Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième tome de la série Red Queen. Si tu n’as pas lu le tome précédent, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur Red Queen (tome 1).

 

glass swordGlass Sword de Victoria Aveyard

Editions : Le Masque

472 pages

Paru le 10 Février 2016

Aperçu : Mare Barrow a le sang rouge, comme la plupart des habitants de Norta. Mais comme les seigneurs de Norta, qui se distinguent par leur sang couleur de l'argent, elle possède un pouvoir extraordinaire, celui de contrôler la foudre et l'électricité. Pour les dirigeants de Norta, elle est une anomalie, une aberration. Une dangereuse machine de guerre.

Alors qu'elle fuit la famille royale et Maven, le prince qui l'a trahie, Mare fait une découverte qui change la donne : elle n'est pas seule. D'autres Rouges, comme elle, cachent l'étendue de leurs pouvoirs. Traquée par Maven, Mare fait face à sa nouvelle mission : recruter une armée, rouge et argent. Aussi rouge que l'aube, plus rapide qu'un éclair d’argent. Capable de renverser ceux qui les oppriment depuis toujours.

Mais le pouvoir est un jeu dangereux, et Mare en connaît déjà le prix.

Mon commentaire général :à la découverte de Norta...

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Les gens connaissent mon nom, mon visage et mes capacités. J’ai de la valeur, je suis puissante et Maven fera tout pour m’empêcher de riposter. » [traduction personnelle]

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Après un premier tome à l’atmosphère pesante et sombre, j’avais vraiment hâte de découvrir la suite des aventures de Mare, mi-Rouge mi-Argent, dans un monde où il ne fait pas bon appartenir à la mauvaise catégorie.

Au final, ce qui m’a beaucoup pesé dans ce deuxième tome, c’est Mare en elle-même. Mais j’y reviendrai.

Après avoir les coulisses du palais royal et les pouvoirs des Argents, Glass Sword se concentre sur la rébellion et les sang neufs. J’ai aimé me promener dans le royaume de Norta, à la rencontre de ses habitants, dans un univers très bien construit et raconté par Victoria Aveyard.

S’il fallait déjà prendre son temps pour lire Red Queen, ce n’est rien à côté de Glass Sword. Ce roman est très dense, non pas parce qu’il fait plus de quatre cent pages, mais parce qu’il s’y passe beaucoup de choses et qu’il y a beaucoup de nouveaux personnages. Tellement que j’ai eu du mal à m’y retrouver (en plus, on ne cite souvent que leur prénom, sans qu’on sache grand-chose de leur personnalité, ce qui n’aide pas vraiment).

Pourtant, même si j’ai parfois eu l’impression de faire un peu du surplace car les évènements étaient répétitifs, je ne me suis pas ennuyée. J’ai apprécié retrouver mes personnages préférés, Cal en tête, et voir jusqu’où la perfidie du Roi Maven pouvait aller. J’en ai encore des frissons dans le dos…

J’ai éprouvé beaucoup d’émotions en lisant ce roman, de la colère surtout, parce que je n’ai pas reconnu Mare. Dans Glass Sword, elle est parfois carrément insupportable, rendant les autres personnages beaucoup plus sympathiques en comparaison !

Néanmoins, la fin, d’une intensité dramatique surprenante, permet de relancer la machine et m’a donné envie de me jeter sur le tome 3, King’s Cage, que j’avais fort heureusement pour moi déjà dans ma PAL !

Je me rends compte que mon avis peut paraître négatif mais c’est tout de même une bonne série et on parle ici d’un deuxième tome, romans qui n’ont pas toujours la vie facile dans une trilogie, et c’est surtout que le premier tome m’avait tellement embarquée que je ne peux qu’être déçue de ne pas avoir ressenti autant de fascination pour Glass Sword.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Mais où est passée Mare Barrow ?

Dans Red Queen, j’avais rencontré une battante, un peu naïve parfois et aveugle face au machiavélisme de Maven mais elle restait tout de même attachante. Je veux bien admettre que les évènements terribles de la fin du tome 1 ait pu la changer, Cal aussi s’est renfermé sur lui-même face à la trahison de son frère, mais il est tout de même touchant dans sa détresse. Mare n’a fait que m’exaspérer. Elle est centrée sur elle-même, dure envers les autres et surtout je me suis demandé pour qui elle se battait. Pas vraiment pour la Garde Ecarlate, pas vraiment pour les Rouges, ni même les sang neufs dont elle connait à peine le prénom (ce qui fait que le lecteur ne les connait pas non plus). Pour elle, peut-être. Par vengeance. Sincèrement, je ne sais pas, ce qui rend d’autant plus questionnables les moments où elle remet en question les motivations de Cal.

J’ai eu l’impression que Mare avait perdu son cœur, ce qui fait qu’on peut s’attacher à une héroïne et compatir à ses malheurs.

Ceci dit, la fin, qui pourtant promet un retour en arrière avec le déplacement de l’action vers le palais, m’enchante vraiment. Je crois que l’atmosphère de la Cour, avec ses manipulations, ses trahisons et ses faux-semblants, m’avait manqué et je suis contente de pouvoir les retrouver. D’autant que Mare risque de se retrouver seule à la solde de Maven…

King’s Cage, me voilà !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Partiras-tu à la recherche des sang-neufs ?

Dis-le moi en commentaire.