la faucheuseLa faucheuse de Neal Shusterman

Editions : Robert Laffont Collection R

493 pages

Paru le 16 Février 2017

Aperçu : Les commandements du Faucheur :

Tu tueras.

Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.

Tu accorderas une année d'immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.

Tu tueras la famille de ceux qui t'ont résisté.

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : C’est mortel !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « La fin de la vie humaine était autrefois dans les mains de la Nature. Nous lui avons volé cette prérogative. »

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Je remercie tout d'abord la collection R de m'avoir permis de découvrir ce livre avec lequel j'ai passé un très bon moment de lecture. C'est au SLPJ de Montreuil que j'ai entendu parler de ce roman et j'avoue que le concept de Faucheur a fortement aiguisé ma curiosité, à juste titre !

Avec cette nouvelle trilogie, Neal Shusterman apporte un grand coup de renouveau sur la scène SF young adult, en se reconnectant avec des séries telles que Hunger Games, où les notions de survie et d'apprentissage, sous fond de violence sont le maitre mot.

Imaginez donc un futur où l’Homme a vaincu la mort. Tout le monde est immortel et peut rajeunir à sa guise. Cela serait certainement formidable si les ressources de notre planète n'étaient pas limitées, elles... Pour le compenser, le système des Faucheurs a été mis en place : des assassins, admirés et craints comme des Dieux, dont le rôle est d'exterminer un certain quota de la population. Et pour cela, chacun sa méthode ! Au hasard, en suivant des préceptes statistiques ou sous forme de bains de sang... Tout est permis !

Au milieu de ces Faucheurs, se retrouvent embarqués un peu malgré eux deux adolescents, Citra et Rowan, choisis comme Apprentis par l'un des meilleurs d'entre eux. Mais bien évidemment, tout ne se passera pas comme prévu...

J'ai beaucoup aimé cet univers plutôt sombre mais pas dénué de compassion et de belles valeurs humaines, bien au contraire.

La plume de l'auteur est très agréable et nous propose entre les chapitres des extraits des journaux de bord de certains Faucheurs renommés qui permettent de mieux comprendre l'univers. Mon seul reproche est l'emploi du narrateur omniscient qui ne me permet jamais vraiment de bien m'immerger dans l'histoire et de ressentir les émotions des personnages.

Néanmoins quand on dévore près de 500 pages en deux sessions de lecture, il n'y a pas de doute : c'est un excellent roman, original et bien écrit, à mettre dans les mains de tous les amateurs de science-fiction et de ceux qui n'ont pas peur de côtoyer la mort...

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Quel voyage ! Avec ce premier tome, Neal Shusterman réussit brillamment le pari de présenter de nouveaux personnages, de décrire son univers, tout en poursuivant son intrigue sans temps morts ni longueurs. J’ai avidement tourné les pages, pressée de savoir ce qu’il allait arriver à Citra et Rowan, d’autant qu’ils sont condamnés à s’exterminer.

L’idée de les envoyer chez des Faucheurs complètement différents suite à la disparition de Maître Faraday est un très bon rebondissement qui permet d’entrer dans le quotidien de deux personnalités distinctes, avec des méthodes d’apprentissage aux antipodes l’une de l’autre, soulignant ainsi le schisme qui agite la Communauté des Faucheurs. Cela permet aussi d’introduire dans le concept de l’univers de belles valeurs humaines, en montrant qu’effectivement, si les Faucheurs commencent à aimer leur métier, l’humanité a du souci à se faire… On ne doit pas donner la mort par plaisir mais par nécessité.

Ce qui est intéressant, c’est que si Citra et Rowan commencent le roman de façon plutôt identique, assez semblables, leur évolution, et notamment celle de Rowan, est notable. Citra sera une bonne Faucheuse, pleine de compassion. Mais Rowan a développé un penchant pour la noirceur, excellant dans la maîtrise des armes, et même s’il est capable de pitié et d’empathie, il possède un côté sombre qui peut expliquer pourquoi Maître Goddard l’a remarqué… J’aime ce genre de personnage complexe (je parle de Rowan, j’ai bien évidemment détesté Goddard qui est juste méchant parce que c’est fun), capable du pire comme du meilleur, rendant ses réactions imprévisibles pour le lecteur.

Ce que j’ai néanmoins regretté, c’est cette romance sortie de nulle part, des « Je t’aime » échangés alors que Citra et Rowan ne se sont plus vus pendant plusieurs mois sans que leurs sentiments n’aient été vraiment flamboyants lorsqu’ils étaient encore chez Maître Faraday. J’ai tout au plus ressenti de l’attirance entre eux, voire de la tendresse, mais pas un amour aussi profond…

En tout cas, je lirai le deuxième tome avec grand plaisir, déjà très enthousiaste à l’idée de retrouver cet univers.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Suivras-tu les dix commandements des Faucheurs?

Dis-le moi en commentaire.