les enfants de l'atlantide

Les enfants de l’Atlantide, tome 1 : Le Prince Déchu de Bernard Simonay

Editions: Points

375 pages

Première édition en 1994

Aperçu : La tribu de Jehn a été réduite en esclavage par une peuplade de démons. Sur les terres de Bretagne, soixante-cinq siècles avant notre ère, le jeune chasseur se lance dans un voyage extraordinaire, semé de périls et de révélations. Détenteur de puissants pouvoirs, il doit découvrir ses origines pour mener à bien sa quête. Que signifie cette tâche en forme de trident qu'il porte sur l'épaule? Aux portes de l'antique cité d'Yshtia, Jehn voit son destin basculer à jamais.

 

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : quand l'Histoire rencontre la fantasy!

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « Penses-tu que je puisse avoir un rapport avec ces dieux dont parlent les vieilles légendes ?»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Le Prince Déchu est le premier tome d’une tétralogie qui mêle habilement histoire et fantasy.

J’ai beaucoup aimé cet aspect historique justement. Bernard Simonay a creusé le contexte, fournissant au lecteur une quantité impressionnante de détails et de précisions sur la vie 6500 ans en arrière. Tellement que parfois, je me demandais si tel détail était véridique ou non !

Le côté fantasy n’est pour autant pas délaissé. L’univers est riche et très visuel, l’imaginaire est bien dosé. J’ai imaginé sans peine la cité d’Yshtia et sa gigantesque muraille... Mais chuut, je ne te révèlerai rien de l’intrigue, à toi de faire le chemin avec Jehn.

Malgré un début un peu lent, qui prend bien le temps de poser le décor, les aventures sont nombreuses, les rebondissements aussi, et les pages se tournent très facilement.

Cependant, en dépit de ces bons éléments, je n’ai pas été franchement emballée, la faute à de trop nombreux clichés et à un héros invincible dont on sait par avance qu’il va se sortir de toutes les situations. Jehn m’est apparu comme un James Bond de la préhistoire, attirant aussi bien les ennuis et l’attention que les jolies femmes. Une fois passe encore, mais toutes les 10 pages, ça devient répétitif...

C’est dommage.

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Je suis vraiment mitigée concernant ce roman.

J’étais sceptique au début car les choses se mettent en place lentement et j’avais peur de m’ennuyer. Or l’action arrive assez rapidement, dès qu’on rencontre le kheung, et j’ai eu envie de tourner les pages avec plaisir. Les pouvoirs de Jehn sont impressionnants, même à leurs balbutiements, et on comprend que le chasseur n’est pas du tout ce qu’il croit.

Puis tout s’accélère quand les Khress enlèvent la moitié du village.

J’ai beaucoup aimé les aventures de Jehn dans la cité d’Yshtia, même si les gens sont beaucoup trop manichéens : Brendaan et Asdahyat trop méchants, Gordlonn trop crédule... La magnificence de la cité et les mœurs horribles m’ont tenue en haleine, alors que les failles du récit commençaient à apparaitre : Jehn traité comme un roi alors qu’il n’est qu’un étranger, les femmes, toutes magnifiques, qui se jettent au cou de Jehn... C’est là que j’ai baissé les bras...

La fin, pourtant prometteuse, ne m’a pas donné envie de lire la suite. Ça m’ennuie parce que j’aime beaucoup l’univers et que je n’ai toujours pas rencontré la fameuse Atlantide (même si l’inondation d’Yshtia en était un avant-goût prometteur)...

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Vas-tu plonger vers l’Atlantide?

Dis-le moi en commentaire.