anasterryAnasterry d’Isabelle Bauthian

Editions : ActuSF

465 pages

Paru le 18 Août 2016

Aperçu : Rien ne saurait ébranler Anasterry, la plus riche, intellectuelle et libertaire baronnie de Civilisation, qui place la maîtrise de soi au rang de vertu suprême. Rien… sauf peut-être un défi de gamins.

Quand Renaldo, fils du baron de Montès, et son meilleur ami Thélban Acremont, entreprennent, pour séduire une jeune fille, de trouver la faille de cette utopie, ils ignorent qu’ils vont déterrer de sombres secrets. Et les secrets des puissants ne leur appartiennent pas.

Quels sont ces monstres découverts dans les marais ? En quoi sont-ils liés à la tolérance d’Anasterry pour ces mi-hommes que, partout ailleurs, on opprime jusqu’à les réduire en esclavage ? Après trente ans de paix, Civilisation risque-t-elle d’être si facilement bouleversée ? Pour réparer ses erreurs, Renaldo va devoir choisir entre son patriotisme, sa fidélité amicale, ses idéaux héroïques et ses simples responsabilités d’homme libre.

Une aventure de dark fantasy politique et sensible, portée par des personnages d’une grande humanité.

Merci aux éditions ActuSF pour leur confiance.

Mon commentaire général : Bienvenue à Anasterry !

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : «Peut-être qu’Anasterry n’est pas aussi parfaite qu’on le prétend. Peut-être que Cal a des secrets que nous ignorons.»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Bienvenue dans le monde complexe et merveilleusement bien imaginé de Civilisation !

Car c’est un univers très fouillé que propose ici Isabelle Bauthian, dont la plume très agréable nous fait voyager à la fois dans la parfaite Anasterry mais aussi dans le passé du très attachant duo principal.

La force de ce roman, ce sont en effet ses personnages, Renaldo et Thelban en tête, deux jeunes hommes fougueux et séduisants dont l’amitié indéfectible est un des piliers du récit.

Malgré quelques longueurs et une intrigue par toujours très claire, j’ai passé un bon moment de lecture. Outre la quête des personnages (qui les emmènera bien plus loin que prévu), le roman aborde des thèmes très pertinents, comme la place des femmes dans la société ou l’égalité des chances ou la façon de gérer les différences, quelles qu’elles soient.

Ce contexte politique n’est d’ailleurs pas sans me rappeler les romans d’Ursula Le Guin, l’humour et l’entrain des personnages en plus. Il ne faut pas s’attendre ici à une multitude de rebondissements ou d’action en chaine, mais plutôt à une plongée dans un nouveau monde, qui n’est pourtant pas sans rappeler le nôtre par certains aspects.

A recommander à tous les amateurs de fantasy politique !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Si le début est un peu long, parce qu’on ne sait pas bien où l’auteure souhaite nous emmener, qu’il est difficile de se raccrocher au résumé de quatrième de couverture qui nous révèle des actions bien plus lointaines dans le récit, c’est le duo Renaldo/Thelban qui a éveillé ma curiosité. Ces deux-là sont tout de même sacrément attachants ! J’ai beaucoup aimé leurs dialogues, faits de bons mots, de piques et en même temps d’une affection toute particulière. D’ailleurs ce sont eux qui tiennent le récit sur leurs solides épaules.

J’ai craint le triangle amoureux avec Constance, que cette histoire de pari ne jette un froid entre les deux amis. D’ailleurs, j’ai justement trouvé ce pari un peu mal amené. Chercher la faille d’Anasterry pour séduire Constance ne m’a pas vraiment convaincue. Je ne pense pas que les deux compères aient réellement eu besoin de la présence de la jeune fille pour chercher l’erreur, leurs esprits aiguisés et leur impertinence auraient largement suffi. Bref, ceci n’est qu’un détail en passant.

J’ai beaucoup aimé l’alternance des chapitres du présent et du passé, qui nous permettent à la fois de suivre l’intrigue à Anasterry et des moments choisis du passé qui nous expliquent les relations entre les personnages.

J’ai d’ailleurs parfois nettement préféré les flash-backs au « présent », trop perdue par les faux-semblants, les secrets, les cachotteries des marais. A ces moments-là, les retours dans le passé m’ont permis de reprendre mon souffle et d’apprécier quelques jolis instants d’amitié entre Renaldo et Thelban, de mettre en avant leurs qualités (intelligence, ruse, courage) avant de replonger dans la brume des marais.

Je retiendrai de ce roman la force de ses personnages et un univers agréable, et je suis tout de même curieuse de connaitre la suite.

 

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Trouveras-tu la faille d’Anasterry?

Dis-le moi en commentaire.