the rainThe rain de Virginia Bergin

Editions : Bayard

384 pages

Paru le 20 Septembre 2017

Aperçu : Une pluie mortelle s'abat sur la Terre : l'humanité est menacée de disparition.

Ruby, 15 ans, part à la recherche de son père.

 

Je m'appelle Ruby Morris, et voici mon histoire

Si vous la lisez, vous avez énormément de chance d'être encore en vie.

Question : quand faut-il abandonner tout espoir ?

a) Maintenant. Immédiatement. On est foutus.

b) Dans deux semaines, environ.

c) Jamais.

d) J'imagine qu'il pourrait y avoir un d), mais s'il existe, je ne l'ai pas encore trouvé...

Mon commentaire général : Tu ne verras plus la pluie du même œil…

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Je m’appelle Ruby Morris et voici mon histoire. » (p.8)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Je n’ai pas pu résister à The Rain après avoir lu son résumé. Une apocalypse causée par une pluie mortelle ? Une adolescente qui se bat pour survivre ? Me voici !

Je dois bien dire que ce roman se lit à une vitesse fulgurante, presque aussi vite que la fameuse pluie décime la population mondiale. Cela est dû à une action toujours présente qui fait qu’on ne s’ennuie jamais, à un suspense parfois insoutenable et par une plume vive et moderne, puisque le récit est présenté comme une sorte de journal intime de Ruby (mention spéciale pour les petits papillons qui remplacent les gros mots !).

La jeune fille nous y livre d’ailleurs tous les aspects de sa vie, passée et actuelle, elle confie tout, le bon comme le honteux, ce qui permet de bien connaitre le personnage. Elle est parfois touchante et parfois (souvent) très agaçante, avec des réactions futiles et incompréhensibles. Et puis je me suis rappelée qu’elle n’a que 15 ans, qu’elle se retrouve seule dans un pays dévasté par la mort et que je ne sais pas comment je réagirais dans la même situation.

D’ailleurs, c’est un des autres bons points de ce roman : tout parait extrêmement crédible, des explications scientifiques aux réactions des personnes confrontées à l’inimaginable. On s’y croirait. Tellement que j’y ai regardé à deux fois avant de sortir de chez moi (et j’ai hésité car il pleuvait, véridique…).

Je pensais que c’était un one shot mais la fin, très ouverte, annonce forcément une suite qui rejoindra ma PAL dès sa sortie.

A lire si tu n’as pas peur des petites gouttes de pluie !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

J’adore les romans apocalyptiques. Je trouve que le dramatique et les catastrophes révèlent les caractères humains et permet l’expression de grandes émotions chez les personnages. On voit s’ils sont courageux ou lâches, altruistes ou égoïstes, de bon ou de mauvais fond.

Avec Ruby, c’est assez difficile à dire. Elle est capable du meilleur (secourir des prisonniers ou des animaux) comme du pire (se préoccuper de son maquillage ou de sa tenue en pleine apocalypse). Ses sentiments sont très confus (elle aime Caspar mais peut-être plus à cause de l’image qu’il lui renvoie d’elle, elle ne s’effondre pas à l’annonce de la mort de sa famille). Le point important à retenir, c’est qu’elle n’a que 15 ans et qu’elle se retrouve seule au monde. Alors peut-être que nous aussi, au même âge et dans la même situation, on se raccrocherait à des futilités comme du maquillage ou un téléphone portable, ne serait-ce que pour garder un sentiment de normalité ou de familiarité dans un monde bouleversé par une catastrophe imprévisible et inévitable.

Alors, même si j’ai été choquée par son sens des priorités, j’ai essayé d’en faire abstraction. De toute façon il se passe tellement de choses qu’on oublie vite ce genre de détails. D’autant que la moralité n’est pas le premier sentiment que les gens gardent à l’esprit dans une pareille situation. Il suffit de se rappeler du passage de la piscine ou des militaires qui ne s’intéressent qu’aux personnes « utiles » pour comprendre que c’est la loi du plus fort qui s’impose.

En tout cas, ce roman permet de renouveler le YA et de proposer une aventure dans la veine de La 5eme vague ou de In the after qui montre que les adolescents, aussi indolents soient-ils, en ont beaucoup plus dans le crâne quand il s’agit de survie que ce qu’on pourrait attendre.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Oseras-tu affronter la pluie ?

Dis-le moi en commentaire.