sinderSinder, tome 1 : Expérimentation de Jane Devreaux

Editions : Autoédité

276 pages

Paru le 14 janvier 2015

Aperçu : (en anglais sin signifie péché et sinder signifie cendre)

Une rumeur peut faire de vous quelqu’un de populaire, quelqu’un de dangereux. Une rumeur peut tout changer.

Ses yeux noirs trop grands et trop maquillés en ont déjà fait trembler plus d’un. On raconte que ses parents sont en prison, qu’elle a tabassé à mort un mec qui a osé se moquer de son prénom. Elle, c’est Sandre River.

Il est le beau rugbyman populaire. Celui qui sort avec la sublime et trop prude Marcy Cheparde, celui qui fait baver d’envie toutes les filles. Lui, c’est Josh Anderson.

Jamais, Sandre ne reconnaîtra qu’il lui plait. Jamais, Josh n’avouera que ses hormones sont en ébullitions. Une seule provocation de Sandre va suffire à bouleverser leurs vies. « Tu veux un conseil, trouve-toi une fille, n’importe laquelle, vide tes bourses et remet la machine à penser en route. »

Qui aurait pu imaginer que ces mots donneraient naissance à une incroyable histoire d’amour ?

Avertissement : Ce roman pour jeunes adultes comporte des scènes de sexe explicites.

Mon commentaire général : c’est chaud bouillant !

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : «Elle réveille en moi quelque chose dont j’ignorais l’existence. Une remue-ménage étrange qui s’agite dans mon ventre.»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Attention, petit roman court et très vite lu en vue ! En quelques heures d’affilée pour moi, tellement j’ai été prise dans cette histoire d’amour non-conventionnelle.

Car si les scènes de sexe sont nombreuses et très explicites comme précisé dans le résumé, au fond les sentiments ne sont pas bien loin, d’autant que les personnages principaux, Sandre surtout, sont d’une sensibilité touchante et on s’attache facilement à ces adolescents qui par défi, deviennent sex-friends en cachette.

Concernant l’écriture en elle-même, le style est simple et direct, sans fioritures, ce qui passe très bien. J’ai bien aimé les chapitres courts et l’alternance des points de vue qui permet de bien s’imprégner de chacun des personnages. L’édition que j’ai lue (gagnée à un concours) comportait quelques fautes d’orthographes et de conjugaison mais le roman a été réédité récemment et ces coquilles ont été corrigées.

Malgré quelques éléments qui m’ont un peu fait tiquer, par manque de crédibilité dans le cadre d’une histoire qui se déroule aux Etats-Unis, et d’autres qui auraient mérité d’être un peu plus développés, quitte à ajouter une cinquantaine de pages au roman, j’ai beaucoup aimé cette histoire et vu le cliffhanger de fin, j’ai très envie d’ajouter les tomes suivants à ma PAL !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Le principal bon point de ce roman, ce sont ses personnages principaux, Sandre en tête.

J’ai beaucoup aimé la jeune fille dont on comprend rapidement que l’apparence et l’attitude sont savamment étudiées pour tenir les autres à distance. Son bouleversant secret ne doit jamais être découvert. Sandre joue les dures à cuire mais au fond, elle n’est qu’une adolescente perdue et solitaire, rejetée par ses parents, ce qui la rend vraiment touchante.

De son côté, Josh est un cliché sur pattes : le beau gosse, sportif (pourquoi rugby d’ailleurs ? Le football n’est pas plus populaire dans les écoles américaines ?), qui sort avec une bombasse prude… On a déjà vu ça quelque part… Pourtant, au fur et à mesure du récit, on apprend à le connaître et à l’apprécier. On pourrait lui reprocher d’utiliser Sandre tout en conservant les apparences qui lui conviennent avec Marcy mais quand on y réfléchit, ce comportement est tout à fait plausible dans le cas d’un adolescent qui découvre le sexe et qui ne sait pas encore très bien faire la distinction entre sentiments et désir.

Si je n’ai pas été dérangée par les nombreuses scènes de sexe, j’aurais bien aimé ne pas avoir que ça. Le récit aurait largement gagné en qualité avec plus d’interactions (ou de non-interaction d’ailleurs) entre Sandre et Josh au lycée, notamment. Globalement, j’ai aussi trouvé que les choses allaient trop vite entre Sandre et Josh. Celui-ci avoue de but en blanc qu’il est puceau à la paria du lycée. Il aurait fallu plusieurs séances de travail avant une confession comme celle-ci. Il manque donc un petit équilibre entre les choses qui vont trop vite et celles qui auraient mérité un peu plus de développement (à la place des dessins ou des descriptions des pratiques sexuelles qui n’apportent pas grand-chose à mon sens).

Ce qui m’a plus fait tiquer, ce sont des petites détails qui pris séparément ne nuisent pas au récit mais qui mis bout à bout manquent un peu de crédibilité. Avec quel argent Sandre survit-elle ? Comment est-ce possible que personne ne soit rendu compte de la disparition de ses parents ? La perte de la virginité de Sandre parait aussi très facile. Il y a d’autres éléments aussi qui ne s’insèrent pas très bien dans le contexte, qui font très français alors que l’action se passe aux Etats-Unis : les cours du lycée, le rendez-vous chez le gynéco, le rugby dont j’ai déjà parlé et d’autres que je n’ai pas relevés sur le coup.

Malgré tout, la fin promet des développements intéressants pour les personnages, de belles choses pour la suite de cette trilogie que je lirai avec grand plaisir !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Oseras-tu suivre Josh chez Sandre?

Dis-le moi en commentaire.