ma raison de vivreMa raison de vivre de Rebecca Donovan

Editions : Pocket Jeunesse

534 pages

Paru le 5 mars 2015

Aperçu :

- Et si je ne veux pas être ami avec toi?

- Alors nous ne serons pas amis.

- Et si j'ai envie d'être plus qu'un ami?

- Alors nous ne serons rien du tout.

Emma a tout fait pour empêcher Evan d'entrer dans sa vie. Non pas parce qu'il la laisse indifférente, bien au contraire, mais parce que personne ne doit savoir. Savoir qui elle est vraiment, quelle est son histoire et, surtout, ce qui l'attend tous les soirs, quand elle rentre chez elle...

 

 

 

Mon commentaire général : Fort comme un coup de poing…

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : «Les journées au lycée étaient pour moi un espace sécurisé. Normalement, tout y était sous contrôle, réglé comme du papier à musique, personne n’avait d’emprise sur moi. Normalement… Car en seulement quelques minutes, Evan Matthews avait réussi à faire voler en éclats cet environnement protecteur.»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Voilà une lecture qui ne laisse pas indemne !

Du thème abordé (la maltraitance) à l’écriture de Rebecca Donovan, tout est réuni pour qu’une fois ouvert, il soit impossible de poser ce roman. Malgré sa taille, je l’ai lu en à peine deux soirées, trop embarquée par cette histoire pour pouvoir m’en passer.

Ma raison de vivre nous fait plonger dans le quotidien d’Emma, jeune fille brillante, sportive émérite, très impliquée dans la vie extrascolaire de son lycée. Mais si elle passe des heures à l’école, c’est surtout parce qu’elle espère de tout cœur une bourse qui lui permettrait de quitter l’horreur de son foyer où elle est battue et méprisée…

L’auteure ne prend de gants ni avec son héroïne ni avec ses lecteurs car l’immersion dans la peur et les pensées d’Emma nous fait vivre son cauchemar en même temps qu’elle. Heureusement, les scènes de lycée et la romance naissante permettent de souffler un peu, tout comme Emma d’ailleurs.

Les personnages dépeints par Rebecca Donovan sont justes, même si on pourrait lui reprocher les quelques clichés du genre YA qui émaillent le récit. Néanmoins, ils ont réussi à me toucher et j’ai ressenti beaucoup d’empathie envers ces jeunes gens obligés de grandir trop vite. Il m’a tout de même manqué un peu d’émotions (je m’attendais à pleurer toutes les larmes de mon corps) pour que ce roman soit un coup de cœur.

En tout cas, si tu t’attaques à la lecture de ce livre, sache que tu ne verras pas les cinq cent pages défiler et que lorsque tu arriveras à la dernière ligne, tu chercheras frénétiquement le tome deux parce que cette fin est tout simplement abominable. Je t’aurais prévenu…

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Des commentaires que j’ai glanés sur le net, c’est l’impassibilité du trio Emma/Evan/Sara face à la violence que subit Emma qui caracole en tête des mauvais points reprochés à ce roman. Personnellement, ce n’est pas ce qui m’a le plus dérangée.

Il est très rare qu’une victime de violences dénonce son bourreau et en ce sens, j’ai au contraire trouvé les réactions d’Emma très justes. N’oublions pas que sa tante la rabroue quotidiennement, la traitant de moins que rien. Pourquoi penserait-elle que sa vie vaut plus que celles de ses deux petits cousins ? On reproche à Evan et Sara de n’en parler à personne mais il faut se rappeler qu’ils ne sont que deux adolescents, bien préservés par la vie en plus. Dénoncer la tante d’Emma reviendrait à envoyer leur amie dans un foyer, même si c’est pour sauver sa vie et je conçois que la décision soit compliquée à prendre pour des jeunes de dix-sept ans.

Personnellement, ce qui m’a manqué, ce sont des émotions. J’ai bien évidemment souffert avec Emma, j’ai ressenti sa peur, mais je n’ai pas été prise aux tripes comme je l’attendais. Il faut dire que si le début est poignant, le récit se teinte de douceur au fur et à mesure des pages avant son final incroyable. Cela est dû au fait que pendant une bonne partie de l’histoire, la menace semble estompée. Emma vit sa vie d’ado, même si elle refuse toujours de laisser parler ses sentiments pour Evan, et on ne sait pas trop ce que fait sa tante.

La romance est également très mignonne et le couple Emma/Evan a souvent fait battre mon petit cœur plus fort mais j’ai trouvé que le retour d’Evan sortait un peu de nulle part : Evan est fâché, Evan s’en va et puis Evan revient. Je n’ai pas vraiment senti de différence notable entre ces instants et c’est dommage. Evan est le ciment qui permet à Emma de tenir (enfin j’exagère car Sara est un pilier très solide pour Emma et heureusement qu’elle peut compter sur elle), il est celui qui l’ouvre à la vie et je n’ai pas vraiment ressenti son absence. Le côté « insta-love » était un peu cliché mais comme Emma résiste, on assiste à des moments très forts qui sont juste magiques (je pense à la scène sous la pluie de la fête par exemple).

Avec cette fin épouvantable, je me demande quel traitement attend les personnages dans la suite que j’ai déjà évidemment ajoutée à ma Wish-list et qui ne devrait pas tarder à rejoindre ma PAL !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Oseras-tu pénétrer chez Emma ?

Dis-le moi en commentaire.