Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du troisième et dernier  tome de la série Belly. Si tu n’as pas lu les tomes précédents, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur L’été où je suis devenue jolie (tome 1) ou L’été où je t’ai retrouvé (tome 2).

 

belly 3L’été devant nous de Jenny Han

Editions : Albin Michel Collection Wiz

320 pages

Paru le 30 mai 2012

Aperçu : Depuis deux ans qu’elle est en couple avec Jeremiah, Belly est presque convaincue d’avoir trouvé l’âme sœur. Presque. Conrad, le frère de Jeremiah, ne s’est pas remis de l’erreur qu’il a commise en laissant partir Belly. Alors, quand ils décident de se marier, Conrad se rend compte que c’est le moment ou jamais : avouer son amour à Belly, ou la perdre pour toujours...

 

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : adieu Cousins !

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : «Peut-être est-ce le privilège des premiers amours. Ils possèdent à jamais une part de votre coeur.»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Retour à Cousins !

Pour ce dernier tome de la saga, Jenny Han nous propose de faire un bond de deux ans par rapport aux évènements du tome 2. Et c’est tant mieux ! Les personnages ont tous mûri, ce qui amène des nouvelles préoccupations et de nouvelles péripéties

Le principal évènement de ce roman est d’ailleurs le mariage de Belly et de Jeremiah ! Mais leur projet ne rencontrera pas l’enthousiasme espéré, que ce soit du côté de leurs parents, qui ne comprennent pas leur précipitation, ou de Conrad, qui aime toujours Belly en secret…

Disputes, déclarations et doutes sont au programme de ce roman, qui offre une conclusion tout en douceur à cette saga estivale.

C’est presque à regret qu’on abandonne ces compagnons de vacances, face à des décisions difficiles, de celles qui changent une ou plusieurs vies.

J’ai préféré ce tome, plus mature, au deuxième mais mon préféré restera toujours le premier et je crois n’avoir jamais retrouvé les émotions qu’il m’avait procurées dans les autres volets de cette série légère et douce, comme une brise d’été.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Le mariage de Belly et de Jeremiah, au cœur du roman, est la source de toutes les questions. Même s’il n’y a pas d’autre intrigue que les préparatifs de l’évènement, on est quand même entraîné par une interrogation : Belly épousera-t-elle vraiment Jeremiah ? Est-il celui qu’il lui faut ?

Côté personnages, on peut noter quelques évolutions.

Conrad est maladroit dans ses rapports avec Belly et il souhaite s’effacer devant le bonheur de son frère. Mais peut-on rester impassible quand son cœur est en jeu ?

Au contraire de son aîné, Jeremiah ne se montre pas sous son meilleur jour dans ce tome. Il apparait comme égoïste, fainéant et… très loin de l’image parfaite de Conrad (alors que celui-ci était insupportable dans les tomes précédents). Peut-être est-ce pour mieux nous faire avaler la conclusion.

Quant à Belly, même si elle a grandi, elle reste une enfant. Si elle fait preuve d’une détermination admirable, son entêtement à aller au bout de ce mariage malgré les avis de ses parents montre qu’elle n’est pas encore une adulte. Tout cela ressemble fort à un caprice de petite fille et j’ai eu beaucoup de sympathie pour sa mère. Comme on s’en doute, j’étais contente de l’ajournement du mariage, ne serait-ce que pour que Belly y réfléchisse davantage avant de se lancer tête baissée dans une union aussi jeune.

La vision du monde apportée par cette série est un peu simpliste et on se doute bien que ceux qui épousent leur amour de jeunesse ne doivent pas être en majorité. Néanmoins, si on considère ces romans comme des lectures de plage, ils sont justes parfaits : légers et faciles à lire, des intrigues simples qu’on peut reprendre aisément après un plongeon, des personnages attachants qu’on a envie de serrer dans nos bras.

Je recommanderai évidemment plutôt cette série à des adolescents mais on peut les lire à tout âge, à condition d’avoir gardé son âme d’enfant !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Es-tu prêt à dire adieu à la maison sur la plage?

Dis-le moi en commentaire.