adopted loveAdopted Love de Gaia Alexia

Editions : Hugo Poche

650 pages

Paru le 14 Septembre 2017

Aperçu : Hanté par son passé, sera-t-elle son avenir ? Orphelin, Teagan erre depuis son plus jeune âge de foyers en familles d'accueil. Bad boy écorché par la vie, la justice le rattrape à l'aube de ses 18 ans. La sentence ? Un an de conditionnelle durant lequel il devra se tenir à carreau s'il ne veut pas finir en prison. Il ne lui reste qu'une chance de se remettre dans le droit chemin et c'est dans une ultime famille d'accueil qu'elle va se jouer. Mais la rencontre avec Elena, la fille aînée de la famille risque de compliquer les choses. Avec plus de 1,5 millions de lectures, découvrez la New Romance qui a conquis les plateformes d'écriture en ligne en France.

 

 

 

 

Mon commentaire général : Quelle claque !

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : « Né sur un trottoir et fait pour y vivre, je n’ai pas de nom, pas de racines et pas de famille. Et ça me bousille. » (p.576)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Ce roman est une véritable claque !

Tout d’abord, il faut remarquer qu’il existe peu de romances écrites du point de vue exclusivement masculin. Après avoir lu celle-ci, je me rends compte que ça manque. L’alternance des points de vue est sympathique mais ici, le point central est clairement Teagan.

C’est à la fois un bonheur et un déchirement d’entrer dans ses pensées. C’est en effet agréable de savoir ce qu’il pense, pourquoi il réagit parfois (souvent) violemment, pourquoi il ne parle pas, mais justement, quand on comprend pourquoi, on ne peut qu’être désolés pour lui

J’ai livré avec ces quelques lignes beaucoup d’éléments de l’histoire, même si je n’ai pas tout dit : Teagan est une petite frappe du Queens mais surtout un jeune homme brisé, qui a eu une enfance extrêmement malheureuse. A la suite d’une énième arrestation, un juge lui accorde un an de probation pour lui prouver qu’il est « quelqu’un de bien ». A la moindre incartade, c’est la prison qui l’attend. Cette année, il la passera dans une famille d’accueil : riche, aimante, idéale sur le papier. C’était sans compter sur Elena, la fille aînée, qui cache aussi ses propres démons, prêts à réveiller ceux de Teagan…

Je n’en dirai pas plus pour te laisser le plaisir (ou le déchirement, c’est toujours pareil) de la découverte.

En tout cas, avec ce premier roman, Gaia Alexia s’impose comme une auteure de romances différentes, et c’est génial ! Sa plume est fluide et moderne (c’est écrit du point de vue de Teagan qui ne mâche pas ses gros mots) et les pages se tournent toutes seules, entre scènes quotidiennes et flash-backs du passé.

J’ai vécu des émotions intenses, comme Teagan, avec ce roman et si je m’attendais plus ou moins à cette fin, j’avoue avoir quand même été surprise par la façon dont tout arrive.

Heureusement que le tome 2 sort bientôt, sinon c’est moi qui aurais piqué une crise !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Il ne m’a pas manqué grand-chose pour avoir un coup de cœur. Peut-être que les quelques longueurs au bout de 400 ou 500 pages de lecture étaient de trop (et m’ont semblé parfois un peu répétitives). On se retrouve à un moment face à un schéma un peu identique : Elena et Teagan vont au lycée, ils se font embrouiller, ils sèchent…

Malgré tout c’est quand même un roman excellent et je comprends parfaitement qu’il ait séduit plus de 1.5 millions de lecteurs sur Fyctia. Cette plateforme regorge de pépites, on dirait, car j’ai souvent été agréablement surprise par les romans qui en sont issus. Comme quoi, des tas de très bons auteurs se cachent parmi nous

Aparté terminé, revenons-en à Adopted Love.

Des histoires de bad boy, j’en ai lu un certain nombre. Les garçons en colère qui s’en prennent au monde entier et se cachent sous une carapace de tatouages, il y en a dans plusieurs séries à succès. Pourtant, Teagan se détache du lot à mes yeux. Peut-être parce qu’il affiche une « faiblesse » là où les autres semblent juste intouchables. Son incapacité à communiquer autrement que par ses poings l’empêche clairement de se mesurer au monde comme tout un chacun. Et c’est ça qui le distingue. Il se passe tellement de choses dans sa tête, des répliques qu’il aimerait pouvoir prononcer aux sentiments qu’il ne peut avouer !

Autre mention spéciale pour Adopted Love : Elena. Il est rare de trouver dans la littérature une jeune fille avec autant de répondant face au bad boy. Elena ne se laisse pas faire, avec Teagan du moins. Avec ses agresseurs, elle devient une victime apeurée et c’est très bien retranscrit. Mon cœur s’est serré pour elle à de nombreuses reprises, parce que personne n’est au courant de son calvaire, qu’elle doit affronter en plus des moqueries à l’école…

La rencontre de ces deux écorchés vifs ne pouvait faire que des étincelles et c’est bien le cas.

Encore un bon point pour la place des adultes. Ils sont vraiment présents (au moins Daniel et Nathalie). Ce ne sont pas que des parents démissionnaires : ils ont un vrai rôle à jouer avec ces adolescents à problème. Si seulement ils les laissent les aider…

Le dernier petit point que j’aimerais soulever c’est que certains détails, au lycée notamment, ne m’ont pas paru très crédibles parce que trop calqués sur le système français qui n’a rien à voir avec le système américain. Les cours ne durent pas 1 ou 2 h mais 48 minutes, il n’y a pas de « classe » à proprement parler (chaque élève a son emploi du temps et ils ne restent donc pas avec le même groupe toute la journée), il y a des activités extrascolaires à l’issue des cours de la journée (qui sont identiques tous les jours). C’est juste un détail évidemment mais cela renforce le sentiment d’immersion.

Bon j’arrête de chercher la petite bête pour attendre avec impatience le tome 2 !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Veux-tu être adopté par les Hills?

Dis-le moi en commentaire.