un palais d'épines et de roncesUn palais d’épines et de roses de Sarah J. Maas

Editions : La Martinière

525 pages

Paru le 9 Février 2017

Aperçu : En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l'irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.

Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n'a rien d'un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse.

Et quel est ce mal qui ronge le royaume et risque de s'étendre à celui des mortels ?

A l'évidence, Feyre n'est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d'origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ?

Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.

 

Mon commentaire général : Sombre et romantique…

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : « Le royaume de Prythian a le droit de s’approprier ta vie comme il l’entend en échange de celle que tu as prise. »

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Je viens de refermer ce roman et j’ai tenu à rédiger ma chronique sur le champ, tant que je suis encore dans l’émotion de cette lecture.

Quel voyage !

Cette réécriture du conte de la Belle et la Bête dans le monde des Faes est pour moi un des meilleurs livres de fantasy que j’ai lus. Il y a tous les ingrédients pour me captiver : une héroïne à fort caractère, un univers bien pensé, une plume agréable, des personnages attachants, une romance tout sauf niaise, une malédiction, des méchants qui font froid dans le dos et une intrigue solide.

C’est une immersion dans un monde sombre et cruel que propose Sarah J. Maas, où l’espoir paraît inutile et l’amour superficiel. Pourtant, j’ai assisté à l’une des plus belles romances qu’il m’ait été donné de lire. Les sentiments s’épanouissent petit à petit, en même temps que les nôtres, tandis que l’on découvre toute l’étendue de cet univers, ses coutumes et ses légendes.

J’ai lu les 525 pages de cette histoire en quelques heures, trop embarquée dans ce monde pour songer à poser mon livre sans en connaître la fin, tellement je me suis attachée à ces personnages et à leur sort.

Et quelle fin ahurissante !

Maintenant, il ne me reste plus qu’à attendre patiemment la suite, mais comme ce n’est pas mon fort, je risque fortement de continuer cette saga en VO, puisque trois tomes sur quatre sont déjà parus…

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Si le début de l’histoire prend son temps, mon cœur s’est emballé dès que Feyre a posé les pieds à la Cour du Printemps.

J’ai tout simplement adoré cette atmosphère sombre et romantique. Les masques apportent un côté mystérieux, tout comme ce palais vide et ces créatures peu engageantes qui viennent roder autour du domaine. Les descriptions des endroits magiques étaient exceptionnelles.

J’ai aimé le caractère rebelle et frondeur de Feyre, sa détermination à trouver des réponses à ses questions, quitte à se mettre en danger. C’est une héroïne forte et déterminée comme je les aime, prête à se sacrifier pour ses convictions et sauver ceux qu’elle aime. J’ai apprécié son dévouement à sa famille au début, à Tamlin à la fin. J’ai éprouvé beaucoup d’empathie pour elle, même si je n’ai pas vraiment saisi le moment où ses sentiments envers le Grand Seigneur basculent de la haine à l’amour. Il faudra probablement que je le relise pour ça car j’étais trop focalisée sur le mystère, l’univers, pour faire vraiment attention aux détails.

Du côté des autres personnages, j’ai beaucoup aimé Tamlin et Lucien, le premier pour la sensibilité qui se devine sous la carapace du guerrier, celui qui a déjà trop perdu et ne veux pas revivre ça et le second pour sa force, son ironie et sa loyauté.

Amarantha était cruelle juste ce qu’il faut, sa Cour tout aussi effrayante et les épreuves bien pensées.

Le seul point qui me titille, c’est Rhysand. J’ai apprécié le contraste entre sa noirceur et la sensibilité qu’on devine chez lui aussi, mais je n’aime pas vraiment le fait que Feyre doive lui consacrer du temps. Je pressens un triangle amoureux qui n’a pour moi aucune raison d’être et qui ne ferait qu’alourdir une histoire par ailleurs excellente.

Je me demande tout de même vers quoi la suite va se diriger étant donné que la méchante est morte dès le premier tome. La guerre contre le roi d’Hybern ? A suivre…

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Franchiras-tu le mur vers Prythian ?

Dis-le moi en commentaire.