l'échangeL’échange de Brenda Yovanoff

Editions : Michel Lafon

330 pages

Paru le 2 octobre 2014

Aperçu : Mackie Doyle n’est pas un humain, même si tous les habitants de la petite ville de Gentry le considèrent comme un des leurs. Voilà seize ans, il a été échangé contre un bébé humain. C’est le prix à payer pour la paix avec le monde d’où il vient : un univers terrifiant où d’obscurs tunnels suintent des eaux pestilentielles, peuplé de morts-vivants et dirigé par une étrange princesse tatouée.

Depuis, Mackie se bat pour survivre, malgré ses allergies mortelles au fer, au sang et aux lieux sacrés. Quand la plus jeune sœur de Tate, la fille qu’il aime, disparaît, il décide de tout faire pour la retrouver, même s’il doit affronter pour cela les plus sinistres créatures. Dans cette descente aux enfers, trouvera-t-il enfin sa véritable place ?

Mon commentaire général : du glauque, du gore, mais pas d’histoire…

Ma note : 5/10

La citation qui résume tout : « Mackie […] tu es le mec le plus bizarre que je connaisse. »

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Ce roman, paru il y a maintenant quelques années, récolte surtout des avis mitigés sur la toile et j’avais envie de comprendre pourquoi. Il faut bien avouer aussi que la couverture, à la fois horrifique et mystérieuse, attire l’œil. Pourquoi suspendre des vieux outils et des objets tranchants au-dessus d’un berceau ?

Tout cela sera expliqué dans le récit et contribue à mettre le lecteur dans cette ambiance glauque et pesante qui règne dans l’intégralité de ce roman. C’est très proche de l’univers délirant d’un Tim Burton, on y retrouve du gore, des morts-vivants, des créatures fantastiques, le tout dans une ambiance sombre et mystérieuse.

A la lecture de la quatrième de couverture, je m’attendais à une sorte de quête initiatique du héros, une plongée dans des tunnels terrifiants, pour retrouver une fillette égarée. En fait, ce n’est pas vraiment ça.

La majorité du récit se concentre sur la volonté de Mackie de savoir d’où il vient et son interaction avec les créatures fantastiques. Autant pour la traque terrifiante…

Si la plume est plutôt agréable, le problème de fond, celui qui justifie les mauvaises notes, vient d’un gros manque de rythme. C’est lent, presque contemplatif, et il ne se passe pas grand-chose. Certaines situations se résolvent en un tour de main, des personnages réagissent de façon incompréhensible, ce qui n’aide pas à appréhender cet univers déjà confus.

C’est dommage car la matière est là, le sujet de départ (les bébés échangés par les créatures fantastiques) est fascinant et avec ce don de l’auteur pour créer son ambiance, on aurait pu avoir un récit grandiose, à la fois horrible et poétique, mais captivant.

Pour retrouver cela, je me contenterai donc de revisionner un film de Tim Burton…

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

C’est avec un grand sentiment de déception que j’ai refermé ce livre. Avec un sujet comme celui-là, une couverture si réussie et une ambiance à se faire dresser les poils sur les bras, j’aurais dû passer un bon moment de lecture hors du temps.

Or le moment intéressant du roman, celui que j’attendais depuis que j’avais posé les yeux sur la quatrième de couverture, n’arrive qu’à la page 270… Celui où Mackie s’enfonce dans la profondeur des souterrains pour aller récupérer la petite Natalie des mains de la Dame. En fait, il suffit de se présenter devant la porte, de suivre bien gentiment un domestique jusqu’à la Dame en question. Pas vraiment le chemin semé d’embuches que j’avais imaginé… J’avais davantage fantasmé une espèce de labyrinthe avec des pièges et des créatures terrifiantes cachées à chaque recoin…

Au lieu de cela, le récit se contente de nous montrer que Mackie est bizarre et différent. Or cela fait 16 ans qu’il le sait, que tout le monde le sait, et fait avec. Dans la bourgade de Gentry, les habitants ont l’habitude de ce genre d’évènements inexplicables, de bébés échangés, de couteaux qu’on accroche au-dessus des berceaux…

J’avais cru que Mackie partirait en guerre contre les Créatures, les affrontant sans relâche jusqu’à récupérer la petite fille au fin fond d’un tunnel suintant… Pas qu’il jouerait dans un groupe de musique et devrait arracher des gants à une morte-vivante…

En résumé, ce roman partait d’une idée géniale (les bébés échangés par les fés ou autres créatures qu’on retrouve dans un certain nombre de légendes) mais le récit a été mal exploité, pas par peur du glauque ou du gore, mais par un manque d’action et d’implication de ses personnages. Comme l’ambiance à Gentry, ces personnages m’ont paru noyés dans le brouillard, sans savoir où aller ni comment s’en dépêtrer.

Seule la fin offre une conclusion horrifique à la hauteur de mes attentes, dommage qu’il ait fallu attendre jusque-là.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Veux-tu parcourir les souterrains de Gentry ?

Dis-le moi en commentaire.