la fille qui ne croyait pas aux miraclesLa fille qui ne croyait pas aux miracles de Wendy Wunder

Editions : Hachette collection Black Moon

376 pages

Paru le 25 avril 2012

Aperçu : Campbell a 17 ans. Atteinte d’un cancer, elle est persuadée qu’elle va mourir avant ses 18 ans. Déterminée à la sauver, sa mère l’embarque dans un road-trip en direction de Promise, une ville magique réputée pour ses miracles. Résignée, Campbell ne croit pas plus à une possible rémission qu’aux superstitions ridicules de sa mère, mais se laisse tout de même entraîner dans cette aventure. Arrivées à destination, elles sont vite témoins d’événements inhabituels : les pissenlits deviennent pourpres, on aperçoit des flamants roses au large de l’Atlantique et Campbell retrouve une mystérieuse enveloppe contenant une liste de choses à faire avant de mourir… Aidée d’Asher, un garçon non moins mystérieux, Cam exécute peu à peu chaque point de la liste et apprend à croire en elle, en l’amour, et même… aux miracles.

 

 

 

Mon commentaire général : un concentré d’espoir et d’émotions !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « L’espoir trouve en lui-même sa propre récompense. »

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Je pensais avoir fait le tour des romans sur le thème des adolescents gravement malades et c’est sans attendre grand-chose que j’ai ouvert ce roman, juste parce qu’il prenait la poussière dans ma PAL.

Pourtant, celui-ci a réussi à me surprendre et c’est une très bonne surprise.

La plume tout d’abord est fluide et moderne, les personnages hyper attachants et je me suis retrouvée à faire défiler les pages, jusque tard dans la soirée, pour me rendre compte qu’en une soirée de lecture, j’avais déjà avalé la moitié de l’histoire ! C’est dire si ça se lit bien !

Au lieu de ressasser les chemins battus, qu’on a déjà traversés jusqu’à écœurement sur ce même thème, Wendy Wunder innove : oui l’héroïne est malade, oui elle a évidemment une liste de choses à accomplir avant sa mort mais sa mère et sa sœur, qui ne veulent pas perdre espoir, la persuadent de se rendre dans une petite ville perdue, connue pour ses miracles… Un miracle peut-il vraiment guérir Campbell ? C’est là que repose une bonne partie de l’intrigue, qui mentionne aussi les liens familiaux, l’amitié, et l’amour aussi, comme dans toute bonne histoire Young Adult.

J’aurais juste aimé en savoir un peu plus sur les personnages secondaires et il m’aura manqué un épilogue pour savoir ce qu’ils deviennent, une fois les pages refermées. Il faut dire que je me suis attachée à eux, que je les ai quittés avec un pincement au cœur et que j’aurais donc aimé pouvoir les imaginer par la suite.

Une jolie découverte pour moi qui n’en attendait pas tant !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Je crois que ce que j’ai aimé dans ce roman, c’est que Cam n’est pas dupe : elle sait qu’elle va mourir et si elle entreprend ce dernier voyage, c’est avant tout pour sa mère et sa petite sœur. Même si l’espoir reprend ses droits et nous aussi en tant que lecteur on se prend à espérer que les miracles vont vraiment s’appliquer et sauver Campbell, la fin est inéluctable.

Cependant, le récit est aussi porteur d’espoir et de beaux messages. Il faut profiter de la vie et de ses proches tant que l’on peut, vivre sa vie au jour le jour, ne pas s’appesantir sur le passé.

Avant de mourir, Cam essaie d’assurer l’avenir de ses proches : elle pousse sa mère à se remarier pour assurer une stabilité à sa famille et encourage Asher à quitter la ville afin de lui démontrer qu’il n’est pas condamné à passer toute sa vie à Promise.

Les émotions sont bien présentes mais aussi l’humour, ce qui est beaucoup dû au caractère assez cynique de Cam. Personnellement je n’ai pas pleuré mais mon petit cœur s’est serré très très fort à plusieurs reprises.

J’aurais aimé en savoir plus sur Lily et sur Asher. J’aurais d’ailleurs apprécié un épilogue nous montrant comment Asher et Perry s’en étaient sortis après la mort de Cam, quelques mois ou années plus tard.

Parmi les nombreux romans sur ce thème que j’ai lus, je crois que c’est un des meilleurs car je n’ai pas eu l’impression qu’on me « forçait » à pleurer à cause du destin tragique d’un personnage.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Veux-tu découvrir la ville des miracles ?

Dis-le moi en commentaire.