le concours du millénaire

Le concours du millénaire, tome 1 : Apportez-moi la tête du Prince Charmant de Roger Zelazny et Robert Sheckley

Editions: J’ai Lu

320 pages

Paru en 1993

Aperçu : Pauvre, pauvre diable ! Un démon plus brimé, plus maudit, plus damné qu'Azzie, ça n'existe pas. Il a pourtant une riche idée pour le concours du Millénaire, qui décide de la prépondérance du Bien ou du Mal sur le destin des hommes pour les mille ans à venir ! Mais, c'est bien connu, on n'est pas aidé. Ni sur terre ni en enfer...  Il est plutôt bon diable, Azzie, entièrement voué au Mal. Il dispose d'une carte de crédit satanique illimité, il peut commander une forêt enchantée, une épée modérément magique (les vraiment magiques sont en rupture de stock), un château ensorcelé, et tout et tout... Mais le Bien s'insinue sournoisement dans ses oeuvres, et chaque fois, Azzie se casse la figure ! Navrant, non ? Le fantastique devient alors délirant, et l'humour triomphe. L'amour aussi, incidemment...

 

Mon commentaire général : Qu’est-ce que j’ai ri !

Ma note : 8,5/10

La citation qui résume tout : «C’est le moment où les forces de Lumière et les forces des Ténèbres organisent leur grand concours, pour savoir qui va guider le destin des hommes au cours du prochain millénaire, et si ce sera pour le bien ou pour le mal.»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Le premier volet de la série Le concours du millénaire est sans contexte un ovni dans le monde de la Fantasy. C’est comme une parodie, en beaucoup mieux !

Imagine qu’à chaque millénaire, les Forces du Bien et du Mal présentent des prestations à un concours pour déterminer qui décidera du destin des hommes pendant les mille prochaines années. Dans ce contexte, nous suivons Azzie, démon représentant les Forces du Mal, de la préparation à la mise en place de sa prestation : revisiter le conte de la Belle au Bois Dormant, dans l’optique de montrer que l’amour ne sert à rien...  

C’est évidemment très drôle et,  cerise sur le gâteau, très bien écrit. Si j’étais sceptique sur les toutes premières pages, j’ai rapidement vu les pages défiler devant mes yeux, enchainant les courts chapitres en me demandant quel délire j’allais trouver dans la suite. Les bons mots sont légions, les personnages hilarants, c’est léger et tellement original !

Un roman à lire pour se détendre et passer un bon moment en présence des Forces du Mal ! Pour moi, c’est une belle découverte.

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

La première originalité de ce roman est de placer un démon au centre de l’histoire, ce qui est plutôt rare. Il faut dire que si on avait suivi la construction de la cathédrale gothique à la sauce angélique, ça aurait été beaucoup moins drôle !

L’idée même de revisiter le conte de fées avec des Prince et Princesse assemblés de toute pièce, un château dont les pièces disparaissent, une forêt enchantée dont il suffit de couper l’approvisionnement en gaz pour passer sans dommage et une montagne de verre à escalader à dos de chèvre est tout simplement hilarante. Rien que d’écrire tout ça, j’en ai le sourire aux lèvres !

En plus d’être servi par une plume agréable et des tournures de phrases originales (j’ai beaucoup aimé les empêcheurs de miauler en rond), le roman est peuplé d’une bande de personnages tous plus délirants les uns que les autres. Azzie est évidemment en tête de liste, le maitre à penser de toute la farce, dont la colère lui vaut des remises de prix. Mais il y a aussi son serviteur prêt à tout, la sorcière qui se laisse séduire par le côté lumineux, l’ange qui s’accommode de tout, le Père Noël lubrique, le Prince Charmant au cœur de pleutre, la Princesse au mauvais caractère, les employés des Fournitures, les gnomes revanchards et tous les autres...

C’est un roman presque impossible à résumer, mais qui vaut vraiment la peine d’être lu. On en ressort plus léger, plus joyeux, plus content ! Alors qu’attends-tu ?

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Vas-tu te lancer dans le concours?

Dis-le moi en commentaire.

 

ABC IMAGINAIRE 2016