Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du quatrième tome de la série Meg Corbyn. Si tu n’as pas lu les tomes précédents, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur Lettres écarlates (tome 1) ou Volée noire (tome 2) ou Gris présages (tome 3).

 

empreintes fauvesEmpreintes fauves d’Anne Bishop

Editions : Bragelonne

487 pages

Paru le 15 février 2017

Aperçu : La paix fragile qui règne depuis des siècles entre les Autres et les humains est sur le point d’être brisée. Lorsque les humains tentent de s’en prendre à eux, les Autres doivent décider quelle est la part d’humanité qu’ils sont prêts à accepter.

L’alliance entre les Autres et les cassandra sangue, prophétesses de sang exploitées pour leurs dons, a modifié l’équilibre des pouvoirs entre les espèces. Simon Wolfgard, chef de l’enclos de Lakeside, et Meg Corbyn, son amie prophétesse, considèrent ce changement comme une amélioration, mais tous ne sont pas convaincus. Un noyau d’humains radicaux cherche à usurper les terres des Autres en attaquant les terra indigene. Ils sont loin d’imaginer qu’il existe des êtres beaucoup plus anciens et plus puissants que ceux qui peuplent les Enclos – et qu’ils sont prêts à tout pour protéger les leurs...

 

Mon commentaire général : Tous aux abris !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Nous ne sommes pas là pour nous occuper des humains. Ça n’a jamais été notre rôle. Notre tâche, c’est de prendre soin de ce monde.»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Ça y est : l’affrontement qui menace depuis deux tomes, celui qui est censé faire intervenir des créatures plus effrayantes que tout ce que l’on a vu jusqu’à présent est arrivé. Fini les pourparlers, place à la bataille. Et si tu crois encore que les humains ont une chance, bon courage à toi…

En effet, c’en est ici fini de la politique, même si les relations terra indigene/humains sont toujours au centre du roman, au moins dans l’enclos de Lakeside, qui fait figure de vitrine pour tous.

Le roman nous propose de voyager à travers Thaisia, mais aussi à Cel-Romano, nous permettant de rencontrer de nouvelles communautés, ce que j’ai plutôt bien aimé.

J’ai aussi apprécié d’être plusieurs fois au cœur de la tourmente et des évènements, passant d’un personnage et d’un clan à l’autre, ce qui permet de suivre les motivations de tout le monde et de vivre une aventure riche, à la fois en détails et en émotions.

Encore une fois, l’excellente plume d’Anne Bishop aura réussi à me faire dévorer ce pavé aussi vite qu’un Loup son gigot de bison, et j’en redemande ! C’est sans conteste l’une des meilleurs saga bit-lit que j’aie lue et à chaque tome, je m’émerveille d’aimer autant.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Je vais en parler tout de suite, comme ça, ça sera fait : la relation Meg/Simon, celle que l’on espère depuis le tome 1, a un tout petit peu évolué ! Hourra ! Grâce à la carte « romance », au rapprochement initié par Simon (le bras sur les épaules, le baiser sur le front…), nos deux personnages commencent à réaliser tout doucement que leur amitié n’en est peut-être pas une… Autant j’avais apprécié qu’ils ne se sautent pas dessus au bout de deux minutes dans Lettres Ecarlates, autant je commence à trouver le temps un peu long. Alors oui, ils ont certainement eu d’autres chats à fouetter avec le HAT et l’invasion de la meute humaine, mais un petit bisou en passant n’aurait fait de mal à personne… Enfin bref, ça s’appelle maintenir l’intérêt de son lectorat, et ça marche plutôt pas mal.

Mise à part la romance, ce tome est riche en évènements et en affrontements violents. Nous ne faisons la connaissance de la communauté de Prairie Gold que pour assister à son massacre quelques chapitres plus loin. De même, les Aînés ne font pas dans la dentelle et pourtant, ils ne font que reproduire ce que les humains ont initié, ce qui est d’autant plus troublant. Encore une fois, Anne Bishop place le lecteur en pro-Loup, nous forçant à prendre parti contre les humains qui apparaissent encore plus cruels que des animaux. Au moins les animaux ne tuent pas pour le plaisir, ni n’exterminent des meutes entières… J’ai aussi apprécié de découvrir l’autre côté de la médaille, le rejet du mouvement HAT par ceux qui se rendent compte de l’absurdité de leurs revendications face à la cruauté de leurs actes (je pense aux policiers).

En tout cas, avec le passage de la tempête et l’éradication de Cel-Romano, je ne peux que me demander ce que va réserver le prochain tome Etched in Bone. Les villes humaines ne sont plus qu’un souvenir, les Autres ayant récupéré leur souveraineté. Il ne leur reste plus vraiment d’opposants puisque le leader de HAT est mort… Que reste-t-il à raconter ?

Compte sur moi pour le découvrir, sûrement pas avant un an malheureusement…

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Pour quel clan prendras-tu parti ?

Dis-le moi en commentaire.