les poisons de KatharzLes Chroniques de la Terre d'Airain, tome 1 : Les Poisons de Katharz d’Audrey Alwett

Editions : ActuSF Collection Bad Wolf

421 pages

Paru le 06 octobre 2016

Aperçu : À Katharz, ville-prison dans laquelle sont expédiés les criminels, le meurtre est légal et même récompensé. Ténia Harsnik, la dirigeante, y règne par la terreur et aime jouer de la guillotine. Non qu'elle soit cruelle, mais il lui faut coûte que coûte maintenir le nombre d'habitants sous le seuil des cent mille âmes. Le dépasser conduirait hélas à la fin du monde, et ça serait désagréable.

Bien entendu, les enjeux sont secrets. Bien entendu, le marchand de sortilèges Sinus Maverick prépare un coup d'État infaillible. Bien entendu, le Prince Alastor a planifié de raser la ville avec sa trop nombreuse armée. Bien entendu, Dame Carasse, la seule sorcière capable d'affronter ce chaos, vient de ficher le camp. Bien entendu...

Une intrigue puissante, des personnages dotés de défauts affreusement humains, un final épique... Avec un humour féroce, Les Poisons de Katharz est un roman qui pose la question du compromis moral.

Mon commentaire général : A mourir de rire !

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : « La population de Katharz n’était pas du genre trouillard – au bout d’un moment, on s’habitue au danger. En revanche, elle était avide de défoulement, qui reste la meilleure solution face à l’angoisse d’un quotidien mortel. »

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Douleurs aux abdominaux et aux zygomatiques à prévoir à la lecture de ce roman, voire larmes de rires, je t’aurais prévenu…

Ce roman est l’un des plus drôles que j’ai jamais lu, surtout pour un roman fantasy.

Des bons mots aux situations rocambolesques, en passant par les personnages, tout est fait pour faire rire, et ça marche vraiment bien !

La plume d’Audrey Alwett est très agréable (j’ai beaucoup apprécié les jeux de mots et les petits clins d’œil glissés ici et là), et si on ne sait pas bien où on va au début du roman, on se laisse porter par cette ambiance abracadabrante, par cette multitude de personnages plus barrés les uns que les autres, qui m’ont énormément fait penser aux films des Monty Python, Sacré Graal notamment qui est justement un de mes films préférés !  J’ai fini par tourner les pages à la vitesse de l’éclair, à la fois pressée de savoir comment tout ça va finir mais aussi triste de quitter tout ce beau monde.

C’est pour moi une très belle surprise, que je recommande fortement à tous les amateurs de fantasy qui ont envie de découvrir une nouvelle façon d’envisager ce genre littéraire.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

La force de ce roman, ce sont ses personnages, tous spéciaux et extravagants mais surtout hyper bien travaillés par l’auteure. Malgré l’ambiance fofolle, l’impression de chaos et les répliques hilarantes, tout a en fait été pensé dans les moindres détails. J’en ai été stupéfaite.

Car en effet, en tournant les premières pages, je me suis réellement demandé comment tout ça allait se goupiller. Evidemment, j’étais déjà conquise dès le prologue (et morte de rire) mais j’avais justement peur que ça parte un peu dans tous les sens (ce qui est le cas, soyons honnêtes) et que rien ne se résolve vraiment. Que nenni ! A la fin, toutes les pièces finissent par s’imbriquer dans un tout savamment orchestré et on comprend que l’impression de désordre n’en était qu’une (d’impression).

En tout cas, je suis complètement fan de Dame Carasse et son isba à pattes, sans parler de son Apprenti angélique, de la tyranne (oui, tyranne) sanguinaire, du Prince benêt, de sa fiancée délurée (mais pas aussi sotte qu’on pourrait le penser), du zombie administratif, de Sinus le bonimenteur… De tous en fait, même si j’ai une petite préférence pour la Garde montée sur licornes !

Les poisons de Katharz est un roman que j’ai ouvert l’air de rien, sans en attendre plus qu’un moment de divertissement, mais qui restera longtemps dans ma mémoire et que je prendrai plaisir à feuilleter de temps en temps, juste pour rire encore un peu. Une réussite !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Oseras-tu franchir la mythique porte à crochets de Katharz?

Dis-le moi en commentaire.