mille baisers pour un garçonMille baisers pour un garçon de Tillie Cole

Editions : Hachette

288 pages

Paru le 25 Octobre 2016

Aperçu : Un baiser dure un instant.

Mille baisers durent une éternité.

Poppy et Rune sont amoureux depuis l'enfance. Ils pensaient que rien ni personne ne pourrait jamais les séparer. Jusqu'au jour où Rune est parti deux ans sa Norvège natale...

Pourquoi Poppy cesse-t-elle alors de répondre aux appels de Rune ?

Pourquoi avoir coupé les ponts, sans raison, sans explications ?

Rune a le sentiment qu'on lui a arraché le cœur. Poppy, elle a le cœur brisé par un secret bien trop lourd.

La vie leur laissera-t-elle le temps de se retrouver et de s’aimer ?

Mon commentaire général : mon cœur a éclaté en mille petits morceaux…

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Toi et moi, on est comme les fleurs de cerisiers, Rune. Comme les étoiles filantes. On s’est aimés trop fort et trop jeunes. Notre amour a brûlé si fort qu’il s’éteint trop tôt. Notre histoire nous aura appris une leçon. Elle nous aura montré qu’on est capables d’aimer. »

Mon avis (garanti sans spoiler) :

C’est une chronique très difficile et douloureuse à écrire pour moi tant cette lecture aura été laborieuse, non pas parce que le roman n’est pas bon – il l’est – mais parce que j’ai versé toutes les larmes de mon corps et que j’ai lu les 100 dernières pages en sanglotant.

Ce fut tellement douloureux que je doute de pouvoir relire un jour ce livre malgré l’excellente plume de Tillie Cole, la poésie de ce récit et la profondeur des personnages.

On pourrait s’attendre à une romance adolescente comme il y en a tant. Ce n’est pas le cas.

Ici on parle d’un amour d’une pureté exceptionnelle, un attachement qui va bien au-delà de tout ce qu’on a pu concevoir jusqu’à présent et c’est pour ça que connaissant la fin, c’est d’autant plus cruel.

Poppy et Rune vont ravir votre cœur, vous montrer que le moindre instant de vie est à savourer, vont vous émouvoir, vous attendrir et vous faire pleurer, beaucoup pleurer.

C’est un petit roman qui se lit très vite et d’ailleurs j’aurais pu le finir dans la journée si à un moment, submergée par mes émotions, noyée dans ma tristesse, je n’avais pas ressenti le besoin urgent de poser le livre pour me réfugier dans une lecture doudou, quelque chose de drôle, de léger, de sarcastique. Je n’ai pu reprendre ma lecture de Mille baisers pour un garçon que le lendemain, un peu à reculons d’ailleurs je l’avoue, car je savais que les pages qui me restaient à tourner allaient me briser le cœur. Ça n’a pas loupé…

Du coup, je ne sais pas dire si j’ai aimé ou pas. Je sais juste que ce livre m’aura fait vivre beaucoup d’émotions, de l’émerveillement, une insondable tristesse aussi, et que puisque je peste contre les romans qui ne me transportent pas, je devrais être ravie. Sauf que je suis encore profondément touchée, vingt-quatre heures après avoir tourné la dernière page et avoir essuyé mes dernières larmes.

J’aurais pu avoir un coup de cœur si l’épilogue ne m’avait pas fait froncer les sourcils et avait réduit à néant mes derniers espoirs.

A ne lire qu’avec une boîte de mouchoirs sous la main et une lecture doudou à portée pour les moments où le récit devient trop dur à supporter.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Au départ, on peut s’étonner de l’attachement profond qui lie ces deux enfants, se demandant si tout cela n’est pas un peu tiré par les cheveux. Puis le drame arrive et on finit par s’interroger sur le destin qui a réuni si tôt ces deux âmes, peut-être parce que le temps leur était compté.

En tout cas, j’ai rarement vu dans la littérature Young Adult un amour d’une telle intensité et d’une telle pureté. C’est tellement beau.

Je me suis profondément attachée à Poppy, à son courage face à la maladie et à la mort, à sa détermination, à sa volonté de ne pas être un boulet pour ses proches, à ne pas leur causer de peine ni leur montrer sa douleur. Pourtant, elle ne peut qu’être effrayée de mourir si jeune. Elle devrait être en colère, en vouloir au monde entier, mais elle privilégie le bon côté, pour vivre paisiblement et intensément ses derniers instants. C’est une magnifique leçon de vie, une façon de nous dire de profiter de la vie tant qu’on le peut, de dire à ses proches qu’on les aime tant qu’ils peuvent nous entendre.

Et puis il y a Rune, aussi. Chez lui, c’est la colère et l’incompréhension qui dominent, le pendant de Poppy. J’ai été très touchée par ce garçon si sensible, si amoureux, qui ferait n’importe quoi pour le bien-être de Poppy. J’ai également aimé son courage et j’ai été émue par son désarroi.

Tous les deux forment un couple qu’il est difficile d’oublier.

Et même si leur amour est d’une beauté incomparable, j’aurais aimé un autre destin pour Rune. J’aurais aimé qu’il soit heureux, tout comme Poppy d’ailleurs, parce qu’il le mérite. C’est pourquoi l’épilogue m’a complètement fait redescendre sur terre (au lieu de m’emmener au paradis), où on apprend que Rune, mort à 28 ans, n’aura jamais retrouvé l’amour, aura passé dix ans enferré dans son deuil. Je trouve ça très cruel. Je n’aime pas non plus le message qui s’y devine. Peut-on retrouver le bonheur après la perte d’un être cher ? J’espère bien que oui ! Pourtant ce n’est pas ce que dit le roman et ça me gêne. J’aimerais qu’on apprenne aux adolescents que le deuil peut être surmonté, qu’on peut survivre à la peine, qu’on peut même retrouver l’amour. J’aurais préféré que Tillie Cole nous montre un Rune dévasté pendant quelques années, puis qu’il croise le regard d’une jeune femme et que son cœur se remette à battre, tout cela sous l’œil bienveillant de Poppy qui n’a jamais souhaité que Rune reste solitaire. Ç’aurait été une jolie fin, pleine d’espoir qui m’aurait fait retrouver le sourire plutôt que de me pousser davantage dans la tristesse.

C’est dommage car sans cet épilogue, j’aurais décerné un coup de cœur à ce roman qui m’a tant fait ressentir et qui m’a rappelé que la vie est belle et qu’il faut en profiter.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Oseras-tu tourner la première page ?

Dis-le moi en commentaire.

Acheter ce livre en soutenant le blog et les libraires indépendants* :

 

les libraires

amazon

 

* lien affiliés (en savoir plus)