Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième tome de la série Rebecca Kean. Si tu n’as pas lu le tome précédent, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur Traquée (tome 1).

rebecca kean t2Rebecca Kean, tome 2 : Pacte de sang de Cassandra O’Donnell

Editions : J’ai Lu

575 pages

Paru le 4 juin 2011

Aperçu : Depuis que je suis devenue la tueuse attitrée de la communauté surnaturelle du Vermont, je n'ai plus une minute à moi, course-poursuite, exécutions, meurtres en série... bref je n'ai ni le temps, ni l'envie de m'occuper de ma vie privée. Alors quand mon ex, Michael, un vampire aussi sexy que redoutable a débarqué en ville, ça m'a un peu contrarié. Il faut dire que quand on se retrouve enceinte à 16 ans et qu'on plaque son amant, on n'est généralement pas très pressée de le revoir dix ans plus tard et de lui annoncer qu'il est papa. Du moins, pas avant d’être passée d'abord faire le plein chez Joe, le marchand d'armes du coin.

 

 

Mon commentaire général : Action, réaction !

Ma note : 7.5/10

La citation qui résume tout : «J’avais toujours eu le chic pour les situations inédites. Les phénomènes étranges et inexpliqués. Les catastrophes en chaine. Bref, pour les emmerdes.»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Le tome 1 de cette série m’avait vraiment emballée. J’avais adoré le ton, l’héroïne badass et les différentes communautés qui faisait de ce roman le début détonnant d’une bonne saga de bit-lit.

Pourtant, j’ai été moins convaincue par ce deuxième volet.

Dans les points positifs, on peut noter qu’il y a toujours de l’action à foison, une intrigue mêlant entre elles les communautés, le côté enquête policière qui est bien dosé, et surtout beaucoup d’humour et de réparties franchement drôles. Il y a de nombreux personnages, mais chacun est bien distinctif et on ne se perd pas dans cette multitude, ce qui est plaisant.

Cependant il faut souligner que le style m’a moins transportée. Comme je connaissais déjà l’univers, j’ai probablement fait plus attention à l’écriture à proprement parler, qui est très directe. Il y a peu de descriptions et parfois j’ai dû relire certains paragraphes pour suivre l’enchainement des évènements car j’avais loupé un détail important.

Et surtout, j’ai eu plus de mal avec Rebecca, ce qui est dommage puisque c’est elle le personnage central. Son éducation de Vikaris l’a obligée à cacher ses émotions, si bien qu’elle n’est même plus capable d’en éprouver, mais j’avais quand même perçu de l’amour maternel ou de l’affection pour ses amis dans le premier tome. Dans Pacte de sang, Rebecca a tout d’une machine de guerre, implacable, sans sentiments, abattant ennemis sur ennemis sans abîmer son brushing. Son arrogance a eu raison de la sympathie que je lui portais.

La fin, trop rapide et un peu simplifiée, m’a laissée sur une mauvaise impression. Je n’étais même plus sûre de vouloir lire la suite mais le tome 3 semble impliquer davantage les potioneuses, communauté dont l’auteure a peu parlé jusqu’à présent, et comme je suis curieuse, je donnerai une nouvelle chance à Rebecca-la gâchette facile.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Revenons sur Rebecca. Ce qui est horripilant, c’est que Rebecca sait tout faire, sans l’aide de personne. Cet aspect était certainement déjà présent dans le premier tome mais, perdue que j’étais dans la découverte de l’univers, je n’y avais pas prêté plus d’importance que ça. Et ici, ça m’a gênée.

Elle parvient à se sortir de n’importe quelle situation, que ce soit par les armes, la magie ou en clouant le bec des gens. Je crois que la scène la pire pour moi a été la fin où en libérant une bête sortie d’on ne sait où, elle parvient à vaincre toute une troupe de vampires… Il n’y a plus vraiment d’intérêt à lire si on sait par avance que Rebecca s’en sortira sans une égratignure quel que soit l’adversaire. J’ai d’ailleurs du mal à imaginer un ennemi capable de la vaincre. Comment s’attacher à un personnage avec aussi peu de faiblesses ?

On dirait bien que son seul problème c’est d’être poursuivie sans arrêt par les hommes. Dès qu’elle rencontre un nouveau mâle, celui-ci veut coucher avec elle. C’est lassant… Je n’ai pas franchement envie de retomber dans un univers à la Anita Blake, avec l’héroïne et son harem… De plus, Rebecca n’a de sentiments réels pour aucun d’entre eux. Je n’ai pas été convaincue par sa relation avec Raphael qui me semble plus basée sur du désir sexuel que de l’amour. Je ne parle même pas de ses retrouvailles avec Michael, d’une froideur polaire.

Rebecca gagnerait à être plus humaine, dans le sens plus émotionnelle, avec des doutes, des émotions, des regrets. Cela faciliterait l’identification (même si je sais bien qu’il est compliqué de se projeter dans un univers bit-lit…).

J’espère que ce sera le cas dans le troisième tome.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Oseras-tu affronter l’Assayim du Vermont?

Dis-le moi en commentaire.

ABC IMAGINAIRE 2016