnages sont humains. Ils n’ont rien d’exceptionnel. Ils pourraient être nos voisins, nos amis. Ils sont justes, tout simplement. Ils font des erreurs, se cherchent, se trouvent pour mieux se perdre à nouveau.

Je ne sais pas pourquoi j’ai pensé au film La La Land en lisant ce roman, peut-être grâce à ce même message d’accomplissement de soi et d’amour désintéressé.

En tout cas, à chaque nouveau livre de Colleen Hoover, je me dis qu’elle n’a décidément pas peur d’égratigner ses personnages et de les faire souffrir, et nous lecteurs par la même occasion ! Si les évènements sont déjà assez durs pour Fallon et Ben, je ne pensais vraiment pas que le jeune homme était à l’origine des tourments de Fallon. Et ça, ce fut une sacrée claque ! J’en ai un peu voulu à l’autrice de casser l’image que j’avais de Ben (même si j’avais déjà fortement froncé les sourcils à cause de la romance avec Jordyn…) mais cela permet une belle réflexion sur le pardon, qui m’a fait lui pardonner moi-aussi.

Je crois que si on ne lisait que des belles histoires d’amour, sans trahisons ou mensonges ou retournements de situation, on n’apprécierait plus les beaux moments de retrouvailles (même si ici, grâce au concept du 9 novembre, on en a un paquet à chérir).

En tout cas, je compte bien relire ce livre pour analyser chaque intervention de Ben, maintenant que je sais la vérité…

Il va bien évidemment de soi que j’attends avec impatience le prochain roman de Colleen Hoover et que je le lirai tout aussi fébrilement que les autres !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Seras-tu au rendez-vous ?

Dis-le moi en commentaire.