Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième tome de la série Breathing. Si tu n’as pas lu le tome précédent, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur Ma raison de vivre (tome 1).

 

ma raison d'espérerMa raison d’espérer de Rebecca Donovan

Editions : Pocket Jeunesse

599 pages

Paru le 15 Octobre 2015

Aperçu : « Tu es le sens de ma vie, la raison de chacun de mes actes. Et je ne changerai ça pour rien au monde. »

Emma commence doucement à réapprendre à vivre aux côtés d'Evan et de Sara. Hantée par des cauchemars terribles, elle décide de donner une seconde chance à sa mère, qui l'a abandonnée, espérant trouver un sens à sa souffrance. Mais elle doit aussi affronter le regard des autres : ceux qui s'en veulent de ne pas l'avoir soutenue, ceux qui la jugent mais aussi ceux qui, surgissant de son passé, ont encore bien des révélations à faire sur sa vie d'avant…

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : toujours poignant…

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Car c’était de ça qu’il était question : un cauchemar infini. Qui recommençait sans cesse. Qui ne me laisserait pas en paix. »

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Ma raison d’espérer reprend six mois après la fin horrible de Ma raison de vivre où on a bien cru assister aux derniers moments d’Emma. Mais tu te doutes que s’il y a un deuxième tome, c’est que la jeune fille a survécu. En effet. Mais si tu la crois sortie d’affaire et entre de bonnes mains, tu ne pourrais pas plus te tromper…

Je ne dirai évidemment rien de plus pour ne rien spoiler.

En tout cas, si le récit reste parfois très dur, à tel point qu’on se demande ce que Rebecca Donovan a encore en réserve pour ses personnages, j’ai trouvé ce deuxième tome moins poignant que le premier. Peut-être parce que la plupart du temps je n’ai pas compris les réactions d’Emma et j’ai eu fortement envie de la secouer par les épaules… Peut-être aussi parce que de nouveaux personnages font leur apparition et que je les ai moins appréciés... Peut-être aussi parce que certains des anciens personnages m’ont semblé complètement transparents…

Mais qu’on ne s’y trompe pas : malgré ses défauts, ce roman reste tout aussi addictif que le premier volet et j’avoue avoir eu beaucoup de mal à le poser. D’ailleurs mon sommeil en a pris un petit coup ! Les six cent pages défilent à toute vitesse et les chapitres s’enchainent les uns après les autres, nous faisant occulter tout ce qui se passe alentour. A ne pas lire dans le bus ou le métro, tu risquerais de rater ton arrêt !

La fin, surprenante, permet clairement de relancer la machine et donne envie de se procurer immédiatement le troisième et dernier tome. D’ailleurs c’est mieux de commencer à lire Ma raison d’espérer si Ma raison de respirer est déjà bien au chaud dans ta bibliothèque, conseil d’amie

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Après l’enfer qu’a vécu Emma dans le premier tome, on aurait pu s’attendre à ce que ce deuxième tome soit moins dur pour elle. Physiquement, c’est le cas. Psychologiquement, c’est moins sûr.

La violence verbale et situationnelle induite par l’alcoolisme de Rachel est tout aussi forte que les coups de Carol. Peut-être même plus car Rachel ne se comporte pas du tout comme une mère aimante envers cette jeune fille fragile qui a déjà connu l’enfer, et c’est ce qui est le plus dur à supporter.

Tellement que je me suis demandé régulièrement pourquoi Emma s’entêtait à poursuivre cette relation malsaine, qui ne pouvait que lui faire davantage de mal. La culpabilité d’être « responsable » du malheur de Rachel ? Son passé de victime qui la pousse à reproduire toujours le même schéma, d’encaisser les coups sans broncher ?

En parlant de relation malsaine, c’est le moment de mentionner Jonathan… Il est plutôt aisé de voir clair dans son jeu et de comprendre les sentiments qui le lient à Emma, ce qui m’a fait le détester de plus en plus. Je crois que je l’ai haï dès sa première apparition en fait ! C’est pourquoi j’avais une envie folle de plonger dans mon livre et de forcer Emma à ouvrir les yeux sur l’absurdité de cette relation et de la forcer plutôt à parler à Evan.

D’ailleurs, où est passé Evan pendant la majorité du récit ? Etait-il parti avec Sara au royaume invisible ? Après les évènements du premier tome, pourquoi Emma ne se confie-t-elle pas à ses deux plus proches amis ? C’est pour moi incompréhensible et je ne trouve pas de bonnes raisons, autre que celle de donner à Jonathan une importance qu’il ne mérite pas, pour justifier ce choix de la part de Rebecca Donovan.

En tout cas, même si c’est difficile à concevoir pour mon petit cœur sensible, j’ai apprécié la fin, qui bien que cruelle, permet de relancer le récit. Au lieu de nous offrir le dénouement convenu auquel on s’attendait depuis le premier tome (Emma et Evan, heureux en Californie), Rebecca Donovan nous envoie sur une nouvelle piste. L’amour d’Emma et Evan les réunira-t-il à nouveau ? Bonne question, à laquelle je compte bien trouver une réponse dans Ma raison de respirer !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Plongeras-tu à nouveau dans la vie d’Emma ?

Dis-le moi en commentaire.