le langage des fleurs

Le langage des fleurs de Erika Boyer

Editions : Autoédité

313 pages

Paru le 21 juin 2017

Aperçu : Rose est dans une relation amoureuse qui ne la satisfait pas mais à laquelle elle ne parvient pas à mettre un terme. Elle supporte le comportement souvent abusif de son petit ami et se concentre sur ce qui a de l'importance pour elle, à savoir, la boutique qu'elle a héritée de son père. Mais le beau Ethan va venir mettre son cœur à l'envers et chambouler le faible équilibre de sa vie.

Rose se laissera-t-elle cueillir par ce bel inconnu tatoué au charme indéniable ? Arrivera-t-elle enfin à se libérer de cette relation sans amour qui la lie à un homme dont elle pense être redevable ?

Une chose est sûre, l’été s’annonce plein de promesses et les mystérieuses livraisons de fleurs dont la jeune femme est gratifiée seront aussi surprenantes que réconfortantes.

 

 

 

Mon commentaire général : ça sent le soleil et la mer !

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « J’aime tes épines, Rose, mais un jour tu me laisseras te cueillir.»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

J’ai découvert Erika Boyer avec Pardon, roman au contenu tabou, que j’avais bien apprécié. Ainsi quand j’ai eu la possibilité de lire Le langage des fleurs, je n’ai pas hésité très longtemps.

Après le Bordeaux de Pardon, l’auteure nous propose cette fois-ci de visiter Lacanau, en pleine période estivale. Et c’est le premier bon point de ce roman ! J’aime qu’on me fasse voyager et c’est ici très bien fait. Je me suis moi-aussi crue en vacances alors que j’ai lu ce roman chez moi en plein mois de septembre

D’autre part, la plume d’Erika m’a aussi parue plus fluide et pleine de jolies expressions.

Le langage des fleurs nous amène à la rencontre de Rose, qui vit à l’année à Lacanau où elle a repris la boutique de son père décédé depuis quelques années au moment où le roman commence. Si la jeune femme est très épanouie professionnellement, elle est en couple avec un homme violent et détestable qui ne la traite vraiment pas correctement. Heureusement, l’été arrive et avec lui Stecy, employée et meilleure amie de Rose, qui a apporté dans ses bagages bien plus que de jolis bikinis. Un joli garçon tatoué par exemple ?

Ce roman, considéré comme plus léger que Pardon, n’est pourtant pas exempt de sujets graves (deuil, violences conjugales, secrets et trahisons), qui sont toujours hyper bien amenés et traités. La (les) romance se déroule tout en douceur, les personnages prennent le temps de se connaitre et grandissent ensemble. Outre l’amour, le récit parle aussi de familles brisées et de reconstruction mais aussi de la façon dont les non-dits peuvent gâcher une belle relation.

Mon seul petit bémol c’est que je n’ai pas toujours compris les réactions de Rose, qui pardonne aussi vite qu’elle s’énerve, et qu’il m’aura manqué des émotions pour faire battre mon petit cœur plus vite.

Je lirai avec plaisir les prochains écrits de cette jeune auteure talentueuse qui a le mérite de renouveler la scène littéraire française.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

J’ai lu plusieurs avis sur ce roman avant de rédiger le mien, qui pointaient majoritairement du doigt l’inaction de Rose envers Mikael et le traitement qu’il lui fait subir. Pour ma part, je préfère ne pas entrer dans cette polémique car après avoir lu Jamais Plus de Colleen Hoover, j’ai adopté un nouveau point de vue sur le sujet des violences conjugales et m’efforce de ne pas juger. Parfois l’amour nous fait accepter des choses horribles et se faire culpabiliser par des personnes extérieures n’aide certainement pas une personne à reprendre les rênes de sa vie.

De toute façon, Rose finit par quitter Mikael, grâce à l’électrochoc Ethan, donc le problème se règle de lui-même.

Si l’attirance est immédiate entre Rose et Ethan, la relation évolue doucement, au rythme de la saison estivale, même si les sentiments se développent rapidement. Pour moi, je dirais même que la relation évolue trop doucement. Avec une attirance aussi forte, j’aurais aimé plus de passion. Après tout, les personnages sont tous deux célibataires et consentants, pas besoin d’attendre le dernier jour pour coucher ensemble, ce qui ne colle pas trop avec le caractère d’Ethan.

Dans la catégorie des sujets que je n’ai pas compris, le fait que Rose et Ethan n’aient pas réussi à se voir pendant presqu’un an en fait partie. Lacanau et Paris ne sont pas chacun à l’autre bout du monde et avec un peu d’anticipation, on trouve des billets de train ou de bus pas très chers. L’excuse de ne pas avoir d’argent me parait un peu grossière. Quand on aime, on ne compte pas non ? D’ailleurs, il fait quoi dans la vie, Ethan ? Bref, cela ne contribue pas à montrer l’image d’un amour brûlant.

Et c’est ce qui m’a clairement manqué. L’alternance des points de vue (même si je n’ai pas vu de différence claire entre les « voix » de Rose et Ethan), les secrets qui plombent la relation, les non-dits, apportent une tension dramatique à l’histoire qui serait renforcée si les sentiments étaient exacerbés.

Bon je chipote clairement, parce que j’ai lu ce roman en deux petites soirées et que j’ai plutôt bien aimé. Mais je sens qu’Erika en a encore sous la pédale et qu’elle peut me faire vivre de magnifiques montagnes russes d’émotions.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Partiras-tu pour un été à Lacanau?

Dis-le moi en commentaire.