Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième tome de la série Le chardon et le tartan (Outlander). Si tu n’as pas lu le tome précédent, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur Le chardon et le tartan (tome 1).

 

le talismanLe chardon et le tartan, tome 2 : Le talisman de Diana Gabaldon

Editions : J’ai Lu

947 pages

Paru le 3 Septembre 2014

Aperçu : 1968. Claire emmène sa fille en Ecosse, sur les lieux mêmes où, vingt ans plus tôt, elle a vécu d'extraordinaires aventures. Là, elle révèle à Brianna l'incroyable secret qu'elle n'a jamais dévoilé à personne.

Ce second volet du voyage de Claire à travers le temps entraîne le lecteur dans le Paris du siècle des Lumières. Après avoir fui l'Ecosse où ils sont devenus hors la loi, Claire et Jamie gagnent la capitale française à la rencontre de Charles-Edouard Stuart, le prétendant au trône d'Ecosse et d'Angleterre. Leur objectif : décourager ses tentatives d'accession au pouvoir, laquelle, Claire le sait, marquerait le début d'une répression sanglante dans les Highlands. Le couple se lance alors dans une course effrénée pour modifier le cours de l'histoire, et découvre qu'on ne joue pas impunément avec la destinée humaine...

Mon commentaire général : Une incroyable épopée !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Je veux être où tu es. Nulle part ailleurs.»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Il ne m’aura pas fallu longtemps après ma lecture du premier tome pour retrouver les aventures de Claire et Jamie. Après la fin horrible du premier volet, j’avais besoin de souffler un peu pour me remettre de ces atrocités mais j’avais en même temps tellement envie de me replonger dans cet univers fascinant que j’aurais tenu trois mois.

Et quelle surprise d’ouvrir Le talisman et de découvrir Claire, vingt ans après les évènements du premier tome, de retour en 1968 ! Il faut d’ailleurs savoir que dans les cent premières pages, Claire recherche ce qu’il est arrivé à ses connaissances du passé à la fameuse bataille de Culloden qui a vu la défaite des jacobites menés par Bonnie Prince Charlie contre les Anglais, bataille que Claire et Jamie s’étaient promis d’empêcher.

Mais rassure-toi, Claire finira bien par raconter pourquoi et comment elle est revenue au XXème siècle…

Il m’aura fallu presque une semaine pour venir à bout de cette épopée aux airs de petit dictionnaire, portée par la plume riche et fluide de Diana Gabaldon, qui prouve dans cet opus, qu’elle sait avec brio mélanger son histoire avec l’Histoire. Si l’ambiance des Highlands m’aura manqué un temps, j’ai apprécié la foule de petits détails, la précision des descriptions tant des us et coutumes que des lieux.

Pendant ma lecture, ce volet m’a paru moins fort en émotions que le premier, peut-être parce que la découverte des personnages (et leur propre découverte) était passée, que l’amour était là et qu’une certaine inéluctabilité des évènements semblait gâcher la surprise. Après tout, si Claire en était là où elle était au début du roman, il ne pouvait y avoir qu’un seul chemin possible dans le passé.

C’était bien mal jugé de ma part car l’auteure a réussi à relancer mon intérêt dans la toute fin, avec des scènes très fortes en émotions, ce qui me donne envie d’entreprendre moi aussi Le voyage, titre du tome 3, qui est déjà arrivé dans ma PAL à l’heure où j’écris ces lignes !

Le chardon et le tartan, Outlander dans sa version originale, est sans conteste l’une des meilleures fresques que j’ai lue.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

En ouvrant ce tome, j’ai eu un petit pincement d’appréhension. J’avais à la fois aimé et détesté le premier tome, trop violent pour mon petit cœur de guimauve, et j’avais peur de le mettre encore une fois à rude épreuve.

Si les personnages en voient encore de toutes les couleurs, ce tome m’a paru moins éprouvant à lire. L’intérêt réside ici dans l’action qui s’enchaine vraiment au cours du récit, quitte à se précipiter sur les dernières pages, et dans les conséquences des actes des personnages. Arriveront-ils à empêcher la bataille de Culloden ? Nous savons déjà que non. Arriveront-ils à inverser le camp des vainqueurs ? Nous savons aussi que non. Et c’est pourtant avec ces paradoxes en tête que j’ai poursuivi ma lecture, me demandant s’il pouvait y avoir une alternative. Comment expliquer le « présent » avec un passé différent ? Je sais maintenant que c’est impossible et c’est malgré tout le sentiment qui m’a portée pendant presque mille pages.

L’amour entre Claire et Jamie est d’une sincérité touchante, d’une profondeur insondable et pourtant chacun ne s’est pas perdu dans le couple. Claire continue à n’en faire qu’à sa tête, Jamie se laisse toujours emporter par son caractère. Et c’est pour ça que je les aime.

J’ai apprécié de rencontrer (brièvement) Brianna. Cette première partie au XXème siècle a dérangé pas mal de lecteurs, si j’en crois les avis que j’ai glanés sur internet, mais je l’ai plutôt appréciée. En nous montrant ce qu’il est, Diana Gabaldon coupe court à toute supposition et pourtant je n’ai pu m’empêcher d’espérer, ce qui prouve bien que sa plume est forte et peut nous emmener n’importe où.

D’ailleurs, moi, j’ai bien l’intention de repartir dès que possible sur les traces de Jamie : avec la révélation finale (ou de fin de première partie, bien qu’on en mesure pas les conséquences à ce moment-là), le sort qu’il a vécu pendant vingt ans, coupé de sa femme et son enfant, est d’un dramatique et d’une cruauté peut-être encore plus forte que ce qu’il a subi dans le premier tome. Ce n’est peut-être pas de la violence physique mais je n’ose imaginer le sentiment d’avoir tout perdu et de ne jamais pouvoir le récupérer…

J’ai hâte d’en savoir plus…

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Veux-tu changer le cours du temps ?

Dis-le moi en commentaire.