la mort parle tout basLa mort parle tout bas de Brigitte Coppin

Editions : Scrinéo

256 pages

Paru le 8 Octobre 2015

Aperçu : Printemps 1524. À la cour de François 1er, un terrible poison fait des ravages. Les victimes qui tombent les unes après les autres portent toutes la marque du tueur : une étrange tâche noire sur le cou. La jeune Jeanne de Langallec, de retour du Brésil lointain et inconnu, est la seule à comprendre quel est ce poison qui tue sans bruit et sans douleur. À part elle, qui d’autre connaît ce redoutable secret si ce n’est Hervé de Coëtmelen, son unique amour qu’elle croit avoir perdu ? À vouloir éclaircir le mystère, Jeanne s’approche trop près de l’impitoyable tueur. Entre elle et lui, entre l’envie de vivre et le désir de mort, un terrible duel s’engage. Plus Jeanne touche au but, plus le danger s’alourdit. Car si l’on entend la mort parler tout bas, c’est qu’il est déjà trop tard.

 

 

Mon commentaire général : mi-polar, mi-roman historique, un bon roman jeunesse !

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « Qui demain sera marqué à son tour par la petite tache noire ? »

Mon avis (garanti sans spoiler) :

La cour de François 1er vous ouvre ses portes !

C'est une époque que je connais mal et dans laquelle j'ai eu beaucoup de plaisir à plonger grâce à la plume agréable et aux recherches minutieuses de Brigitte Coppin. Les notes de fin de roman sont d'ailleurs très pertinentes et plairont à ceux qui ont envie de davantage de détails.

Globalement, j'ai passé un bon moment de lecture avec ce court roman mi-polar mi-historique, qui nous entraine à la recherche d'un meurtrier à la cour de François 1er, qui aurait pu être bien meilleur s'il avait été plus développé. L'enquête aboutit rapidement (d'ailleurs l'identité de l'assassin est révélée en avance de phase au lecteur, ce qui a un peu gâché le suspens pour moi), les révélations qu'ont les personnages sont parfois un peu miraculeuses et les évènements un peu trop faciles.

Ce n'est donc pas un roman que je conseillerais aux férus de polar mais il conviendra parfaitement au public jeunesse dont il est la cible.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

La mort parle tout bas n’a pas fait long feu dans mes mains une fois ouvert. Ça se lit très bien, le contexte historique est bien resitué et l’enquête est prenante de par l’aspect personnel que prennent les morts par rapport au roi François 1er : les victimes se rapprochent de plus en plus de la personne royale et on se demande quand le roi sera personnellement touché.

J’ai eu un peu de mal à m’attacher aux personnages mais comme je n’ai pas lu le livre précédent, Les yeux du jaguar, cela peut s’expliquer.

Je ne suis pas une grosse amatrice de polar mais j’ai lu mon lot de thrillers et je ne suis jamais contre un peu de tension. Et c’est justement ce qu’il m’a manqué ici.

L’enquête est en définitive trop simple et trop facilement résolue, peut-être parce qu’on nous donne directement le nom du meurtrier à la moitié du roman ! Sincèrement, Edelmir n’était pas du tout sur ma liste des suspects et j’aurais préféré lire des passages de son point de vue sans connaître son identité, ce qui aurait fait monter le suspense et le mystère sans rien nous révéler… Au moment où la tension aurait pu être à son comble, l’auteure a choisi de nous donner la clé de l’énigme, même si les personnages n’en savent rien, eux.

C’est néanmoins un roman que je conseillerais à des adolescents parce que le contexte historique est bien amené, sans être pesant, ce qui pourrait réconcilier pas mal d’élèves avec leurs cours d’histoire !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Découvriras-tu l’empoisonneur qui rôde autour du roi ?

Dis-le moi en commentaire.