Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du quatrième tome de la série Uglies. Si tu n’as pas lu les tomes précédents, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur Uglies (tome 1), Pretties (tome 2) ou Specials (tome 3).

 

extrasExtras de Scott Westerfeld

Editions : Pocket jeunesse

432 pages

Paru le 14 Août 2008

Aperçu : Plusieurs années se sont écoulées depuis que la rebelle Tally a renversé le système des Uglies, des Pretties et des Specials. Débarrassé de ces castes, le monde connaît une véritable renaissance, sous le regard permanent de mille millions de caméras. La société n’est plus qu’une gigantesque émission de télé-réalité. La célébrité règne sur le monde…

Une chose pourtant n’a pas changé : les moins de seize ans ne sont pas censés se montrer en ville. Surtout quand on est une extra comme Aya, une anonyme au rang facial ridicule. Sa seule chance de s’arracher à la médiocrité : claquer sur le nouveau réseau une histoire inouïe et… dangereuse.

 

Mon commentaire général : un tome pas vraiment utile…

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « Grâce à l’économie de la réputation, […] on préfère être célèbre.»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Uglies fait partie de ces séries où si l’univers est original, l’exploitation ne m’a pas toujours convaincue et ce dernier tome était pour moi le tome de trop.

Ceci dit, il a l’avantage de m’avoir réconciliée avec Tally, tant Aya est insupportable !

En effet, après le culte de la beauté, c’est celui de la célébrité qui est ici développé. Extras se déroule quelques années après « le déferlement d’intelligence », c’est-à-dire la rébellion menée dans Specials, mais au lieu de tirer parti des enseignements du passé, les sociétés n’ont fait que se réorganiser autour de nouveaux centres d’intérêt. Dans la ville d’Aya, c’est la popularité qui sert de monnaie d’échange et certains seraient prêts à tout (mentir, trahir,…) pour gagner des « rangs faciaux »…

C’est pourquoi je me suis sentie complètement étrangère au récit, même si certaines des idées apportées par Scott Westerfeld ne sont pas mauvaises et ouvrent la porte à de nouveaux horizons.

En tout cas, ce qui est sûr, c’est que si l’auteur décide un jour de les exploiter, ça sera sans moi !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Après les « têtes vides » des précédents tomes, je ne pensais pas que l’auteur allait pousser davantage sa caricature de la société actuelle mais il faut dire que c’est une bonne idée de montrer à quel point la recherche de la célébrité est tout aussi ridicule que le culte de la beauté.

Ce qui m’a horrifiée est que si les Pretties avaient l’excuse de s’être fait lobotomiser, la popularité est ici clairement un choix, puisque certaines font tout pour sortir du radar. On assiste donc à une société où chacun est rivé sur son « rang facial », incapable de regarder autrement qu’à travers son « aérocam » et de penser par soi-même. Et si on y réfléchit bien, qu’on prête attention en marchant dans les rues, on se rend compte que ce monde n’est en fait pas si éloigné que le nôtre

Alors pourquoi cette caricature glaçante n’a pas pris avec moi ?

Peut-être parce que je n’ai pas réussi à m’attacher à Aya et à sa quête de la meilleure claque possible. Je n’ai pas senti de réelle prise de conscience de sa part, même si à la toute fin, elle montre une facette prometteuse. Ainsi, quand elle découvre ce que les Extras préparent, elle ne pense qu’à l’humiliation que lui ferait subir une mauvaise information… Au lieu d’user de sa popularité pour faire bouger les choses, comme Tally en son temps, Aya ne sait que se couler dans le moule.

Il est aussi glaçant de constater que la révolution menée par Tally n’a fait que déplacer le problème. Les gens ne subissent plus d’opérations du cerveau mais au final, ils sont tout aussi conditionnés qu’avant.

C’est pourquoi je m’interroge sur l’utilité de ce tome, dans lequel il n’y a pas de développement concret. La société n’a pas vraiment évolué depuis le déferlement d’intelligence alors qu’il aurait été intéressant de montrer une prise de conscience collective, comment les humains allaient se réorganiser suite à cela. Au contraire, nous n’avons eu qu’une succession de cascades toutes plus spectaculaires que les autres, avec des gadgets technologiques toujours plus évolués, et même beaucoup plus complexes que les personnes qui les manipulent…

C’est dommage car cet univers intéressant et original aurait mérité plus d’approfondissement, tout comme les personnages.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Chercheras-tu à faire grimper ton rang facial?

Dis-le moi en commentaire.