pardonPardon d’Erika Boyer

Editions : autoédité

208 pages

Paru le 8 Novembre 2016

Aperçu : Tandis que le monde évolue et que la jeunesse fait preuve d’une plus grande ouverture d’esprit qu’avant, il reste tout de même des sujets dont il ne faut pas parler, des tabous qui ne sont pas prêts à être brisés. Mais quand l’inceste cache un amour inconditionnel, que deux âmes ont simplement eu la malchance de ne pas naître dans les bons corps, n’est-il pas envisageable d’accepter l’inacceptable ?

Will ne prendra pas le risque, il préférera partir à 600 km de sa sœur plutôt que de potentiellement l’entraîner dans sa déchéance. Reste à savoir si « loin des yeux, loin du cœur » est une réalité ou bien un proverbe menteur, et si Sarah acceptera de perdre son frère dans ce sacrifice amoureux.

« Je ne veux pas tourner la page. J’aime ce livre dont nous sommes les héros. »

Mon commentaire général : un sujet tabou exploité tout en délicatesse !

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « J’aurais souhaité être une autre personne, naître en d’autres lieux, ne pas avoir ce lien du sang… »

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Pardon est un roman singulier de part même le sujet qu’il aborde : l’inceste.

Je te vois déjà faire les gros yeux mais attends un peu. Il ne s’agit pas ici d’une relation forcée mais de l’amour un peu trop fort d’un frère pour sa sœur, et si c’est considéré comme illicite (comme le rappelle très justement l’auteure au début du roman), ce n’est pas illégal…

Chacun se fera sa propre opinion et je n’étais d’ailleurs pas moi-même très à l’aise avec ce sujet mais je me suis pourtant intéressée de près à cet ouvrage à la magnifique couverture pour bousculer mon petit monde.

J’y ai découvert une jolie histoire d’amour, un amour impossible aux yeux de la société, qui rend le héros profondément malheureux parce qu’il ne peut pas laisser parler son cœur.

Pour un premier roman, c’est très courageux de la part d’Erika Boyer de se lancer avec un sujet pareil et d’en parler en toute neutralité. Car l’auteure ne prend jamais parti : on entre dans les pensées de Will, son combat de tous les jours, ses bonheurs et ses malheurs et jamais le lecteur n’est en position de juge.

Si j’ai trouvé la plume très fluide et poétique lorsqu’il s’agit des sentiments, les actes du quotidien et les descriptions m’ont parues plus hachées.

Ce court roman se lit néanmoins très bien et je découvrirai avec plaisir les prochains écrits de cette auteure française. J’aime bien les gens qui osent !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

L’intérêt principal de l’histoire tient au fait qu’on ne sait pas (même si on le devine facilement, malgré l’éloignement de Sarah), si les sentiments de Will sont réciproques. A-t-il eu raison de s’éloigner ? Aurait-il dû avouer ses sentiments ? Ce sont les questions que l’on se pose pendant la première moitié du récit.

Will m’a touchée par ses hésitations, son caractère amical, sa personnalité et son courage. Ce qu’il appelle de la lâcheté (s’enfuir de sa Bretagne natale pour mettre autant de kilomètres possibles entre Sarah et lui) m’apparait à moi comme une formidable dose de volonté, que je ne peux que saluer. D’ailleurs, c’est un reproche général qu’on pourrait faire à Will : il est beaucoup trop dans l’auto-apitoiement (« Je ne mérite pas », « peu d’estime pour moi-même »).

Au contraire de Will, Sarah m’est apparue bien moins sympathique. Peut-être parce que sa façon de forcer les barrières de son frère est trop rentre-dedans et pas passez subtile. Lui avouer ses sentiments ou mieux lui montrer ses toiles aurait pu donner lieu à de beaux moments plein d’émotion pour lui faire comprendre son amour, au lieu de se balader devant lui en petite tenue. On va mettre ça sur le compte de la jeunesse et de son mépris pour le qu’en dira-t-on.

A côté de l’histoire de Sarah et Will, il y a Johanna et David, lumineux et tellement adorables qu’ils en éclipseraient presque le couple vedette ! J’ai beaucoup plus ressenti la profondeur de leur amour. Cela vient peut-être de l’attitude de Sarah, prête à tout pour coucher avec Will, ce qui peut faire apparaitre leur relation comme de l’attirance physique plutôt que pour des sentiments amoureux.

Néanmoins, ce roman a le mérite de nous faire nous interroger sur notre vision de l’inceste et de remettre les choses à leur place. Faut-il condamner ceux qui s’aiment en dépit des tabous ? Ne peut-on pas se mettre à leur place et concevoir que les choses sont parfois beaucoup plus complexes qu’il n’y parait, surtout quand il s’agit de sentiments que l’on ne peut contrôler ?

A toi de te faire ta propre opinion !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Fais-tu cas des tabous ?

Dis-le moi en commentaire.