memorexMemorex de Cindy Van Wilder

Editions : Gulf Stream collection Electrogène

403 pages

Paru le 6 mai 2016

Aperçu : 2022. Cela fait un an que la vie de Réha a basculé. Un an que sa mère est morte dans un attentat contre sa fondation, Breathe, qui promeut un art contemporain et engagé. Un an que son père, un scientifique de génie, ne quitte plus Star Island, l'île familiale. Un an qu'Aïki, son frère jumeau, son complice de toujours, s'est muré dans une indifférence qui la fait souffrir. Le jour de ce sinistre anniversaire, la famille est réunie sur l'île : c'est le moment de lever les mystères, les tabous, les rancoeurs que Réha ressasse depuis un an. Au coeur de l'énigme : Memorex, la multinationale pharmaceutique de son père, ainsi que ses expérimentations sur la mémoire. Des expérimentations qui attisent les convoitises de personnages puissants et sans scrupules, prêts à tout pour accomplir leurs rêves les plus fous.

 

 

Mon commentaire général : un roman que je ne suis pas prête d’oublier !

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : «Chacun à notre manière, nous avons été des marionnettes, des pantins dont on a tiré les fils et qu’on continue à manipuler.»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Avec Memorex, Cindy Van Wilder, connue pour l’excellente trilogie des Outrepasseurs que je te recommande chaudement si tu aimes la fantasy, change de genre. Il s’agit ici d’un thriller quasiment en huis-clos qui t’entrainera sur une île au fin fond du Pacifique à la découverte de secrets de famille bien cachés. Mais attention, il ne s’agit pas ici de petites querelles familiales du dimanche. Dans la famille de Réha, les secrets tournent plutôt autour d’attentats, de morts et d’expérimentation scientifique…

Je n’en dirai évidemment pas plus car dans ce roman, tout est question de suspense, de révélations apportées au compte-goutte, de pièces du puzzle habilement dissimulées pour découvrir d’un coup l’ensemble de la toile…

J’ai beaucoup aimé découvrir Cindy dans un nouveau genre, avec une narration différente, mais j’y ai tout de même retrouvé sa très jolie plume. Cette auteure est définitivement à suivre car elle sait nous faire voyager dans des univers, imaginaires ou non, différents, mais toujours avec des personnages forts et charismatiques, nous prouvant qu’un écrivain ne doit pas être enfermé dans un carcan, bien au contraire !

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre à la lecture du résumé, ni avec les premières pages, et je crois que c’est bien le but recherché. Le lecteur est obligé d’avancer pas à pas avec Réha, jusqu’à la révélation stupéfiante de la fin du roman.

C’est un très bon thriller qui s’adresse à tous car bien que l’héroïne soit une jeune fille de 17 ans, le roman ne suit pas les codes du Young Adult.

A lire !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Quand je suis allée acheter ce roman chez mon libraire, il m’a avoué qu’il ne savait pas trop comment le classer. Il l’avait rangé au rayon jeunesse, sans conviction.

En effet, bien que Réha soit en terminale – ce qui pourrait suffire à ranger le livre sur des étagères jeunesse – le roman aborde des sujets plutôt universels, qui peuvent parler à tout âge. Le deuil, le terrorisme, les secrets familiaux, la déontologie de l’expérimentation scientifique…

D’ailleurs, vu la maturité des jeunes personnages, ils auraient parfaitement pu avoir la vingtaine sans que l’auteure n’ait à changer plus d’une dizaine de lignes dans l’intégralité du roman.

C’est d’ailleurs un des bons points de ce roman. Les personnages sont bien pensés, avec leurs forces et leurs doutes. Il y a juste la Petite Miss Parfaite qui est restée un poil trop lisse…

J’ai aussi beaucoup aimé la façon dont le thriller s’est doté d’une pointe de science-fiction avec les expérimentations de Kassa, même si j’aurais bien aimé en savoir un peu plus sur cet aspect. Au final, on ne sait pas vraiment comment fonctionne le Memorex, ni comment Aïki a ressuscité.  Qu’est-il vraiment ? Possède-t-il seulement la conscience du jeune homme en plus de son apparence ? J’aurais aimé en savoir davantage (c’est mon côté scientifique qui parle).

En tout cas, Cindy Van Wilder a renouvelé le thème de Frankenstein et m’a donné envie de découvrir l’œuvre originale !

J’ai beaucoup aimé le petit clin d’œil à I.R.L d’Agnès Marot, d’autant que si on y réfléchit bien, les romans abordent tout deux le thème de l’humanité. Comment la définit-on ? Suffit-il d’avoir l’air humain pour en être un ? Que dire de la conscience ?

Deux romans différents pour réfléchir autour du même thème, finalement j’étais bien inspirée en les lisant à la suite l’un de l’autre !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Oseras-tu débarquer sur Star Island?

Dis-le moi en commentaire.