les messagers des ventsLes messagers des vents de Clélie Avit

Editions : Le Masque collection Msk

472 pages

Paru le 4 novembre 2015

Aperçu : Ses cheveux bleus, son pendentif, il faut les cacher, Eriana le sait. Fuir, rester sur le qui-vive, l’arc à la main, c’est son quotidien. Le jour où elle croise la route de Setrian, jeune messager de la cité d’Ivoire, tout bascule. Eriana a été désignée par une prophétie, avec neuf autres jeunes filles. Les pouvoirs de l’une d’entre elles permettront de sauver Myria. Le problème : Eriana n’a pas conscience de l’existence de ses pouvoirs. Elle ne connaît pas leur étendue, ignore comment les utiliser. Pourtant, il lui faudra apprendre les codes de Myria, déjouer les pièges, deviner le jeu de ses ennemis.

 

 

 

Mon commentaire général : un univers original!

Ma note : 7.5/10

La citation qui résume tout : «Cette femme est notre dernière chance contre l’ultime sacrilège.»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Les Messagers des vents est le premier tome d’une tétralogie qui nous fait entrer dans un univers très original : celui des mages des éléments, comprenez par là des magiciens capables d’utiliser l’énergie d’un des quatre éléments (eau, terre, feu et vent) pour communiquer avec les animaux, lire l’avenir ou encore guider les pensées.

Ce premier tome permet de faire la connaissance des mages des vents, dont Eriana fait partie, menacés par une prophétie plutôt terrifiante...

La mythologie imaginée par Clélie Avit est très riche et très intéressante, notamment parce qu’elle est complètement nouvelle. C’est le gros bon point de ce roman. J’ai vraiment voyagé dans cette contrée inconnue et j’ai découvert les mœurs des Friyens (les habitants de Friyie où se passe le récit) en même temps qu’Eriana.

Malgré tout, je suis un peu passée à côté de cette histoire. Peut-être parce que certains passages s’étiraient en longueur alors que d’autres (le tout début par exemple) auraient mérité d’être plus explicités, tant l’action et la quantité d’informations qui nous sont données sont importantes.

Peut-être aussi parce que je n’ai pas complètement réussi à m’attacher aux personnages. La narration à la troisième personne y est certainement pour beaucoup, même si la plume est très agréable. J’ai aussi trouvé les personnages un peu lisses, faciles à déchiffrer. J’aurais bien aimé un peu plus de suspens concernant les méchants de l’histoire (et je n’en dirai pas plus pour ne pas gâcher la surprise).

Pourtant, j’ai bien aimé ce roman et je lirai la suite avec plaisir (même si découvrir que le cycle allait comporter quatre tomes m’a un peu refroidie), ne serait-ce que pour savoir comment toutes les choses mises en place dans ce premier tome vont évoluer... Curiosité quand tu nous tiens...

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

J’éprouve un sentiment assez mitigé sur ce roman et c’est donc compliqué pour moi d’écrire cette chronique. J’ai beaucoup aimé l’univers mais j’ai eu du mal à terminer ce livre, à cause d’un manque d’une disparité de rythme dans l’histoire.

Le tout début commence tambour battant avec la fuite d’Eriana et sa découverte du peuple des vents. Les choses sont d’ailleurs allées un peu vite pour moi. Je sais que c’est probablement le sentiment du personnage, jetée dans ce nouveau monde dont elle ne connait rien, forcée non seulement d’apprendre à maitriser ses pouvoirs mais aussi embarquée dans une sombre prophétie qui n’est claire pour personne... Mais il m’a manqué beaucoup d’informations. Je n’ai par exemple par compris quelles étaient les douze natures d’inha ni même comment les mages les utilisaient pour leur magie (les artistes notamment ou les prophètes). L’inha en lui-même est aussi compliqué à appréhender...

Les méchants font leur apparition, les équipes se forment pour rejoindre les autres territoires, et le rythme s’effondre. Il ne se passe plus grand-chose mais l’histoire se traine un peu en longueur, certaines scènes n’ont pas vraiment d’utilité, certains personnages non plus. Le roman aurait certainement gagné à perdre une centaine de pages sans que le récit en soit altéré, bien au contraire. J’avoue que malgré les rebondissements, je me suis plutôt ennuyée sur la fin, ce qui est assez contradictoire...

Côté personnages, il m’aura manqué un peu de complexité. Eriana a tout d’une héroïne, forte et déterminée, mais elle est un peu passive devant les évènements (alors qu’elle est caractérisée comme étant impulsive !). Setrian est trop protecteur, trop mesuré, j’aurais aimé plus d’impulsivité de son côté à lui aussi. Evandile est méchante mais pas vraiment. La seule qui a captivé mon attention est Mesline, dont le caractère est très sombre. Tous les autres sont un peu transparents, mais vu la multitude de personnages, il aurait certainement été compliqué de tous les développer.

Au final, c’est une bonne série de fantasy, plutôt orientée jeunesse (car le comportement d’Eriana ne reflète pas du tout ses soit-disant 25 ans), dont je lirai la suite, en espérant que la quête des artefacts de l’eau et du feu soit un peu plus mouvementée...

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Oseras-tu pénétrer dans Friyie?

Dis-le moi en commentaire.

ABC 2016